Kabila chez Bush… Chinois et Nkunda s’y invitent

23 octobre 2007

Actualités

kab.jpg

Nkunda était-il au courant que le président Kabila quitterait Kinshasa hier lundi à destination de Washington ? Comment expliquer ces combats du week-end passé comme s’il s’agissait d’un message à l’endroit du président George Bush qui reçoit ce vendredi 26 octobre 2007 le président Joseph Kabila ? Curieuse coïncidence.

Le président de la République, Joseph Kabila Kabange, a quitté Kinshasa hier lundi à destination de Washington, aux Etats-Unis. Il répond ainsi à l’invitation de son homologue américain, George Bush, et sera reçu à la Maison Blanche le 26 octobre.

Il s’agit de la première visite du chef de l’Etat depuis son élection à la magistrature suprême. Certes, le président de la République a séjourné au mois de septembre à New York. C’était pour le compte de la 62ème session de l’Assemblée générale des Nations unies. Cette fois, le cadre est tout à fait différent pour autant qu’il est l’hôte de son homologue américain et du gouvernement des Etats-Unis.

Selon les premiers éléments d’information, les entretiens entre les deux personnalités porteront sur la coopération bilatérale, le succès du nouveau gouvernement issu des élections, les défis restants à accomplir pour un Congo uni, sûr et prospère. Dans le cadre des relations bilatérales, le chef de l’Etat qui est accompagné du ministre d’Etat aux Affaires étrangères et à la Coopération internationale, Mbusa Nyamwisi, échangera avec son homologue américain sur les possibilités de l’accroissement de la coopération bilatérale dans les secteurs de la sécurité, la reconstruction économique.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que les deux personnalités saisiront cette opportunité pour ne pas démentir la légende qui les lie. On attend donc que les Etats-Unis se prononcent clairement sur la restructuration de l’Armée, des services de sécurité ou de renseignements pour doter les FARDC d’une force dissuasive, au sens large et concret du terme. C’est ici qu’il sera sûrement question d’avoir de plus amples éléments d’information sur le commandement militaire africain des Etats-Unis en Afrique. Question peut-être de savoir si cela s’inscrit dans le contexte de la lutte internationale contre le terrorisme. La RDC qui est victime d’une « agression d’un terrorisme d’Etat » ne manquera pas d’apprécier profondément l’initiative américaine.

LA PERCEE CHINOISE

En pareilles circonstances, les entretiens déborderont inévitablement du cadre bilatéral. Sûr que le président Bush attend de son homologue congolais des éléments d’information de première main sur le dernier accord de prêt et financier que la RDC vient de signer avec la Chine. Cette curiosité s’explique tout simplement par le fait que les Etats-Unis sont le principal allié de la RDC et les premiers bailleurs de fonds de la Banque mondiale et du Fonds monétaire International. A ce titre, que l’on veuille ou non, ils ont un droit de regard sur ces institutions de Bretton Woods et trop regardant sur tout ce qui pourrait les déstabiliser pour qu’elles ne jouent plus les premiers rôles dans les initiatives portant sur l’aide au développement à l’endroit des pays émergents ou en voie de développement. Surtout que derrière tout cela, il y a la conquête des espaces économiques. On ne demanderait pas aux Etats-Unis d’être passifs et de laisser faire les autres concurrents.

Il est un fait que la percée chinoise inquiète le FMI et la Banque mondiale tout en semant la panique dans les rangs des bailleurs de fonds, les Etats-Unis y compris. Dès lors que la dette enrichisse les pays riches, les conditions «consensuelles » de remboursement de la dette introduite par la Chine dérangent les partenaires traditionnels. Kabila et Bush ne manqueront pas d’en parler dans la mesure où les Etats-Unis contribuent à raison de 40% au budget annuel de la Monuc.

LA SITUATION AU KIVU

Evidemment, ils ne manqueront pas de s’attarder sur la situation sécuritaire à l’Est du pays, principalement au Kivu. En effet, les Etats-Unis ont mené une action parallèle à celle de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs. Dans cette recherche de la paix et la sécurité dans les Grands Lacs, les Etats-Unis ont tenu à laisser également leurs empreintes avec l’initiative « Tripartite Plus ». Une structure qui regroupe le Rwanda, l’Ouganda, la RDC et le Burundi.

Après les accords de Washington instituant cette structure, des négociations ont eu lieu entre les différentes parties pour aboutir à un compromis portant sur la neutralisation des forces négatives, les FDLR et Interahamwe et le brassage des insurgés de Nkunda avec pression sur le Rwanda de ne plus le soutenir. Compromis scellé lors de la rencontre de Kampala, et le délégué des Etats-Unis a pesé de tout son poids en exerçant des pressions sur Kinshasa et Kigali. Sur ce point précis, Kinshasa a le droit d’être fixé tant il est vrai que la position de Washington est « floue ». Si Washington considère les FDLR de «génocidaires », il ne propose rien à Kinshasa pour les neutraliser effectivement, se contentant du programme DDRRR sur la base de la démobilisation volontaire. Et en cas de refus, où doivent-ils aller ? Washington ne dit mot. Or, tant que les FDLR resteront en RDC, le problème demeure entier. Washington ne dit également rien à Kigali, s’il faut une solution politique ou un exil dans un autre pays.

Enfin, face à Bush, Kabila lui fera également le point de la situation à l’Est après s’y avoir séjourné pendant quatre jours au front. Il ne manquera pas de demander à Washington d’exercer plus de pression sur Nkunda et Kagame.

Conscient certainement de cette démarche, Nkunda a tenu à se faire remarquer en relançant les hostilités du week-end passé pour « démontrer le rapport des forces militaires sur le terrain ». En plus, faire constater que les FRDL sont bel et bien présentes en RDC. Les combats du week-end passé visaient sûrement à défendre cette thèse en plaçant la barre haut quand on sait que la dernière interview de Me Azarias Ruberwa pourrait également s’inscrire dans le même contexte. Voici ramassé le menu du face – à – face Kabila –Bush de ce vendredi 26 octobre 2007 à Washington. (Le Potentiel)

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22