La réaction de l’Action Kivu Yetu au message de nos Pères évêques interpelle

16 juin 2009

Au fil des jours

Par  Le Potentiel

 

 

 

Parmi les institutions pouvant avoir les membres dans tous les coins et recoins du pays, il y a les églises. Et l’église catholique est l’une des plus représentatives. Quand ses pasteurs s’expriment, ils attirent l’attention d’un plus grand nombre de compatriotes. Souvent, leurs messages (comme celui qu’ils ont signé le 29 mai 2009 à l’Est) suscitent des réactions en sens divers. Tel est le cas de ce message de nos évêques de l’Est (publié par le journal Le Potentiel du mercredi 10 juin 2009) qui, déjà, fait dire à un membre de l’association Action Kivu Yetu, Pasteur Shabani, qu’il devrait démissionner. (cfr le site Lecridesopprimés)

POURQUOI LES EVEQUES DEVRAIENT-ILS DEMISSIONNER ?

Il s’explique : « Les évêques sont censés représenter notre créateur ici sur terre et dans le cas d’espèce dans la partie Est de la RDC. Les signataires de ce message devraient plutôt montrer la compassion de Jésus Christ à tous ces orphelins et orphelines et aussi à toutes ces veuves que les êtres chers les ont quittées par suite d’une série de guères meurtrières conduites par ceux-là qui dirigent actuellement notre pays bientôt 10 ans. Ces dignitaires catholiques devraient se soucier au premier chef du sort de toutes ces vieilles femmes, femmes mariées, filles, fillettes et bébés qui sont constamment violées dans l’Est de la RDC, particulièrement au Sud et Nord-Kivu sans que le pouvoir actuel n’inquiète les auteurs». Pour le Pasteur Shabani, le message nos Pères les évêques passe à côté de cette préoccupation. « Etrangement, écrit-il, les mêmes Evêques commencent l’analyse de la situation au Congo par une tâche que véritables patriotes congolais n’accepteront jamais a savoir: «Depuis 2006, Le peuple congolais a fait l’expérience d’élections libres, démocratiques et transparentes qui ont donné lieu à des institutions légitimes. Leurs animateurs ont reçu mandat de rétablir l’autorité de l’Etat sur tout le territoire, et de la renforcer par Des mécanismes de bonne gouvernance.» » Pour lui et pour l’Action Kivu Yetu, « l’Histoire retiendra qu’en 2006, il s’est déroulé des élections dans un pays pour une première fois sous surveillance des chars de combat. La crainte était totale. La communauté internationale a mis des moyens consistant à distribuer aux compatriotes d’esprit faible avec promesse des postes ministériels ou inscription sur la liste des députes ou sénateurs. Des contingents militaires, des armes de toutes sortes, bref un arsenal impressionnant. Pour cette seule opération, la communauté international avait débloqué une bagatelle somme de + 456.000.000 euros. Ce montant a été plusieurs fois confirmé par des médias internationaux et régionaux.

Le Pasteur Shabani termine son message en ces termes : « Messeigneurs évêques, vous venez de prouver que c’est vous qui bloquez l’élan du soulèvement du peuple pour sa libération face aux envahisseurs Rwandais et autres étrangers. Et il ajoute : «Messeigneurs Xavier Maroy, Sikuli, Ngabu, Ngumbi et Kaboyi, sachez que vous venez de cracher sur la mémoire des vos collègues, frères et aînés : Kataliko, Muzihirwa, Etsou, Pr.Magabe, Pasteur Lukusa qui ont quitté ce monde car ils ont été de véritables représentants de Dieu et dirigeants spirituels du peuple congolais pendant cette occupation qui est venue élire domicile au Congo grâce aux collabos».

LE SENS D’UNE INTERPELLATION

Cette réaction peut être appréciée différemment. On peut y lire le règlement des comptes d’un pasteur à l’endroit d’autres pasteurs en prenant appui sur une association. Elle peut traduire le rejet d’une partie de notre peuple des églises dites traditionnelles. Donc, il y a plusieurs manières de lire la réaction du Pasteur Shabani et de l’Action Kivu Yetu au message de nos évêques. N’empêche que nous puissions avouer qu’elle interpelle.

D’abord par le fait qu’elle est signée au nom d’une association du Kivu. Celle-ci est supposée être aussi informée que nos Pères les évêques sur les réalités du terrain. Contrairement à nos évêques, Action Kivu Yetu n’a pas une même lecture des élections de 2006. Elle apparente celle de nos évêques à celle des dominants, c’est-à-dire à celle de ceux qui ont débloqué de l’argent et engagé leur armée afin que les élections aient lieu, à tout prix, chez nous. Même si le bénéfice du doute peut être évoqué quant à la corruption de nos évêques, le fait est là que l’Action Kivu Yetu, s’appuyant sur le témoignage des populations de ces deux régions (Nord et Sud-Kivu), les accuse d’avoir influencé le vote. Il y a là comme un appel à un peu plus de crédibilité de la part des pasteurs de l’église catholique. Cela d’autant plus que la même association ne disqualifie pas tous les évêques. Elle en cite au moins trois (Kataliko, Muzihirwa et Etsou) en exemple. Pour elle, «ils ont été de véritables représentants de Dieu et dirigeants spirituels du peuple congolais pendant cette occupation qui est venu élire domicile au Congo grâce aux collabos».

Ensuite, dans un contexte de pluralisme religieux, la réaction de l’Action Kivu Yetu semble dire à l’église catholique et à ses pasteurs qu’ils n’ont pas le monopole dans la prise publique de la parole. Qu’ils peuvent être contestés et leurs actions décriées. Que souvent, ce qu’ils font est passé au crible de la critique. Qu’ils ne peuvent pas parler sans rester humbles et à l’écoute. Ce qu’ils disent n’est pas considéré par tout le monde comme « parole d’évangile ».

Enfin, en tant que disciples de Jésus, c’est le sens même de leur mission prophétique qui est mis en cause. Même si certaines accusations peuvent se révéler non-fondées, il semble être important qu’une évaluation de l’engagement prophétique des pasteurs de l’église catholique (et les autres) chez nous se fasse sans complaisance. Est-il compréhensible que dans l’un des pays les plus chrétiens et catholiques du monde, les populations soient les plus clochardisées sans que l’évangile joue, à la manière du levain, le rôle de lever la pâte du bonheur collectif partagé ? La religion a-t-elle fini par devenir, chez nous, un opium du peuple ?

J.-P. MBELU (A suivre)

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22