REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI (CongoForum)

24 septembre 2009

Aujourd'hui dans la presse

Quatre titres d’actualité à la Une des journaux parus ce matin. Il s’agit des démèlés de la RDC avec les institutions financières internationales, des rumeurs de révision constitutionnelle, des tractations en cours dans les états-majors politiques congolais autour de l’élection du nouveau gouverneur de la province de l’Equateur, et de la désignation des trois juges qui vont juger le sénateur congolais Jean-Pierre Bemba Gombo au tribunal de la Cpi à La Haye. Il est aussi question de linsécurité à l’Est, mais uniquement sur Internet  et… en Chine !

FMI & consorts

Le Potentiel évoque les démêlés de la RDC avec les instances financières internationales.
Report de la réunion du Club de Paris au 21 octobre 2009. Report début novembre de la réunion mixte Fmi-Banque mondiale à Washington pour statuer définitivement sur le cas RDC. Dépréciation continue du Franc congolais. La liste n’est pas exhaustive, certes.
Mais, elle traduit le désastre dans lequel baigne l’économie congolaise. Dans les rangs des partenaires au développement, on ne cache plus la déception. Certains vont jusqu’à douter de la bonne volonté du gouvernement à maintenir le cap des réformes. Autant d’évènements qui auraient, renseignent certaines sources, motivé le président de la République d’annuler son déplacement de New York.

Constitution

S’agissant des rumeurs qui circulent dans les cercles politiques de Kinshasa sur la perspective de la révision de la Constitution, deux quotidiens évoquent ce sujet, Le Palmarès et Le Potentiel.
En effet dans leurs titres du jour, les deux journaux affirment que c’est M. Kengo wa Dondo, président du Sénat qui s’est exprimé sur le sujet.

Pour Le Potentiel, le président de la Haute chambre a, au cours de la plénière de mercredi dernier, confirmé l’existence d’une commission de révision de la constitution et que  cette commission d’évaluation de la Constitution a été mise en place par le Chef de l’Etat. Celle-ci aurait pour objectif de réfléchir sur un projet de changement de certaines dispositions de la Constitution. Mais le quotidien souligne qu’en tout état de cause, M. Kengo, certainement pressé de donner son point de vue sur cette affaire, a simplement répondu au sénateur Boniface Balamage, auteur de la motion d’information sur l’existence ou non de la commission chargée d’étudier la révision  de la Constitution qu’ « à ce stade, c’est une réunion des experts qui y siègent. A ce jour, il n’y a pas encore un rapport établi à l’intention du bureau du Sénat ». Il faut donc attendre voir avant d’en dire plus.

Le Palmarès qui également fait de ce sujet l’une des deux grosses manchettes de sa livraison du jour, opine et souligne que l’intervention du président du Sénat dans cette affaire a pour but de « couper court à toutes les spéculations pour mettre les points sur les i ». Ce disant, M. Kengo a confirmé l’existence de cette commission.

(Il ne faudrait pas tout confondre ! L’existence d’une commission est une chose. Qu’elle ait déjà pondu un projet concret de révision de certains articles de la Constitution en est une autre. Et que ledit projet équivaille pratiquement à l’instauration d’une Présidence à vie en faveur de JK en est encore une troisième. Il y a certes deux évidences : la première qu’inclure dans une Constitution des articles définitivement non-révisables est toujours une erreur; la seconde, que tout les président du monde aimeraient avoir des mandats plus longs et pouvoir les renouveler à l’infini et que Joseph échappe certainement d’autant moins à la règle que l’ambiance, en Afrique est  au bidouillage des Constitutions, à la manipulation des élections et aux « dynasties de Présidents ». L’existence seule d’une Commission n’aurait cependant pas dû mener à ce qui a été fait : annoncer l’existence d’un projet de révision  existant et « prêt à porter » qui, prévoyant plusieurs clauses anticonstitutionnelles, équivalait à l’annonce d’un coup d’état ! NdlR)

