Les images du CAREME 2009: LUNDI SAINT

5 avril 2009

Evangile

judaskis.jpg

JUDAS… ET MARIE DE MAGDALA  Lundi 06 avril 2009 

Quand nous tombons à cause de notre faiblesse, donne-nous de reprendre vie par la passion de ton fils bien-aimé. » (prière d’ouverture de la messe) 

Voila deux personnages, qui en ces derniers jours sont là proche à Jésus, mais chacun avec ses sentiments très différents et divers.  Je me rappelle un sermon d’un saint curé d’un petit village du Diocèse de Cremona, l’Abbé Mazzolari, qui en célébrant les offices du Jeudi Saint avait appelé « Judas, notre frère ». 

Oui Judas c’est un traitre, un homme à la double face, un type que je voudrais jamais rencontrer sur le chemin de ma vie. Moi qui j’aime le contraire de Judas. « Alors Judas, qui l’avait livré, voyant qu’il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d’argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens, en disant : J’ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent : Que nous importe ? Cela te regarde. Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira, et alla se pendre ». (Matthieu 27, 3-5) Le 6 avril 30, une foule conduite par Judas Iscariote est venue arrêter Jésus dans les jardins de Gethsémani. Accablé de remords, Judas jettera son argent dans le Temple puis se pendra. Marie de Magdala, une femme, libre à vendre son corps, sa sexualité, à n’importe qui. Elle était une prostituée. 

Les deux personnages ont quelque chose de commun avec nous chrétiens d’aujourd’hui. Ne fusse que l’amour au pouvoir, à l’argent, à une sexualité sans limites. Oui Judas est mon frère, et Marie Madeleine est ma sœur. Mais combien de capacités dans l’un et dans l’autre. Quelle différence entre les deux, un incapable de se repentir, l’autre capable de changer totalement sa vie. L’un disciple qui rejette sa vocation, l’autre qui accepte ce nouvel appel de suivre le Christ. 

A cause de notre faiblesse Seigneur Jésus, tu as devant toi, deux personnages bien différents. Marie, impulsive et aimante, démesurée dans ses propos comme on l’a vu à la résurrection de Lazare, sentimentale lorsque Marthe s’affaire pour la cuisine. Aujourd’hui, elle se met aux pieds de Jésus et voilà qu’elle répand une livre d’un parfum très pur et de grande valeur. 

C’est trop, c’est trop n’hésite pas à dire l’homme des calculs, des roueries, des faux-fuyants. Un homme sincère pourtant puisqu’aux premiers jours il s’est donné à Jésus. Mais avec le temps, il a fait le chemin inverse de Marie. Il se replie sur lui-même et devient faible, de plus en plus faible. Il ne sait pas ce qu’est l’exubérance d’un amour qui donne. Et moi, qui suis-je ? Aide-moi, Seigneur, à faire un bilan de ma conscience à ton égard et à l’égard de mes frères. Pas comme Judas, pour qui les pauvres sont un prétexte, mais qui est tout tissé d’argent en son coeur. Comme Marie, bien sûr, car je suis pécheur. 

Reprendre vie Judas s’enfonce vers le mensonge et la mort. Il a commencé les premiers gestes de son suicide. L’ordre, le bon ordre de l’argent le conduira à la trahison et à la haine. Comme il n’a plus d’issue pour vivre avec amour, il se donne la mort. Savait-il ce qu’est l’amour ? 

Marie, elle a beaucoup aimé, dans le désordre. Elle a aimé avec des folies. Ce n’est pas la folie du pécheur qui compte à tes yeux, Seigneur, c’est l’amour. Tu es venu non pour juger mais pour sauver. Et sans amour, que peut-on sauver ? sans amour que peut-on offrir ? Tu le sais puisque tu donnes tout à ton Père, par Amour. Je suis pécheur. Mais je t’aime, toi qui sais tout, tu sais bien que je t’aime. Tout compte fait je me sens plus près de Marie. 

« Aide-nous, Dieu éternel et tout puissant, à célébrer les mystères de la Passion du Seigneur de telle sorte que nous obtenions le pardon. » (prière d’ouverture de la messe) Satan entra en lui 

Je le retrouve encore aujourd’hui ce Judas, à côté de lui se trouvent les autres apôtres. Ils ne comprennent pas le sens de la parole de Jésus. Ils se regardent les uns les autres espérant trouver une explication auprès de l’un ou de l’autre. Judas comprend très bien : »L’un de vous me livrera. » C’est chose faite pour trente deniers. Durant le repas pascal juif, recevoir la première bouchée de l’agneau était significatif. On le donne en premier à une personne que l’on veut honorer. C’est ce morceau qui a été donné à Judas, preuve que Judas pouvait être pardonné. 

Jésus accomplit le rite de l’Ancienne Alliance. Judas, par son péché, préfère ne pas être pardonné. Satan entre en lui. Tu me suivras  maintenant et non pas plus tard 

A l’inverse, Marie Magdeleine veut rester fidèle à Jésus. Le Seigneur la rappelle au réalisme de sa faiblesse avec netteté :  » Tu ne pécheras plus… » Et  son amour sera si grand qu’elle deviendra la témoin de la résurrection.   Voilà qui me donne à réfléchir quand j’ai peur d’aller me réconcilier par la grâce du sacrement. Car ce n’est pas chose facile que de se mettre à genoux pour reconnaître ses fautes et en obtenir le pardon…même de Toi. 

Seigneur, Tu as aidé Judas. Il a refusé cette aide. Tu as aidé Marie de Magdala, elle a  accueilli ton regard d’amour. Elle se sait pardonné © kakaluigi 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22