DIMANCHE DE PAQUES DE RESURRECTION 2009

11 avril 2009

Evangile

15theresurrectionofjesus.jpgALLELUYA ! RESURREXIT 

Solennité des solennités. Un tombeau vide. Des femmes préoccupées. Des anges qui annoncent que Jésus n’es plus là… bouleversement total d’une vie nouvelle qui commence et qui percera pour toujours l’histoire de tout homme. C’est PAQUES DE RESURRECTION. 

 

 

1. ECOUTER 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20, 1-9 

 

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu’il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau.  Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis.»  

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensembles, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il voit que le linceul est resté là ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau, et il regarde le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place.  

C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas vu que, d’après l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

 

 2. REFLECHIR 

Nous voilà à Pâques. Jésus a été ressuscité. Le tombeau est vide. Le récit de la visite de Marie-Madeleine, Simon-Pierre et Jean au tombeau vide culmine avec l’entrée de Jean, le «disciple que Jésus aimait»: Il vit et il crut! L’évangile de Jean se termine ainsi. Comme la nouvelle vie de Jésus, c’est de la mort que naît la foi du disciple. Son regard de foi voit au-delà de ce que ses yeux voient. Extérieurement, rien n’est changé, rien n’est visible. Pourtant, tout est différent.
Voici près de deux mille ans, la lumière de la Vie Nouvelle a jailli d’un tombeau. Désormais, pour toujours, et dans cet aujourd’hui qui est le nôtre, toutes choses sont remplies de cette lumière, le Ciel, la Terre et les Enfers. La vie prend toute autre allure, l’histoire commence une nouvelle page, l’homme a des nouveaux horizons à percer. 

Cette vie nous est donnée au jour de notre baptême, ce jour « où nous avons été ensevelis avec le Christ dans sa mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle. » (Romains 6. 4) 

A Pâques, nous célébrons la Résurrection du Christ comme quelque chose qui est arrivé et qui nous arrive encore. Car chacun d’entre nous a reçu le don de cette vie nouvelle, la faculté de l’accueillir, la grâce d’en vivre. C’est un don qui change radicalement notre attitude envers toutes choses, y compris la mort. Certes elle est encore là et nous l’affrontons toujours. Un jour, elle viendra nous prendre. Mais là réside aussi toute notre foi. 

Par sa propre mort, le Christ a changé la nature même de la mort. Il en a fait un passage, une pâque, dans le Royaume de Dieu. Il a transformé en une victoire suprême, ce qui est et reste une tragédie.  

Nous vivons souvent comme si cet événement unique n’avait que peu de signification pour nous. C’est notre faiblesse, alors que nous sommes appelés à vivre constamment de foi, d’espérance et de charité. Immergés dans nos préoccupations journalières, nous succombons à cause de cet oubli. Et notre vie en devient mesquine, enténébrée, dépourvue de sens, nous conduisant vers un but sans signification. 

Ce n’est pas en oubliant la mort que nous rendrons notre vie agréable. Car, dans ce cas, elle devient absurde dans son inévitable. En vivant comme si le Christ n’était jamais venu nous entraîner dans sa vie par delà cette mort, nous n’en comprenons pas le sens. 

Au commencement de cette semaine sainte 2009 un violent tremblement de terre a secoué une province d’Italie. Morts, décombres, gens obligés à laisser leurs maisons, souffrance, pleurs, larmes. Des personnes privés , comme toujours dans des circonstances pareilles se sont donné la peine de donner un coup de main aux autorités pour aider à chercher les survivants en dessus de ces décombres. 

 

 

Le dimanche des Rameaux, Monsrigneur Monsegwo à celebré dans le stade Tata Raphael de Kinshasa arcicomble de jeunes en fete. Leur joie faite de danses, de chants et de prière, me disais en ce moment que : «Pâques était au rendez-vous, ce jour-là. Dieu est ressuscité, Il est vivant.»  

