Muzito sous surveillance financière de Kabila?

6 juin 2009

Actualités

par RFI

Une lettre adressée au Premier ministre par le cabinet du président Kabila a demandé à Adolphe Muzito de ne plus engager de dépense sans l’accord préalable du chef de l’Etat. Une instruction donnée pour « endiguer les dérapages substantiels et répétés des finances publiques et de la monnaie ». Jeudi, Joseph Kabila a reçu le Premier ministre, les ministres du Budget, des Finances et le gouverneur de la Banque centrale. Cette décision de la présidence est-elle légale ?

 La Constitution de la République démocratique du Congo consacre le principe de la séparation des pouvoirs. L’article 91 définit strictement les domaines de collaboration entre le président et son Premier ministre.

Ces domaines concernent la défense, la sécurité et les affaires étrangères mais pas les finances. Le Premier ministre est responsable devant l’Assemblée nationale qui seule peut le démettre. En résumé, le président règne mais ne peut en aucun cas gouverner.

En décidant de placer son Premier ministre sous une sorte de tutelle, le président congolais choisit une position très contestable puisqu’elle viole la Constitution. Pour quelle raison ? Si Joseph Kabila n’a plus confiance en son Premier ministre, il dispose du mécanisme parlementaire pour le faire partir.

Discussions avec le patriarche du PALU, Antoine Gizenga

Cette option est certes coûteuse. Pour gagner l’élection présidentielle de 2006, Joseph Kabila a passé un accord avec le Parti lumumbiste unifié (PALU). En contrepartie de son ralliement, le parti lumumbiste a obtenu d’occuper jusqu’a maintenant la primature. La donne va-t-elle changer ? Joseph Kabila est-il prêt aujourd’hui à rompre cette alliance ?

Dans l’entourage présidentiel, on dément que la lettre envoyée au Premier ministre soit un désaveu mais de nombreux Congolais contestent cette version.

En fait, selon nos informations, des discussions se déroulent avec le patriarche du PALU, Antoine Gizenga, pour négocier une sortie en douceur du Premier ministre. En clair, pour l’amener à démissionner volontairement. Cette option permet d’éviter l’humiliation d’une motion de censure et de rompre trop brutalement l’alliance avec un allié qui peut demain redevenir un rival.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22