Pour ne jamais rien oublier

30 juin 2009

Au fil des jours

30 juin 1960-30juin 2009 = La RDCongo martyrisée et clohardisée!

49 ans après ce jour sacré du 30 juin 1960, où en sommes-nous aujourd’hui le 30 juin 2009 

L’état des lieux présente aujourd’hui plus ou moins ½ siècle de retard global assaisonné des tares à contre-courant des progrès multiformes qui se réalisent dans le monde.

La pauvreté paradoxale sévit durablement dans ce grand pays où, pourtant, devait couler naturellement ’’le lait et le miel’’ !

Les antivaleurs telles la corruption, l’impunité, l’injustice, les crimes politiques , crimes de guerre, crimes contre l’humanité tiennent lieu  de valeurs primées d’ailleurs sous forme de poste de pouvoir; le conjoncturel tient lieu du structurel ; le futile de l’essentiel, la forme du fond, le pilotage à vue du pilotage stratégique !

Bref, en RDCongo, tout va à l’envers! Par exemple: alors que la majorité de nos concitoyens manquent de tout et que certains( hommes, femmes, enfants), malades, meurent tout simplement parce qu’ils manquent de moyens  de transport pour se rendre à l’hôpital, à l’occasion de la 49ème commémoration de la journée nationale , ce 30juin2009, les ploutocrates au pouvoir en RDCongo réalisent des dépenses somptuaires pour poser un voile d’ignorance sur les vrais problèmes et distraire les congolais! Aller passer ce 49ème anniversaire à Goma, fief du dictateur criminel ruandais Paul Kagame, n’a pour signification que « Joseph  » Kabila se moque du peuple congolais et de nos 6 millions de morts qui sont privés de justice! Il « chie » sur la lutte menée  par Patrice Emery Lumumba  en allant faire l’acte  d’allégéance aux criminels au pouvoir au Ruanda sous pretexte d’une « paix bidouillée » fondée sur le déni de justice!

Pour ce motif, l’Union de Congolais pour la Défense de la Patrie et du Peuple UCDP, force politique de rappel à l’ordre et de proposition/ Alternative crédible pour le bien-être social du peuple, la réhabilitation de l’existant et le développement durable de la RDCongo, appelle les congolais à dénoncer les arrangements personnels de Joseph »Kabila » avec ses amis et complices  criminels ruandais pour la déstabilisation de notre pays! Ces arrangements sont des actes de haute trahison parce que, tant que la justice ne sera pas rendue en faveur des millions des congolais, le Ruanda restera un pays ennemi du peuple congolais! A ce titre, nous considérons comme une provocation toute  participation du pouvoir criminel ruandais à la commémoration du 49ème anniversaire de la date du 30 juin 1960. N’en déplaisent aux petits flagonneurs qui tentent de faire l’apologie de la présence criminelle de ces « tueurs des congolais » soit-disant comme symbole de la « paix »! Comme l’avait dit M’zee Laurent Désiré Kabila, si la justice ne se prononce pas contre ces criminels ruandais et leurs supppôts en RDCongo tôt ou tard, la guerre ira finir où elle avait commencé, au Ruanda!     

 

Aprés 49 ans d’indépendance, la victoire du néocolonialisme en RDCongo  que nous combattons chaque jour est une évidence aujourd’hui: le pouvoir politique est confisqué par les suppôts des prédateurs qui travaillent pour les intêrets qui ne sont ceux des congolais! Avec la complicité de nos compatriotes, le pillage systématique du patrimoine national est organisé au travers les multiples contrats léonins! Le travailleur congolais est exploité et sous payé… c’est un esclave et le pouvoir est absent….!

Pour la jeunesse congolaise qui a soif de savoir pour comprendre afin de mieux se défendre, Info UCDP a choisi à cette occasion la réflexion de Jean Kalama-Ilunga  réalisée le 19 janvier 2003 sur Patrice Eméry Lumumba et la lutte pour gagner l’indépendance.

Info UCDP



L’expérience et les idées clés de LUMUMBA.


Réflexion proposée par : Jean KALAMA-ILUNGA

19 janvier 2003


Préambule
Lorsqu’en janvier 1961, tous les médias du monde annoncèrent la disparition tragique, par assassinat,

JPEG - 13.7 ko
Patrice Emery Lumumba

de Patrice-Emery LUMUMBA , l’émotion dans le monde qui s’en suivit, n’avait d’équivalent que la propagande de diabolisation impérialiste et néocolonialiste qui avait précédé cet acte odieux .

