Violents combats à Kinshasa

22 mars 2007

Actualités

193754943646028a426324c.jpg

Les tirs « ont gagné en intensité » jeudi après-midi entre armée régulière et garde de l’ex-vice-président Jean-Pierre Bemba à Kinshasa, où des détonations d’armes lourdes ont été entendus, a déclaré un officier de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monuc).
« Les tirs ont gagné en intensité. Il y a eu d’abord des RPG (lance-roquettes), puis quelques tirs de mortier et des coups de canon » dans un périmètre d’environ un km2 où se trouvent les résidences de M. Bemba, a affirmé cet officier sous couvert d’anonymat.

Des chars de la garde présidentielle « ont été engagés », a-t-il ajouté, précisant n’avoir pour le moment « aucun bilan » de ces violences.

Une autre source onusienne a affirmé qu’un ressortissant belge avait été blessé et se trouvait dans l’immeuble d’une banque, sur le Boulevard du 30 juin, à quelques centaines de mètres de la résidence officielle de M. Bemba.

« Il y a certainement d’autres victimes, mais il est impossible de le vérifier pour le moment », a ajouté cette source.

Différentes sources sécuritaires internationales ont fait état de « nombreux tirs en l’air » mais aussi « d’échanges de tirs ». « Nous essayons pour le moment d’évacuer le personnel onusien et les civils qui se trouveraient encore dans le périmètre des tirs. Ce qui nous inquiète, c’est l’extension » du périmètre des tirs, a ajouté l’officier de la Monuc.

A environ de 2 km de la résidence officielle de Jean-Pierre Bemba, de très fortes détonations et des déflagrations de mitrailleuses lourdes étaient entendues à intervalle régulier depuis le début de l’après-midi. Les tirs ont débuté vers 11H30 GMT entre soldats des Forces armées de RDC (FARDC) et gardes rapprochés de M. Bemba, qui refuse de voir ses hommes intégrer l’armée régulière, estimant n’avoir pas de garanties pour sa sécurité.

Les FARDC ont renforcé jeudi matin leur dispositif, mais n’étaient pas en position d’attaque quand les premiers coups de feu ont rententi.

Un officier des FARDC avait indiqué dans la matinée qu’il n’y avait pas de plan d’intervention imminent pour déloger les hommes de Bemba mais un renfort de troupes destiné à sécuriser le périmètre. « On ne peut pas laisser ces gens se promener dans les rues en armes et ne rien faire pour protéger la population », avait-il déclaré.

Après les premiers tirs, la situation a rapidement dégénéré.

« On craignait ça depuis des jours. Maintenant que c’est parti, il y a de fortes probabilités que les FARDC et la garde présidentielle aillent jusqu’au bout, pour +en finir+ une fois pour toutes avec les hommes de Bemba », a déclaré un officier occidental.

Les proches de Jean-Pierre Bemba, qui se trouverait lui-même dans sa résidence privée au bord du fleuve, n’étaient pas joignables.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22