RDC: une centaine de Rwandais recrutés par Nkunda rapatriés depuis janvier

24 mai 2007

Actualités

KINSHASA – La Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monuc) a rapatrié au Rwanda depuis janvier environ 200 combattants rwandais, dont près d’une centaine ont été recrutés par le général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda, a-t-on appris mercredi auprès de la Monuc. 

Depuis début janvier, la section Désarmement, démobilisation, rapatriement, réinstallation et réinsertion (DDRRR) de la Monuc au Nord-Kivu (est de la RDC) a rapatrié 238 combattants étrangers, dont environ 200 Rwandais, a déclaré à l’AFP Sylvie van den Wildenberg, porte-parole de la Monuc dans la région.

 

Parmi ces combattants rapatriés volontairement figurent une 116 rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), une centaine de combattants rwandais, majoritairement tutsis, ayant déserté les rangs de l’ex-général Nkunda, et une vingtaine d’autres combattants étrangers membres de différents groupes armés, a-t-elle détaillé. 

« Depuis le mois d’avril, on observe une augmentation considérable du nombre d’hommes issus des troupes loyales à Nkunda parmi les combattants rapatriés par le DDRRR », a-t-elle souligné. 

Ces hommes sont soit issus de la « garde personnelle » de Nkunda, soit des nouvelles « brigades mixées » déployées au Nord-Kivu, constituées pour moitié d’ex-soldats insurgés alliés à Nkunda et d’éléments des Forces armées de RDC (FARDC). 

Le processus de « mixage » avait débuté en janvier à la suite d’un accord entre Kinshasa et Nkunda, pourtant visé par un mandat d’arrêt international pour crimes de guerre. 

Les Rwandais issus des rangs de Nkunda rapatriés par la Monuc « ont expliqué qu’ils avaient été recrutés dans différentes préfectures du Rwanda depuis début 2007, avec la promesse d’avoir un emploi civil au Congo », a indiqué Mme van den Wildenberg. 

« Une fois acheminés clandestinement en RDC, ils affirment avoir été conduits dans des camps d’entrainement de Laurent Nkunda », d’où ils se sont échappés, a-t-elle poursuivi. 

« D’après leurs témoignages, Nkunda continuerait à recruter parmi des démobilisés et/ou des civils rwandais et congolais », a-t-elle précisé. 

Selon des sources militaires occidentales, Nkunda disposait avant le mixage d’un maximum de 3.500 hommes. Or il en a fourni 7.000 pour constituer les brigades mixées et affirme avoir encore 2.000 hommes. 

Depuis le début du mixage, les violences contre les civils ont décuplé au Nord-Kivu, régulièrement accusés par les militaires « mixés » de complicité avec les rebelles hutus rwandais, installés depuis 13 ans dans l’est congolais. 

Pour un observateur de l’ONU, « il est évident que Nkunda a massivement recruté au Rwanda. Mais, il est aussi évident que toutes ces recrues n’ont pas pu être engagées à l’insu des autorités rwandaises, ce qui pose sérieusement la question de la position de Kigali par rapport aux risques de déstabilisation dans l’est de la RDC ». 

(©AFP / 23 mai 2007 20h52) 

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22