REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE VENDREDI 09/10/09/

(CongoForum)

Déstabilisation de la Rdc à travers l’expulsion de Congolais dans les pays voisins, remaniement gouvernemental, marche des journalistes…sont les sujets abordés par les journaux parus à Kinshasa.

Expulsions

(On sait que le Congo et l’Angola sont lancés dans une sorte de surenchère à coup d’expulsions réciproques de leurs irréguliers respectifs. C’est, semble-t-il, la nouvelle forme que revêt la « guerre des nefs » à laquelle les deux pays se livrent au sujet de leur contentieux frontalier et maritime, qui avait déjà été cause de divers heurts frontaliers. A l’Ouest, il s’agit donc de gens en situation irrégulière, quel soit par ailleurs le sens que l’on donne à cette expression. S’y ajoute maintenant un autre problème de « personnes déplacées », cette fois à l’Est. Et là, il s’agit de réfugiés ayant fui les violences, et qui ne sont donc pas en situation irrégulière. On peut se demander si Kinshasa n’assiste pas de ce côté à l’éclosion des œufs de sa propre propagande. La proclamation incessante, au rebours des faits les plus avérés de la « pacification » de la partie orientale du pays peut avoir inspiré aux pays voisins l’envie de se débarrasser des Congolais réfugiés  ou même incité ceux-ci à envisage un retour volontaire ! C’est bien ce qui semble s’être passé au Buundi.
La communauté Banyamulenge rescapée des massacres de Gatumba vivant au camp de Gihinga proteste farouchement contre toute décision visant un éventuel transfert vers un nouveau site établi dans Bwagiriza en province Ruyigi à l’Est du pays . La décision date du mois de juin 2009 et l’opération de transfert a débuté le 30 septembre 2009 date à laquelle était prévu par le HCR la fermeture et l’arrêt de toute activité d’ordre humanitaire de ce camp.
De sources recueillies auprès des responsables administratifs du camp de Gihinga, seul un effectif de 265 réfugiés, a été embarqué de leur gré vers le nouveau site de Bwagiriza. Ce nouveau site gravement controversé avait été créé par le HCR pour pallier des contraintes budgétaires auxquelles font face le HCR et ses principaux bailleurs suite à la crise économique mondiale de ces jours, comme l’a déjà indiqué un responsable de Hcr Burundi D. Nzikoruriho.
Depuis lundi 5 octobre 2009, une vingtaine de véhicules de HCR étaient garés près du camp pour embarquer de force les 1700 réfugiés Banyamulenges opposés à quitter Gihinga pour regagner le nouveau camp de Bwagiriza. Malheureusement les choses ont mal tourné car toute les concernés ont pris la résolution de regagner leur pays d’origine, la RD Congo, à pieds et ont aussitôt pris la route en direction de Bujumbura.
En cours de route, la police s’est alors mis à les refouler. Il y a eu quelques blessés. Les dernières nouvelles parvenues à la LDGL indiquent que le Gouvernement du Burundi et les réfugiés Banyamulenge se sont convenus que ceux qui veulent rentrer chez eux seront transportés par des véhicules de la police jusqu’à la frontière du Burundi avec la RD Congo ce jeudi 15 octobre 2009. La concordance dans le temps méne bien sûr à se poser la question d’une concordance dans les intentions… NdlR)

Le Potentiel se penche sur les non-dits des expulsions et titre à la Une : « La déstabilisation de la Rdc a commencé ». A quoi rime le pourrissement de la situation née de l’expulsion de dizaines de milliers de citoyens congolais d’Angola et celle d’Angolais de la Rdc refoulée au motif qu’ils sont en situation irrégulière ?  La question préoccupe Le Potentiel qui se demande, en outre, que cachent les propos du gouverneur militaire de la province angolaise de Uige déplorant la « non observance par les autorités de la Rdc des principes diplomatiques ».
Il note que curieusement au même moment, il est fait état de la situation confuse à l’Est où on parle du retour massif des réfugiés congolais. Même constat à la frontière avec la Tanzanie où il est également question d’un retour massif des réfugiés congolais. Selon des rumeurs, la Zambie aurait pris la même décision d’expulser de son territoire les ressortissants congolais.
Le Potentiel y voit autant des signes qui prouvent que la balkanisation de la Rdc longtemps concocté pour morceler cet immense territoire est en marche même si la forme et la stratégie ont été changées. Prenons garde, prévient ce journal (et il est à note  que certains de ces propos sont signés de Modeste Mutinga, sénateur) car ces expulsions ne sont qu’un paravent pour exprimer, de part et d’autre des alliés de la Rdc, des frustrations non avouées. A Kinshasa d’ouvrir l’œil et le bon pour ne pas se faire surprendre.

Marche des journalistes

Hier jeudi, une centaine de journaliste ont manifesté à Kinshasa, en marchant du siège de l’UNPC jusqu’au Palais du Peuple où des messages ont été remis aux autorités.

« Démantèlement de l’industrie du crime exigé », titre La Référence+ qui s’intéresse à la marche silencieuse de protestation des professionnels de la presse organisée jeudi par l’Unpc (Union nationale de la presse du Congo) et explique que la motivation qui a sous-tendue cette manifestation est d’interpeller les pouvoirs publics pour que des dispositions soient prises pour sécuriser les journalistes et trouver les exécuteurs et commanditaires des assassinats dont ils sont victimes.

L’Avenir note que le président de l’Assemblée nationale Evariste Boshab, à qui un mémo a été remis, a promis des mesures pour garantir la liberté d’expression.
Boshab a souligné que le 4ème pouvoir doit s’exercer reconnaissant par là le rôle important de la presse dans un Etat qui se veut un Etat de droit.

Remaniement

Le Phare circonscrit la vraie guerre de Joseph Kabila. Le quotidien de l’avenue Lukusa note que le Chef de l’Etat est confronté, depuis son élection à la tête du pays, à une nouvelle « guerre », laquelle a pour front ses propres « Cinq chantiers » (Infrastructures, Emploi, Education, Santé, Eau et Electricité). Il lui faut la gagner, s’il tient à se représenter, tête haute, en 2011. Après trois ans de mandat, chaque Congolaise et chaque Congolaise se surprennent à dresser des bilans annuels de l’action gouvernementale, laquelle se confond avec celle du président de la République.
(Une fois de plus, ce qui est fait ou à faire est envisagé, non du point de vue de son utilité, mais sous l’angle de son retentissement sur les échéances électorales ! Or, de ce point de vue un remaniement, surtout s’il met davantage en évidence l’AMP et le PPRD, orienterait davantage  déceptions et ressentiments  vers le Président et diminuerait le rôle de « fusible » protégeant la Présidence que le gouvenement est censé jouer. NdlR)

AfricaNews annonce un remaniement en trombe dans lequel selon ce journal « Matungulu (est) relancé, Ruguiza promu ».
Il  signale au sujet de ce remaniement dont les effets pourraient atteindre même la Banque centrale du Congo qu’on fait état du retour de l’emblématique Freddy Matungulu, ancien ministre des Finances entre 2001 et 2003, doublement célèbre de par ses performances et sa fracassante démission. Il est également fait état de l’entrée du manager de l’Ofida, Déo Ruguiza, dans l’équipe gouvernementale.

© CongoForum, le vendredi 9 octobre 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22