Lutte contre la pauvreté

8 mai 2007

Actualités

Congo-Kinshasa: Lutte contre la pauvreté, la RDC face l’impératif de s’associer à l’«Initiative globale sur les produits de base »

 

Le Potentiel (Kinshasa) – Amedee Mwarabu Kiboko
Pour sortir les produits de base d’une longue période d’oubli et les mettre au centre des stratégies de réduction de la pauvreté, une « Initiative globale sur les produits de base » sera lancée par les représentants des gouvernements, des ONG et du secteur privé lors de la conférence qui s’ouvre à Brasilia (Brésil) ce 7 mai 2007.
La RDC, dont 72% de la population sont confrontés à l’insécurité alimentaire, se trouve dans l’obligation de s’associer à cette initiative.

Il se tient du 7 au 11 mai courant à Brasilia (Brésil) une conférence sur la promotion des produits de base dans les pays en développement. Les produits de base sont ceux dont dépendant la majorité des populations d’un pays pour satisfaire leurs besoins vitaux. A l’issue de ces assises une « Initiative globale sur les produits de base » sera lancée. Cette initiative est promue conjointement par le Fond Commun pour les produits de base (FCPB), la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Groupe ACP), selon l’APPA.

En effet, sur les 144 pays en développement, 86 sont tributaires des produits de base pour plus de la moitié de leurs revenus d’exportation. La moitié du total des revenus d’exportation de 38 pays dépend d’un seul produit de base, et de seulement deux produits pour 48 autres pays. En ce qui concerne la RDC, la déliquescence de son agriculture a fait que la production des produits de base chute. La rareté favorisant la hausse, le petit peuple est appelé à débourser plus pour acheter du maïs, manioc, riz, etc. La conséquence est que 72% des Congolais souffrent d’insécurité alimentaire. Ainsi, le défi est à la fois de soutenir la dynamique de croissance et d’améliorer les conditions de vie des producteurs de produits de base, en particulier dans l’agriculture.

Placée sous les auspices du ministère brésilien de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Alimentation, l’Initiative Globale sur les produits de base permettra d’analyser et d’identifier les mesures et la marche à suivre aux plans national et international pour aider les pays dépendants des produits de base à réduire la pauvreté et la faim. Elle jettera un regard nouveau sur les problèmes auxquels les pays en développement sont confrontés en se servant des produits de base comme d’un instrument de réduction de la pauvreté. La conférence tentera de définir une stratégie globale pour mettre les produits de base au coeur des débats lors des grands forums – qu’il s’agisse des Nations Unies, de rencontres régionales ou d’autres événements majeurs – et pour optimiser les bénéfices pouvant être réalisés par les pays dépendant des produits de base, rapporte l’APPA.

PALLIER A L’INSECURITE ALIMENTAIRE

Signalons que plus de 2 milliards de personnes dans le monde en développement, soit un tiers de l’humanité, dépendent des produits de base agricoles. Les volumes des produits commerciaux que les pays les moins avancés (PMA) et autres pays en développement tributaires des produits de base peuvent exporter sont en pleine expansion : volaille (+ 97,8% entre 2003 et 2005 comparé à 1993 – 1995), cacao (+44,3%), café (+16,9%), thé (+54%), riz (+67,5%), blé / mais (+25,6%), sucre (+38,8%), coton (+48,8%), caoutchouc naturel (+45,2%), bananes (+39,7%), légumes frais et réfrigérés (+69,7%) et fleurs coupées (+72,9%).

Selon les analyses des experts, pour parvenir à une plus grande croissance économique et à réduire la pauvreté, les pays dépendants des produits de base sont confrontés à plusieurs problèmes.

Les questions liées à l’offre, y compris l’inadéquation des infrastructures, une faible productivité, des économies d’échelle non mises à profit et le manque de services d’appui constituent autant de barrières qui empêchent les fermiers d’engranger les bénéfices qu’ils devraient tirer de l’envolée des prix des produits de base.

Un autre facteur limitant les effets du marché actuellement florissant des produits de base sur la réduction de la pauvreté est la diminution régulière des financements agricoles au cours des 20 dernières années, selon l’APPA. En conséquence, le potentiel de ces marchés dans les pays en développement reste largement inexploité; et il ne pourra être réalisé qu’à travers l’accès à des financements innovants et efficaces.

Certaines sessions de la conférence de Brasilia examineront la situation actuelle et les perspectives des produits de base, les questions d’approvisionnement et de chaîne de valeur et les méthodes de financement permettant de développer et de diversifier les produits de base.

Il importe d’agir maintenant parce que la situation est favorable et que nous sommes à mi-chemin de l’échéance des OMD fixée à 2015, date à laquelle la pauvreté devrait être réduite de moitié selon les engagements pris aux Nations Unies en 2000 par la presque totalité des gouvernements. D’où l’importance de la conférence de Brasilia.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22