Des soldats tués au Nord Kivu

16 mai 2007

Actualités

laurnkunda.jpg      fardcsoldatsg.jpg

RDC: quatre soldats congolais tués par des miliciens au Nord-Kivu

 KINSHASA – Quatre soldats congolais ont été tués en fin de semaine dernière au cours d’affrontements avec un groupe de miliciens locaux alliés à des rebelles hutus rwandais au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on indiqué mardi de source militaire. « Ces quatre militaires, tués vendredi et samedi lors d’affrontements, font partie de l’ancienne 81e brigade pré-positionnée à Ngungu », une localité située à 40 km à l’ouest de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, a déclaré à l’AFP le colonel Delphin Kahimbi, commandant en second de l’armée dans cette province. 

Ces éléments de la 81e brigade répondaient jusqu’en janvier aux ordres du général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda. Ils « étaient (à Ngungu) en attente de leur +mixage+ avec d’autres troupes des Forces armées de la RDC (FARDC) », a précisé le colonel Kahimbi. 

Nkunda, visé par un mandat d’arrêt international pour des crimes de guerre commis par ses hommes en 2004 à Bukavu (est), a passé en janvier un accord avec Kinshasa pour intégrer ses hommes aux FARDC, au sein de brigades dites « mixées », à la suite de violents combats dans la province. Depuis début 2007, cinq brigades « mixées », constituées pour moitié d’ex-insurgés fidèles à Nkunda, ont été déployées au Nord-Kivu, où elles ont mené des offensives contre des rebelles hutus rwandais et où les exactions contre les civils ont décuplé. 

Selon le colonel Kahimbi, les assaillants ont occupé trois petits villages proches de Ngungu vendredi avant d’être délogés samedi par l’armée régulière. « L’armée a pourchassé ces miliciens et leurs alliés FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) et continue à mener des opérations dans la région », a encore affirmé le colonel Kahimbi. De nombreux éléments des FDLR sont accusés par Kigali d’avoir activement participé au génocide rwandais de 1994 qui a fait plus de 800.000 tués, essentiellement au sein de la minorité tutsie. 

Le colonel Kahimbi a attribué l’attaque de Ngungu à des miliciens locaux Maï Maï, mais pour un observateur militaire dans la région, « la situation est extrêmement confuse et il est difficile de dire qui a attaqué en premier ». Les Maï Maï – et les FDLR – sont hostiles au déploiement des ex-insurgés fidèles à Nkunda au sein des brigades « mixées », estimant que le processus de mixage a offert au général déchu le contrôle de la région. « L’attaque de Ngungu pourrait être le prétexte d’un renforcement de la présence des hommes de Nkunda dans cette région proche du Sud-Kivu – au sein ou hors des brigades mixées – pour étendre leur zone de contrôle », estime l’observateur. 

La situation est actuellement extrêmement tendue au Nord-Kivu, où Nkunda a récemment menacé de retirer ses troupes de l’armée régulière, faisant craindre le risque d’un nouveau conflit. 

(©AFP / 15 mai 2007 14h34) 

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22