JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2009

7 mars 2009

Billet du jour

azalee4401.jpg

Les azalées de ce 8 mars

Encore une fois, ce 08 mars nous apporte la journée Internationale de la femme et affirme toute notre attention sur la femme. Sur sa grandeur, sur sa beauté, sur sa mission. Nous sommes là parce qu’il y a eu des femmes qui ont accepté de nous mettre au monde et nous donner la vie. Qu’on se rappelle que  tout homme, même celui qui viole, qui assassine et tue une femme,  a comme matrice une femme. La fleur d’ azalée est donnée aux femmes, comme signe de respect et d’affection.


En ce matin brumeux d’un capricieux mars
Je me retrouve, moi aussi,
Avec ce petit bouquet de fleurs dans mes mains,
Petits arbustes d’azalées rouges fleuries
Dans une cruche colorée de l’ arc-en ciel,
Une somme de significations profondes
D’ émotions à peine murmurées,
De notes musicales vives d’ une chanson jamais oubliée
Qui chaque année s’ entonne  instamment
Et revient spontanément dans mon cœur,
Quand je me trouve devant
Ce visage ridé de ma vielle mère,
Femme de jadis, mais, malgré ses années, 
Toujours éclatant de sourire et de vigueur,

Elle est là à me rappeler, à se préoccuper

Et à me dire de ce passé jamais passé.

Mais aujourd’hui 08 Mars je m’ envole,
Comme un oiseau dans la liberté des cieux,
Inaccoutumée chanson
Pour ces femmes des coins plus perdus
Des savanes et de forets africains.

Femme de tous le temps et de tous les continents,
Femme mère, marquée par le mystère d’une maternité
Qui se renouvelle sans cesse,
Femme  consacrée, toujours prête à se donner sans réserve
Et à tendre leur main,
Jeune Femme du visage des printemps,
vielle Femme,
Grêlée par les signes inexorables  du temps,
Petit fœtus prêt à s’ouvrir à la vie
Et entrer dans un monde distrait
Qui ne fait que nier ses droits.

Femmes de Kiwanja, femmes de Kasika,
Femmes de Makobola, femmes de Kanyola,
Femmes de Kanyabayonga, femmes de …
Et mes souvenirs se démêlent aux larmes et aux gémissements infinis.
N’ayant plus en moi le courage
De voir cette longe séance d’images de viols et d’assassinats,
Je songe seulement de vouloir planter sur leurs tombes
Des petits arbustes d’azalées rouges
Et sentir déjà  l’arbre  de demain fleurir et parfumer,
Refuge et repos pour mes longues fatigues.

Femme congolaise, ne pleure plus,
Le temps de la paix s’approche                                                                       
Nos cieux dessinent des nouveaux tableaux de beautés infinies ;
Et toi, en tant qu’aube d’une nouvelle humanité,
Habille-toi de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel,    
Danse ta joie en entonnant ta chanson libératrice
De toute ta dignité de mère, épouse et sœur.

Femme congolaise, en avant, fière et pleine de dignité, 
Vers un  avenir qui est déjà là,
Plein d’espoirs indéfinis pour l’humanité,
Où les hadaux rêves de tants d’années
Finalement prennent leur contours rosés.
Bonne fête femme congolaise, mais aussi bonne fête maman !
Heureusement que tu es encore là ! Tes longs ans de femme et de mère nous disent beaucoup, et cela nous suffit.

© kakaluigi 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22