 

Justement la Résurrection c’est bien plus qu’une vie après la mort. C’est une vie pour aujourd’hui. Pas juste une vie après la mort, mais contre la mort. La Résurrection n’est pas une explication de la mort et de l’après-mort. La Résurrection c’est Quelqu’un, Dieu avec nous aujourd’hui, Dieu en Jésus de Nazareth venu vivre chaque jour la Résurrection, nous révéler que la vie a le dernier mot, si nous le voulons. La Résurrection c’est l’aventure, le combat, l’engagement du don de sa vie chaque jour, c’est recommencer l’histoire de la vie chaque matin, c’est s’atteler à la tâche de repousser toujours un peu plus les frontières de la mort. C’est l’histoire de toute la vie de Jésus, Jésus a vécu en ressuscité et c’est en le regardant que je comprends un peu mieux la Résurrection. Jésus casse les tabous, fissure les consciences trop sûres d’elles-mêmes, fait écrouler les préjugés, ébranle les pouvoirs abusifs et les institutions sclérosées. 

 

Quand Jésus partage le repas avec les pécheurs, les exclus, quand il cueille Zachée dans son arbre, il leur redonne confiance en eux. C’est ça vivre la Résurrection. Aujourd’hui c’est accueillir et redonner confiance aux rejetés de la société: les malchanceux, ceux qui ont des handicaps, ceux qui sont seuls, les clochards, les chômeurs.  

 

Quand Jésus demande à boire à la Samaritaine, c’est toutes les ethnies qu’il accueille.  

 

Quand Jésus dénonce les attitudes rigides et autoritaires des pharisiens, c’est contre tous ceux qui se font les juges et les propriétaires des autres, c’est contre tous les gourous du monde qu’il s’en prend. Il défend la liberté, c’est ça vivre la Résurrection.  

 

Quand Jésus dit les béatitudes, il prend la défense de l’homme et vient dénoncer tous les bonheurs  illusoires, il écrit la charte des droits de l’homme.  

 

Quand Jésus… et quand toi tu prends la relève à la suite de jésus et que tu chantes la vie, Pâques s’appelle Aujourd’hui.  

 

3. Que faire ?

Si nous prenons conscience de cette réalité pascale dans l’immédiat de nos journées, nous ouvrons une porte sur la splendeur du Royaume, sur l’avant-goût de la joie éternelle qui nous attend dans la plénitude de la vie. La liturgie de l’Eglise est « ordonnée » autour de Pâques. La succession des temps liturgiques nous conduit dans un voyage, un pèlerinage qui est progressivement la fin de ce qui est vieux et périmé, qui est aussi un passage constant de ce monde à notre Père. 

« Que ton Esprit fasse de nous des hommes nouveaux pour que nous ressuscitions avec le Christ dans la lumière de la vie. » (prière pascale après la communion) 

« Voici le jour que fit le Seigneur, jour de fête et jour de joie ! Voici le jour où le Christ, notre Dieu, nous conduit de la mort à la vie. » (Acclamations des matines) 

En ce jour de Pâques, il n’est plus qu’une seule attitude à avoir : la foi.
C’est elle qui permet à la réalité divine d’illuminer notre vie. 

Il n’est plus qu’une action à entreprendre :
C’est de porter partout témoignage de la bouleversante découverte d’un monde nouveau. 

Voici le jour de la Résurrection. Voici la lumière de notre joie!
Voici la Pâque du Seigneur !
Le Christ nous a fait passer de la mort à la vie et de la terre aux cieux !
  Chantons son triomphe !  Purifions nos vies.
Nous le verrons, le Seigneur étincelant de Lumière.
Le Christ ressuscité !  Et nous l’entendrons nous dire « Paix sur vous ».  Chantons son triomphe ! Joie, Joie sans fin !
Le Christ est ressuscité ! Alléluia ! 

(dans la liturgie byzantine) 

 JOYEUSES PAQUES DE RESURRECTION A VOUS TOUS AMIS ET FRERES. QUE DIEU VOUS BENISSE!

© kakaluigi 2009 

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22