Celui par qui le scandale est arrivé (RFI)  publie la mise au point suivante sous le titre « Polémique sur la commission d’évaluation de la Constitution ». (Le terme « Révision » a donc disparu du titre NdlR)
La semaine dernière RFI était la première radio (EN fait, la seconde, uisque c’est une radio locale de Lemba qui a fait sortir le loup du bois ! Pas très gentil pour les confrères congolais !) à vous annoncer la mise en place par le président Kabila d’une commission d’évaluation de la Constitution qui rassemble une dizaine de représentants des différentes institutions : Primature, Sénat, Assemblée et Cour suprême de justice. Lundi, le ministre de la Communication, Lambert Mendé avait jugé sans fondement l’existence de cette commission. Mais, le lendemain, le président du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo, a confirmé son existence.

(On relate ensuite les propos tenus par Kengo wa Dondo, comme expliqué ci-dessus)
« Les experts rendront-ils compte publiquement des questions qui ont été soulevées la semaine dernière lors de la première réunion de cette commission ? Rien n’est moins sûr, mais selon nos sources, les débats n’ont pas seulement tourné autour d’une possible révision de la Constitution concernant le découpage territorial, il a également été question de la durée du mandat présidentiel et de la composition du Conseil supérieur de la magistrature. »

(Le dernier paragraphe  s’efforce de noyer le poisson, mais il reste qu’annoncer comme un projet certain et précis ce qui n’a été que sujet de débat dans une commission est une exagération telle  qu’elle équivaut à annoncer une fausse nouvelle !
Finalement, RFI adopte une attitude qui finirait par donner raison à Lambert Mende, qui lui a « coupé » les ondes congolaises ! NdlR)

Equateur

L’élection du nouveau gouverneur de la province de l’Equateur est au centre de tractations qui se passent au sein des états-majors des partis et des plates-formes politiques, plus exactement entre l’Amp (Alliance pour la majorité présidentielle) et le Mlc, le parti de Jean-Pierre Bemba.
L’Avenir annonce à cet effet que « L’Amp peaufine son candidat », et qu’elle « devra se prononcer dans quelques heures pour voir dans quelle mesure elle pourrait proposer son candidat ».
Le Comité politique de l’Alliance pour la majorité présidentielle (AMP) devra se prononcer dans quelques heures. Il s’agit de voir dans quelle mesure elle pourrait proposer son candidat au gouvernorat de la province de l’Équateur. La restructuration de l’AMP est une nécessité. Après l’évaluation et si certains individus sont défaillants, il faudra les remplacer, note Koyagialo, secrétaire exécutif national adjoint de l’AMP.
Parlant des chances de succès d’une candidature Amp face au candidat du camp adverse alors qu’il est de notoriété publique que l’Assemblée provinciale de l’Equateur est composée en majorité par l’Opposition politique, le quotidien calme les inquiétudes des membres de la  plate-forme présidentielle et affirme que « de ce côté-là, l’Amp dispose des arguments valables », et que « l’Amp a besoin de conquérir la province de l’Equateur, afin de mobiliser un électorat qui soit capable à accompagner le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange dans la réalisation des cinq chantiers de la République ». (Traduction : L’AMP n’a jamais « avalé » de ne pas avoir la majorité même dans une province, et voudrait être sûre que l’autorité provinciale fera tout pour favoriser la propagande kabiliste aux Présidentielles. NdlR)

