REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MARDI 20/10/09

20 octobre 2009

Aujourd'hui dans la presse

par  (CongoForum)

La révision à la hausse du prix du carburant, qui revient à 895 Fc pour l’essence et à 890 FC pour le gasoil, dérange  considérablement la vie des Kinois, notamment en perturbant les transports en commun. Elle occupe donc la manchette de beaucoup de  journaux. Le second sujet qui retient l’attention est l’élection prochaine d’un nouveau gouverneur pour l’Equateur.

Essence

A la Une, Le Potentiel s’intéresse à la raréfaction du carburant. « Pétrole : le gouvernement entre le marteau et l’enclume ». Pour le quotidien de l’avenue Bas-Congo, le pétrole importé est un dilemme cornélien pour le gouvernement congolais ? Comment peut-il concilier ses contingences financières vis-à-vis du trésor public d’une part, et le contrat social avec le citoyen d’autre part ? Le gouvernement est placé entre le marteau et l’enclume. Il a un choix difficile à faire entre le peuple et la fiscalité.
Le Potentiel soutient qu’il n’existe pas d’alternative. La première approche peut bien être harmonisée avec la seconde. En résumé, il faudrait absolument pratiquer la vérité des prix, le pétrole étant un produit d’importation soumis aux conditions du marché international.

La Référence+ note qu’après environ trois jours de distribution à des temps limités, « Le prix du carburant revu à la hausse ». La nouvelle tarification est entrée en vigueur depuis mardi à zéro heure. Le prix de l’essence à la partie ouest (Kinshasa-Bas-Congo) est fixé à 895 Fc, le gasoil à 890 Fc. Dans la partie Est, le prix de l’essence revient à 1120 Fc, le gasoil à 1110 Fc tandis pour la partie sud, le prix de l’essence est de 1220 Fc et le gasoil 1210Fc.
La raison principale de cette révision à la hausse, est la dépréciation de la monnaie nationale.

Le Phare rapporte que sur chaque litre de carburant vendu à la pompe, 10% vont à l’entretien des routes. La taxe routière passe pour la manne du ciel en Rdc. Pendant des décennies, elle avait enrichi plusieurs mandataires publics et cadres ayant eu l’aubaine de se trouver aux avant-postes à l’Office des Routes. