Négociations directes gouvernement – CNDP : une diversion

18 septembre 2008

Billet du jour

Par Le Potentiel

Le Programme Amani est en mauvaise posture avec la reprise des hostilités au Nord et au Sud-Kivu. Mais un pan de voile vient d’être levé : le CNDP-Nkunda exige des négociations directes avec le gouvernement central. Astuce et tactique militaire pour gagner du temps ? Ambitions politiques ? Stratégies aux agendas cachés ? Diversion ? Interrogations pertinentes. Le mouvement rebelle, le CNDP que dirige Nkunda, a claqué définitivement la porte du Programme Amani. S’exprimant hier mercredi sur les antennes de RFI, Kamandi, l’un des proches collaborateurs de Nkunda a précisé que ce « programme n’était plus d’actualité ».

Comme pour enfoncer le clou, Bertrand Bisimwa, porte-parole du CNDP/Nkunda, n’est pas allé par quatre chemins : «Nous demandons aujourd’hui des négociations directes avec le gouvernement pour que nous puissions ramener la paix chez nous ». Les choses sont désormais claires. Plutôt que de faire la guerre contre les Interahamwe, le CNDP la fait contre les FARDC pour être le seul interlocuteur valable avec le gouvernement en exerçant une pression militaire. Du déjà vu avec le RCD avant le Dialogue intercongolais. Comme si l’histoire était en train de se répéter. Le Potentiel avait déjà eu la présence d’esprit d’évoquer cette hypothèse. Le CNDP tient à ses premières revendications, pratiquement les mêmes que celles soulevées autrefois par le Rassemblement congolais pour la démocratie, RCD, lorsque ce groupe armé avait pris les armes pour combattre le pouvoir central. Le CNDP affirme qu’il faut maintenant « examiner les choses en profondeur ». Que revendique le CNDP/Nkunda ? Apparemment les mêmes problèmes posés par le RCD lorsqu’il avait pris les armes. C’est-à-dire, la protection des Banyamulenge ou Tutsi-congolais, c’est selon ; le retour de réfugiés de cette ethnie actuellement dans les pays limitrophes et évalués à plus de 40 mille personnes : l’arrestation ou la neutralisation des éléments des FDLR considérés comme étant des génocidaires… Du déjà entendu autrefois par le RCD et pris en compte dans l’Accord de Sun City jusqu’à l’amélioration de la loi sur la nationalité. Bien plus, dernièrement, à l’issue de la Conférence de Goma, une recommandation a été faite sur la loi d’amnistie. Chose faite pour autant que cette loi a été votée au Parlement. Auparavant, Nkunda a été nommé général au sein des FARDC pour une véritable réconcilaition nationale, il n a jamais rejoint Kinshasa. Pourquoi? Evidemment, à première vue, ces revendications soulèvent tout un tas de questions. Qu’est-ce qui n’a pas été dit et fait à Sun City qui puisse obliger le CNDP à combattre l’armée régulière ? Quelle est cette solution politique qui rencontrerait l’assentiment du CNDP dans une région habitée par plusieurs ethnies ? Pourquoi toute cette pression pour une solution politique qui a poussé certains Etats voisins à soutenir tour à tour le RCD et le CNDP ? Comment expliquer ce recours aux armes avant tout pour obtenir une réponse politique ? Les négociations directes pourraient passer pour une diversion. Le CNDP saisira certainement cette opportunité pour placer la barre très haut afin de pousser le Gouvernement à ne pas accepter ses conditions et luifaireporter l’échec des négociations. La starétégie est connue d’avance.

LE CNDP ET LA LRA

Les réponses précises à ces interrogations aideraient à comprendre s’il n’y a pas d’agendas cachés derrière toutes ces revendications. Si la thèse de la balkanisation de la RDC demeure toujours d’actualité, il n’est pas exclu que la situation à l’Est ressemble à quelque chose près à celle qui prévaut en Ouganda. C’est-à-dire, entre le pouvoir de Kampala et le rebelle John Kony. Malgré la pression internationale, le chef des rebelles de la LRA garde sa puissance de feu et continue à combattre l’armée régulière ougandaise. Evidemment, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international, John Kony oblige Kampala à faire lever ce mandat avant de signer un accord de paix. Il sollicite toutes les assurances afin qu’il ne soit pas poursuivi en justice. Le CNDP se trouve dans les mêmes conditions. Il y a d’abord cette information qui n’a jamais été démentie relative à un mandat d’arrêt international en vue de l’arrestation de Nkunda. Ce dernier pourrait, à tout moment, être poursuivi pour crime contre l’humanité, au motif même de « l’enrôlement des enfants soldats » qui constitue un « crime de guerre ». En plus, au plan interne, le fait d’entrer en rébellion contre un pouvoir établi est susceptible de poursuites judiciaires. Nkunda n’a pas encore reçu des assurances fermes qui iraient dans le sens d’une « amnistie générale » soutenue par un accord politique. D’autre part, le chef d’Etat-major des forces du CNDP, Bosco, a été formellement inculpé par la Cour pénale internationale après les tueries en Ituri. Il a été demandé à Nkunda de le livrer à la justice internationale. Il a formellement refusé. Ceci dit, la guerre représente pour le CNDP un moyen efficace de retarder toute procédure judiciaire nationale ou internationale pour qu’intervienne une solution politique qui devrait absoudre « tous les griefs ». Mais si par aventure militaire, le CNDP consolidait ses positions, il se tournerait vers ses parrains et les initiateurs du complot international visant la balkanisation de la République démocratique du Congo. Au-delà, instituer une « zone de sécurité » qui permettrait au Rwanda d’avoir officiellement un pied en RDC. Pour longtemps.

KINSHASA FACE A SES RESPONSABILITES

A en croire certaines rumeurs de plus en plus persistantes, il se déroule actuellement à Goma une intense activité tant militaire, politique que diplomatique. Militaire pour préserver l’intégrité territoriale. A ce sujet, tout est mis en oeuvre pour sauver le Programme Amani de manière à entreprendre le désengagement et le désarmement des groupes armés. Au plan politico-diplomatique, les efforts s’intensifient à travers les représentants de la Communauté internationale. Ils s’emploient à impliquer les pays de la sous-région de manière à saisir l’importance et l’utilité de la paix. Bien sûr que Kinshasa est placé devant ses responsabilités pour que la RDC reste une et indivisible. Que tout le monde rentre dans les rangs et que certaines têtes, des traites, tombent et envisager toutes les options. Bien sûr que l’intensification des actions diplomatiques n’est pas à exclure pour faire la différence avec cette image des va-t-en guerre que présente les insurgés. Ce qui nous fait penser à cet entrefilet de Jeune Afrique sur le général Colin Powell, alors secrétaire d’Etat américain. Il commentait en ces termes certains moments difficiles de sa carrière : « Un jour, j’étais à Jérusalem, et le Premier ministre Ariel Sharon m’a dit : « Colin, il faut que je vous parle ». Nous sommes allés dans son bureau et il m’a dit : « Je ne veux pas que vous alliez à Damas. Je ne pense pas que cela serve les intérêts de la paix, et nous n’apprécions pas ici en Israël, que vous alliez à Damas ». J’ai répondu : « Ariel, je suis désolé, mais j’irai quand même. Je suis le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, pas le ministre des Affaires étrangères d’Israël. Je vais à Damas ». Il s’est mis à rire et m’a dit : « Alors rendez-moi un service. Dites au président Assad que la situation est très explosive ici et qu’il devrait user de ses bons offices pour stopper ces roquettes ». A Damas, j’ai eu une longue conversation avec le président Assad. Les conversations avec lui et avec ses ministres sont difficiles, mais à la fin de l’entretien, je l’ai pris à part et lui ai fait passer le message. Il a hoché la tête, n’a rien dit, mais les tirs de roquettes ont cessé le soir même. Le lendemain, M. Sharon m’a remercié. La diplomatie ne se fait pas toujours au grand jour. Et elle est difficile ». – Fin de citation. Encadré Echanges des tirs entre Sake et Kiroshe De violents combats ont opposé les éléments des 14ème, 83ème brigade non intégrée et 7ème brigade des FARDC aux éléments du CNDP hier mercredi. L’avancée des forces loyalistes vers Karuba avec comme dernier objectif Mushake n’a pu réussir dans la mesure où les hommes fidèles à l’ex-général Nkunda n’avaient jamais quitté ces positions. Les forces, sous le commandement de Bernard Biamungu, un ancien du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), ont effectué un repli stratégique à Sake. De cette position, elles ripostent aux attaques des éléments du CNDP, à partir de Kiroshe. Dans cette localité, les travaux d’électrification entamés ont été arrêtés à la suite de ces affrontements. Jusque-là, le bilan des affrontements n’est pas encore connu, mais il est fait état déjà des pertes en vies humaines et des blessés. Des morts de trop pour une guerre inutile. La colère des Congolais ne s’est pas fait attendre. A Kinshasa, Bukavu et Bunagana, des manifestations hostiles à la guerre et au CNDP ont été organisées.

BABACAR GAYE RATTRAPE PAR LA JUSTICE

Le commandant des forces de la Monuc, sous un mandat d’arrêt international, ne se rendrait plus à New York pour la cérémonie de remise et reprise avec son successeur espagnol. Le Sénégal, son pays n’a livré l’information tenue secrète que vendredi dernier. L’homme à qui revient la charge de piloter le plan de séparation des forces a évité de passer par l’Europe à la suite de ce mandat d’arrêt international. A Kinshasa, quelques membres du personnel féminin africain de la Monuc l’accusent de harcèlement. Babacar Gaye est poursuivi pour des faits se rapportant au naufrage du ferry Joola dans son pays le Sénégal. A l’époque des faits, il assumait les fonctions de chef d’état-major des forces armées.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22