L’élection du nouveau gouverneur de l’Equateur fait aussi la Une du Palmarès qui note dans ses colonnes la détermination du Mlc à « s’engager dans la reconquête du gouvernorat de cette province » .
Se fiant aux déclarations de M. Thomas Luhaka, secrétaire exécutif du Mlc, ce quotidien rapporte que « dans cette bataille, le Mlc espère gagner sans coup férir, et que l’Alliance de la majorité présidentielle  ne va pas se constituer en obstacle ». En tout état de cause, face à ces tractations de coulisses, Le Palmarès constate que, « de son côté, la population du chef-lieu de l’Equateur attend sans agitation qu’il soit mis fin à cette crise politique qui perdure dans leur province ».
La Prospérité  ajoute une précision. A peine que la Chambre haute du Parlement venait de décider de la mise en place d’une Commission d’enquête pour vérifier la traçabilité des 40 % de rétrocession sous la gestion de Jean-Claude Baende, l’Exécutif provincial de l’Equateur se redresse et estime qu’il ne sera pas question. Me Guy Ingenge, ministre provincial sortant de l’Intérieur, Ordre public et des Relations avec le Parlement, est formel : « Il n’est pas question de contrôler la gestion des deniers publics de l’Equateur« . Pour lui, cette Chambre jouit d’un mandat national, conformément à l’article 104 de la Constitution.

Bemba.

Le Palmarès qui a pris connaissance du dossier de chacun de ces  trois juges émet des réserves sur la marge des manœuvres des défenseurs du « chairman », étant entendu, souligne ce journal,  « que les identités révélées des trois juges laisse entrevoir clairement l’intention de la Cour pénale internationale de prendre au sérieux les charges retenues contre le leader du Mlc ».
Pour Le Palmarès, la Cpi tient à un procès difficile pour la défense de JP. Bemba. «  Cela apparaît clairement, soutient-il, au regard du parcours à la fois impressionnant et austère qu’a effectué chacun des trois juges retenus ».
Et le quotidien de citer les noms de ces trois juges, tout en donnant le parcours de chacun d’eux : Elizabeth Odio Benita, qui a siégé en tant que vice-présidente du « sévérissime » Tribunal international sur l’ex Yougoslavie ; Adrian Fulford, conseiller de la reine d’Angleterre depuis 1994 ; et Joyce Aluoch, qui a été présidente d’un groupe d’étude pour la mise en oeuvre de la nouvelle loi de 2006 sur les infractions sexuelles.
Au regard du CV de chacun de ces trois juges, Le Palmarès estime que « Plusieurs observateurs pensent que le moment est venu pour la défense de Bemba de bien serrer la ceinture », car « la partie qui s’engage promet d’être rude, si pas impitoyable. L’heure n’est plus au combat à distance livré il y a peu contre Moreno O’Campo. La moindre erreur risque d’être fatale » à leur client.

Est

Hier, seul le site Beni Lubero on line a signalé « Le village de VUKUNUNU incendié en pleine journée ! ». Aujourd’hui, l’OCHA et l’agence Xin Hua annoncent « 107 incidents sécuritaires contre les humanitaires depuis janvier 2009 »

Cent sept incidents sécuritaires contre les humanitaires ont été inventoriés depuis le début de cette année dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé mercredi à Kinshasa le Bureau des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).
Un total de 89 cas (83 %) ont été rapportés dans le Nord-Kivu, faits des bandits et rebelles ougandais, des rebelles hutu rwandais des FDLR et parfois des éléments incontrôlés de l’armée congolaise, selon l’OCHA.
Au Nord-Kivu, le type d’incidents sécuritaires sont des pillages (24), des tracasseries (17), des agressions (38), des assassinats (2), tandis qu’au Sud-Kivu, ce sont des attaques (12), le kidnaping (1), le pillage (1) et les vols (4).
Selon l’OCHA, il s’agit de cas de pillage des biens des humanitaires et des tracasseries par des hommes armés. Cette situation sécuritaire continue à restreindre l’action humanitaire dans les deux provinces.
Le nombre des déplacées internes dans les six camps autour de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, est passé de 130.000 à 65.000. Et 77% à 79 % de ces personnes se sont déclarées volontaires de rentrer chez elles, a ajouté l’OCHA.

© CongoFoum, le jeudi 24 septembre 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22