Revers pour le camp Kabila

12 mai 2007

Actualités

kengowadondo.jpg

Les commentaires de la presse kinoise : la Réfrence Plus, le Potentiel, l’Avenir 

L’élection d’un ancien mobutiste à la tête du Sénat de République démocratique du Congo (RDC) constitue un « revers » pour la majorité du président Joseph Kabila et donne une « leçon de démocratie » à des politiciens « arrogants », estimait la presse parue samedi à Kinshasa.

 

Pour La Référence Plus, quotidien proche du pouvoir, l’élection vendredi de Léon Kengo wa Dondo à la présidence du Sénat est « un coup de semonce » pour l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP), qui détenait pourtant une confortable majorité à la chambre haute (plus de 60 des 108 sièges), comme au sein de toutes les institutions élues depuis 2006. Le quotidien estime que l’ancien Premier ministre de Mobutu « impose une cohabitation virtuelle à la majorité » et donne une leçon au pouvoir qui « paradait se croyant tout permis ».

Le Potentiel (indépendant) rappelle que le scrutin a été très serré pour l’élection des sept membres du bureau, qui compte des élus de l’AMP, de l’opposition et des indépendants. « Les consignes partisanes n’ont pas eu d’impact significatif » et le vote « s’est déterminé en fonction des individualités », note le journal, dont l’éditeur, Modeste Mutinga (indépendant), a été élu rapporteur de la chambre haute.

A l’instar de plusieurs journaux estimant que la majorité a pêché par « excès de confiance« , L’Avenir (proche du pouvoir) affirme que la défaite du candidat de l’AMP Léonard She Okitundu, « lâché par les siens », inflige « un revers assez cinglant à la famille politique du chef de l’Etat ».
Pour le quotidien, « une majorité présidentielle brouillonne et difficilement identifiable » a payé le « prix de ses dissensions », « l’arrogance » de ces cadres et « le mépris de son adversaire ».

L’Avenir rappelle que la candidature de M. She Okitundu, ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat, a été imposée au sein de l’AMP où d’autres ténors ont subi des pressions pour laisser la voie libre au poulain du président. Comme d’autres quotidiens kinois, L’Avenir conclut que « perdre la tête au Sénat » peut « sauver la démocratie congolaise », en obligeant la majorité à se restructurer et en faisant mentir les accusations grandissantes de « dérive totalitaire » des tenants du pouvoir. 

 

Source : http://afriquecentrale.info/central.php?o=9&s=0&d=3&i=465 

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22