Cet événement a suscité deux types d’attitude :
- d’une part , les suppôts de l’impérialisme, sablant le champagne de victoire, ont exprimé leur satisfaction d’avoir eu éradiquer le facteur nuisible à la construction du système néocolonial et à sa pérennité au lendemain de la proclamation de l’indépendance ;
- d’autre part, l’émoi et la consternation avaient envahi le peuple progressiste du monde entier et,particulièrement de la R.D.Congo. Ensemble, ils avaient vécu cette injustice, comme l’illustration d’une défaite cuisante !

Toutefois, dans un sursaut de volonté, les progressistes s’étaient redressés pour faire de Patrice Emery LUMUMBA le symbole de la lutte pour la liberté, l’indépendance, la souveraineté des peuples . Les nationalistes congolais, en particulier, avaient repris le flambeau pour continuer sa lutte jusqu’à ce jour.

Ainsi donc, celui dont la propagande impérialiste affublait de tous les noms d’oiseaux afin de le salir avant de le faire assassiner est devenu un mythe plus fort mort que vivant, et plus vivant bien que mort !

En effet, 42 ans après la disparition de LUMUMBA n’ont pas entamé le patrimoine qu’il a légué au peuple congolais en particulier et aux progressistes du monde en général :
les gardiens de l’impérialisme et du néocolonialisme en prenant l’option de l’élimination physique du leader charismatique congolais, ils avaient , par cet acte odieux, planté les germes de leur pire cauchemar : les idées de Patrice Emery LUMUMBA.

Tout ceci nous amène à nous interroger sur ce qu’était cet homme et comment en 3 mois seulement d’exercice comme chef du tout premier gouvernement issu des élections libres de la R.D.Congo avait-il pu susciter tant de passions de haine pour les uns et d’espoir pour les autres à la dimension de la planète ?

Pour donner une explication à ce phénomène en vue d’en faciliter la compréhension, j’ai divisé mon exposé en 2 points :
-
La métamorphose d’un homme simple pour un destin national
- L’état d’esprit de LUMUMBA et ses idées clés


La métamorphose d’un homme simple pour un destin national


1°) un homme simple


La propagande impérialiste et néocolonialiste avait occulté, dans son action de diabolisation contre le phénomène politique LUMUMBA, le fait que ce dernier était avant tout un être humain constitué de chair et de sang . Dans la perception collective délibérément faussée, pour les uns, il était un mythe , l’illustration du diable ! et pour les autres pourquoi pas un extraterrestre ?
Cette propagande avait caché le fait que LUMUMBA était avant tout un homme simple , un homme du peuple qui était né quelque part en R.D.Congo ! qu’il avait de la famille ! qu’il était marié ! qu’il avait des enfants qu’il aimait ! qu’il travaillait et payait ses impôts à l’administration coloniale !

Pour ne jamais rien oublier dans Au fil des jours

Patrice Emery Lumumba

Par ailleurs, comme la plupart des évolués de l’époque, il avait été formé dans les écoles coloniales avec en toile de fond comme base d’enseignement, la soumission à l’ordre colonial diffusée par les missionnaires catholiques principalement !

Son esprit étant forgé et modelé par cet enseignement programmé, LUMUMBA n’était pas une exception, il était devenu le parfait produit d’endoctrinement colonial, un parfait laquais pour qui devenir blanc et belge était l’idéal !

En bien- pensant modèle de l’époque, on n’avait pas fait allusion à ses réflexions parues dans un ouvrage intitulé :« Le Congo, terre d’avenir est-il menacé ? » qu’il acheva en 1957et dans lequel il écrit ceci :’’ le désir essentiel de l’élite congolaise n’est pas de méconnaître le bien réalisé, mais d’être belges et d’avoir la même aisance et les mêmes droits compte tenu des mérites de chacun…’’

Image

- Patrice Lumumba

Ou , envahi par l’esprit d’esclave et de soumission ,il dit concernant le roi Baudouin :’’ nous vous rappelons avec plaisir la déclaration qu’a faite le roi Baudouin, notre roi bien aimé que la Belgique et le Congo ne forment qu’une seule Nation… Notre roi peut-il se tromper ?Avons-nous le droit de douter de son amour à notre égard, de ses intentions très humanitaires ?’’

