Attention aux 5 milliards !

4 octobre 2007

Actualités

16112078714703bb819b4af.jpg

Le Fonds monétaire international (FMI), relayant les inquiétudes de bailleurs internationaux, a mis en garde mercredi contre l’impact macro-économique que pourrait avoir en République démocratique du Congo (RDC) un prêt de 5 milliards de dollars envisagé par la Chine. Kinshasa a annoncé en septembre la signature d’un protocole d’accord portant sur un prêt d’un montant initial de 5 mds USD octroyé par la Chine pour aider au développement des infrastructures en RDC et qui serait partiellement remboursable en titres miniers.

« Il faut faire attention aux impacts macro-économiques d’ensemble d’un tel projet, parce qu’on (…) parle de montants très importants qui auront donc des impacts (…) en matière d’investissement, d’importation, d’exportation, en matière de taux de change peut-être, en matière budgétaire », a souligné Xavier Maret, représentant du FMI en RDC, au cours d’un point presse à Kinshasa.

M. Maret a insisté sur le « problème du montage financier » de ce projet, encore inconnu, et souligné « le souci qu’a la communauté internationale d’éviter un nouvel endettement public de la RDC qui viendrait (…) à l’encontre de l’allègement de la dette (…) dans le cadre du point d’achèvement de l’Initiative (pour les Pays pauvres très endettés, PPTE) ».

En effet, le FMI envisage d’engager des discussions sur un nouveau programme économique triennal en RDC qui permettrait d’arriver au point d’achèvement de l’Intiative PPTE, ouvrant la voie à un allègement substantiel de la dette extérieure congolaise (d’environ 14 milliards de dollars).

Kinshasa a indiqué qu’un accord avec la Chine ne remettait pas en cause d’autres partenariats et souligné l’importance de l’aide pour reconstruire un pays ravagé par des années de guerre.

Mais parmi les bailleurs internationaux, l’annonce du prêt chinois a fait l’effet d’une bombe, certains s’interrogeant sur l’opportunité d’effacer la dette congolaise auprès des Occidentaux si Kinshasa contracte des milliards de dollars de nouvelle dette auprès de la Chine.

« On parle d’un montage qui pourrait aller jusqu’à plus de 8 mds USD. Cela pose de sérieuses questions: quelle quantité de minerais – et à quelle teneur – va être sorti de la RDC pour rembourser le prêt chinois et sur quelle durée? », s’est interrogé un diplomate occidental.

« Les Chinois doivent construire des routes, des hôpitaux. Mais ils prévoient aussi de faire venir des milliers de travailleurs. S’ils construisent nos chemins de fer avec le minerai qu’on leur donne et avec leurs ouvriers, on peut se demander quel est le bénéfice pour le Congo qui, entre temps, aura hypothéqué ses réserves minérales », a déclaré un grand patron congolais, sous couvert d’anonymat.

Pour un autre diplomate occidental, il y a une relation directe entre l’annonce du prêt chinois et le refroidissement des relations entre le président Joseph Kabila et les Occidentaux.

« Kabila peut être sûr que Pékin ne va (pas) l’embêter avec des histoires de respect des droits de l’Homme et de bonne gouvernance, mais c’est précisément avec les Chinois que les Congolais vont réellement céder leur souveraineté », a-t-il estimé.

De son côté, l’ONG Global Witness s’interroge sur ces négociations avec la Chine alors qu’est en cours une revue des contrats miniers passés ces dix dernières années en RDC, le plus souvent au détriment de l’Etat.

La RDC recèle d’immenses ressources naturelles, dont 34% des réserves mondiales connues de cobalt et 10% des réserves de cuivre. Mais 75% de ses 60 millions d’habitants vivent avec moins de 1 dollar par jour.

Les plus grandes compagnies internationales y sont présentes et depuis quelques années s’installent en masse de petites sociétés ou des négociants individuels chinois et indiens.

Les experts du secteur minier estiment que plus de 90% des exportations sont illégales et la RDC s’était engagée à ne signer aucun nouveau contrat minier pendant la revue.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22