Chaos au Nord-Kivu

20 octobre 2007

Actualités

9264017624719f10de8a28.jpg

Des milliers de civils ont fui samedi d’intenses combats entre troupes insurgées ralliées à l’ex-général Laurent Nkunda et des milices locales au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, selon des témoignages recueillis par l’ONU et l’armée congolaise. Des « attaques très violentes » ont été signalées tôt samedi dans la zone de Bunagana, localité située à environ 50 km au nord-est de la capitale provinciale Goma, a déclaré le colonel Delphin Kahimbi, commandant en second des Forces armées congolaises (FARDC) au Nord-Kivu.


« Selon les premières informations que nous avons, (ces combats) opposent des (miliciens locaux) Maï Maï (du groupe) de Kasereka aux insurgés de Nkunda », a-t-il ajouté. Il a précisé que les FARDC n’étaient absolument pas engagées dans ce secteur, qui est sous le contrôle des insurgés depuis deux mois.

« Des milliers de personnes affluent à Rutshuru (à environ 25 km au nord-ouest), effrayées et totalement démunies », a déclaré Sylvie van den Wildenberg, porte-parole de la Mission de l’ONU en RDC (Monuc) au Nord-Kivu, jointe à Rutshuru. « Nous avons vu trois femmes qui ont accouché pendant leur fuite. Les déplacés disent fuir des combats entre nkundistes et des miliciens Maï Maï, mais aussi des rebelles des FDLR (hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda) », a-t-elle ajouté.

« Les souffrances des civils sont insoutenables. Nous lançons un appel à toutes les milices, tous les groupes armés, pour qu’ils cessent immédiatement les combats », a-t-elle poursuivi, précisant que les Casques bleus avaient dépêché dans la matinée une patrouille à Bunagana. Foyer de rébellions qui ont déjà plongé le pays dans la guerre à deux reprises (1996-97 et 1998-2003), le Nord-Kivu est depuis la fin août le théâtre d’affrontements entre FARDC et soldats dissidents ralliés au dissident Laurent Nkunda.

Officier déchu tutsi congolais, Nkunda se pose en défenseur de sa minorité contre les FDLR, dont certains ont participé au génocide rwandais de 1994, essentiellement dirigé contre les Tutsis. Il accuse les FARDC d’être appuyées sur le terrain par ces rebelles hutus, estimés à 6.000 par l’ONU, et par des milices locales d’auto-défense Maï Maï.

Les FARDC, qui ont massé environ 20.000 hommes au Nord-Kivu pour désarmer les quelque 5.000 nkundistes, ont appelé ces derniers à se démobiliser sans condition, avant le lancement d’une vaste offensive avant la fin de l’année.
Depuis la fin 2006, les violences au Nord-Kivu ont entraîné la fuite de leurs foyers de plus de 370.000 personnes et l’ONU estime désormais à près de 750.000 le nombre de déplacés dans cette province.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22