Pourquoi sa position pour la non-violence dans la démarche pour l’indépendance n’était jamais évoquait ? Pourtant il avait écrit :’’…que les pays occidentaux ont dû pour obtenir l’indépendance, se battre… Ce serait commettre un acte de la plus grande barbarie, du banditisme que de sacrifier des vies humaines, nos membres de famille qui nous sont chers, pour la soif de l’indépendance !’’

Jusqu’ en 1957, pendant qu’il rédigeait son ouvrage, Patrice Emery Lumumba croyait dans la bonne foi de l’ordre colonial, c’était un homme profondément honnête, endoctriné , par l’enseignement subi, à l’idéologie coloniale. Ce sont son intelligence, son grand dynamisme et sa largesse de vue qui l’ont fait remarquer si bien qu’en 1954-1955, il a pris la direction de l’association des évolués de Kisangani.


2°) La métamorphose


30 juin 1960, le monde entier est abasourdi lorsque Patrice Emery LUMUMBA prit la parole pour le discours officiel d’accession de la République Démocratique du Congo à l’indépendance. Son contenu ci-après fit capoter la première scène du premier acte du scénario élaboré pour une recolonisation par procuration après la proclamation de la dite indépendance, il dit : « A vous tous, mes amis qui avez lutté sans relâche à nos côtés, je vous demande de faire de ce 30 juin 1960 une date illustre que vous garderez ineffaçablement gravée dans vos coeurs, une date dont vous enseignerez avec fierté la signification à vos enfants, pour que ceux-ci à leur tour fassent connaître à leurs fils et à leurs petits-fils l’histoire glorieuse de notre lutte pour la liberté .Car cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd’hui dans l’entente avec la Belgique , pays ami avec qui nous traitons d’égal à égal,  nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c’est par la lutte qu’elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans  laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang . C’est une lutte qui fut de larmes de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu’au plus profond de nous car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant  esclavage, qui nous était imposé par la force. Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire. Nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres. Qui oubliera qu’à un noir on disait « Tu », non certes comme à un ami, mais parce que le « Vous » honorable était réservé aux seuls blancs ….? » » » »

Cet homme simple qui était noyé dans l’idéologie coloniale il y avait 3 ans, était méconnaissable ! Il était apparu un autre personnage débarrassé des liens coloniaux et leurs séquelles par un effort révolutionnaire sans précédent !
Son discours avait montré qu’il était prêt à sacrifier sa vie pour que les congolais jouissent de la véritable indépendance quel qu’en soit le prix à payer !

Pour les uns LUMUMBA était-il devenu fou en cherchant à affronter les maîtres et en les humiliant? Pour les autres , la question était comment a-t-il pu changer en si peu de temps ?
Voici ce qui s’était passé en 3 phases :

1° phase: Les mouvements pour l’indépendance devenant de plus en plus radicaux, La Belgique commença à comprendre que pour maintenir sa domination économique et politique il fallait désormais s’appuyer sur des congolais dévoués aux intérêts belges.
Dans cette optique, Ileo, Ngalula, Adoula, et Lumumba , tous des évolués fondèrent le MNC , un parti qui se voulait loyal vis à vis de la Belgique et regroupant des congolais proches des courants catholique, libéral et social démocrate belges.

Du 5 au 14 décembre 1958, dans le cadre du parti, LUMUMBA participa à la Conférence du Rassemblement des peuples Africains qui se tint à ACCRA. Sa rencontre avec KWAME N’KRUMAH bouleversa sa vision du monde.

transparent dans Au fil des jours  

transparent

130 transparent transparent  
transparent transparent transparent transparent  
artphotobasleft artphotobasright
transparent transparent  

transparent

A son retour, lorsque le 28 Décembre 1958, il tint son premier meeting à Kalamu à Kinshasa, il déclara entre autre : « L’Afrique est irrésistiblement engagée pour sa lutte sans merci contre le colonialisme et l’impérialisme » LUMUMBA venait d’ intégrer son combat pour la liberté et l’indépendance dans une perspective de lutte globale pour toute l’Afrique .

