Le chemin de la paix commence à s’aplanir

30 janvier 2008

Billet du jour

Bukavu, ce mardi soir 29 janvier 2008 (KAL/Goma) 

Kagame vient de répondre à Kabila. Le message amené à Kigali par le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, vient de produire ses premiers fruits. Mais les contrastantes nouvelles qui nous proviennent des différents fronts ne font que continuer à mettre tous en alerte, même si nous voyons clairement des signes positifs. Le chemin de la paix commence à s’aplanir. 

- A l’issue de violents combats du week end dernier, les villages de Kamatsi et Bukiringi sont passés entre les mains de l’armée congolaise. Ces localités surplombant Tcheyi constituaient le dernier bastion des miliciens de Forces des Résistances Patriotiques de l’Ituri (FRPI). 

- Les ex rebelles sud soudanais de la SPLA renforcent depuis dimanche soir leurs positions en hommes et en matériels dans la localité de Kengezi-Base, à plus de 350 Km au Nord de Bunia. Cette action a provoqué le déplacement massif des habitants des villages environnants.  

- Depuis ce mardi 29 janvier , des violents combats sont signalés à Kaseke et Kisonga, deux localités du territoire de Masisi dans la province Nord Kivu. Le premier est situé près de Ngungu à plus de 40 kilomètres à l’ouest de Goma et le deuxième se trouve à environ 15 kilomètres à l’ouest de la cité de Karuba. 

Motifs pour espérer il y en a. Voila certaines déclarations de ces qui sont sur terrain. 

Le porte -parole du Pareco, Didier Bitaki, souhaite voir le CNDP mettre un terme à ses provocations : « Nous réagissons, quand nous sommes provoqués. Nous n’avons jamais quitté nos positions, pour provoquer une quelconque position de l’ennemi. Mais, nous avons été provoqués et nous avons fait appel, nous avons dit à Malu Malu et à Vital Kamerhe ce qui se passait sur le terrain. Il fallait qu’ils interpellent le CNDP afin de cesser le déploiement, de cesse avec le recrutement et même les provocations sur différents fronts. Malheureusement, c’était le cas, nous devions nous défendre. En allant vers Pinga, Ntonto, nos troupes étaient là et, elles étaient bien posées en attendant le mot d’ordre. Parce que, nous avons lancé un cessez-le feu définitif que nous avons respecté. Malheureusement que le CNDP a continuait à se déployer sur le terrain et en se déployant, il s’est heurté à nos positions. Qu’est ce que nous devrions faire ? Se défendre…. Je crois que, là où il y a 2 forces qui se regardent, parfois, il suffit qu’une petite étincelle puisse avoir lieu pour que, des petits accrochages aient lieu. Moi je mets tout ça, dans le compte de derniers accrochages qui peuvent avoir lieu, pour que la paix puisse s’instaurer. Mais, je pense qu’avec le processus de désengagement et de la création des zones tampons, je crois que, les choses vont aller pour les mieux. Il faut se dire que ce n’est sont pas des combats qui sont très violents ou des combats qui sont voulu, ça doit être des escarmouches sûrement, qui ne peuvent pas, ne pas avoir lieu, après la signature de l’accord. Mais, je pense que, toutes les parties où les groupes armés ont été signataires de l’accord, sont unanimes, qu’il faut faire la paix, qu’il faut mettre la fin à la guerre ». 


Le lieutenant général François Olenga des FARDC espère que lorsque tous les hommes de troupes auront reçu ce mot d’ordre, des accrochages de ce genre ne seront plus vécus : «
Ce que je peux vous confirmer ou vous assurer, que le cessez-le-feu est respecté du coté des FARDC. Ce qui concerne les groupes armés, moi en tant que responsable, je peux comprendre les difficultés de communication. Et pour ça, nous allons vivre ces confrontations pendant encore une semaine, pour que les ordres de cessez-le- feu arrivent à toutes les unités des groupes armés. Ce n’est pas la mauvaise volonté de ces groupes, j’ai discutais longuement avec eux. Il y a ferme engagement de cessation des hostilités. Mais sur le terrain, nous allons encore vivre ces affrontements pendant au moins une semaine » 

 

Sylvie Van Den Wildenberg, porte parole de la Monuc à Goma a déclaré : « Nous avons des informations croisées qui font état des plusieurs accrochages à la fois dans le Rutshuru et dans le Masisi depuis la signature des actes d’engagements. Ce qui, évidemment est une violation claire du cessez-le-feu. Ce que la Monuc fait pour le moment, elle est entrain de vérifier les circonstances dans les quelles se sont produites tant dans le Masisi que dans le Rutshuru. Certains disent que, les ordres ne sont pas encore arrivés sur le terrain, à toutes les troupes. Nous jugeons quand même, que ce n’est pas acceptable. Parce que tous le monde a reçu pour instruction ce week-end, de transmettre les ordres. Alors, la Monuc lance un appel pressant à tous les groupes armés qui ont signé ces actes d’engagements pour qu’ils les respectent à la lettre » 

 (KAL/Goma)

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22