La conférence d’Accra l’a libéré du joug mental qui l’enfermait dans une vision modulaire des réalités du monde. Patrice Emery LUMUMBA y avait effectivement appris que pour faire de ce continent africain , un continent libre , heureux , dégagé de toute domination néocoloniale, il était impérieux de mener la lutte contre les facteurs internes et externes qui constituaient un obstacle majeur à l’émancipation de nos pays et à l’unification de l’Afrique.

Des facteurs internes et externes, il s’agissait entre autre du tribalisme, du séparatisme religieux, du colonialisme , de l’impérialisme qui constituaient, tous, une entrave sérieuse à l’éclosion d’une société africaine harmonieuse.
Au départ d’Accra au Ghana,
LUMUMBA avait cessé d’être un ‘’évolué’’ pour devenir un nationaliste radical. Le journaliste Ludo Martens dit à ce sujet que pour ôter même aux sourds tout moyen de feindre ne pas comprendre , il y exprima sa solidarité avec la lutte armée en Algérie, au Cameroun , au Kenya, en Afrique du Sud, en Rhodésie, en Angola et au Mozambique.

2° phase. Du 4 au 5 janvier 1959, l’administration coloniale donna l’ordre à la Force Publique de tirer sur la population innocente civile regroupée pour une revendication et il y eut beaucoup de morts. Cette tragédie bouleversa encore plus la vision que LUMUMBA avait du monde et elle constitua un tournant dans l’histoire politique de la R.D.Congo par l’irruption des mouvements de masses sur la scène politique.

Lorsque le 1er juillet 1959, LUMUMBA exprima publiquement sa solidarité avec les travailleurs et les chômeurs en demandant avant son discours 5 minutes de silence à la mémoire de ses frères tombés sous les balles durant la révolte du 4 janvier, cette prise de position provoqua l’éclatement du M.N.C. .

En effet, ses collègues ILEO, NGALULA et ADOULA le démirent de ses fonctions, mais la masse populaire s’était rangée derrière lui pour lui apporter son soutien au dépens de ses pourfendeurs qui tenaient à l’isoler pour l’éloigner définitivement de la scène politique.

Lors de son premier discours politique du 28 Décembre 1958, juste après la conférence d’Accra, sentant l’énergie et la force de la masse populaire , LUMUMBA avait compris que, pour avoir l’indépendance totale, seule la masse constitue cette force capable de réaliser cette idéal.

Ainsi à ses collègues qui lui reprochaient cette nouvelle attitude , il dit : «Vous êtes tous endormis.Vous pensez que l’indépendance vous sera offerte sur un plateau d’argent, mais il faudra lutter pour l’obtenir et je suis décidé à me battre pour arracher notre indépendance.

3° phase: A l’approche de l’indépendance, les masses populaires derrière LUMUMBA exigent l’indépendance totale et un changement radical de leur situation .

Beaucoup d’évolués le rejoignirent dans le MNC LUMUMBA parce que l’essence du colonialisme est la domination économique et qu’à la base des malheurs du CONGO se trouvait la soif du profit de grands capitalistes. La mobilisation et l’organisation des masses s’avéraient donc inéluctables.

Pendant toute l’année 1959, des campagnes de désobéissance aux autorités coloniales se développèrent ; il y eut de fréquentes confrontations entre les forces de l’ordre et la population qui refusaient de payer les impôts. Le sang coula à Matadi, Mbanza-Ngungu , Jadothville… et LUMUMBA, plus que jamais déterminé à arracher l’indépendance, était arrêté et emprisonné pour avoir provoqué les émeutes.

La métamorphose était déjà complète et la lutte sans merci en vue d’arracher l’indépendance, la souveraineté et la liberté était pleinement engagée bien qu’en vain, l’administration coloniale usa de toutes les artifices pour éloigner le leader charismatique de l’échiquier politique.

En définitive, le modèle de métamorphose de Patrice Emery LUMUMBA est non seulement une grande leçon de la vie, il constitue un espoir pour les combats futurs et nous prouve qu’on peut avoir foi en l’homme qui, imprégné des valeurs de justice, est en mesure de se forger les armes pour la conquête de l’avenir qui lui convient. Tout peut être possible si, par exemple, la doctrine libératrice des jougs mentaux de l’impérialisme et du néocolonialisme est enseignée avec méthode pour former les masses.

Par Jean Kalama-Ilunga

 

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22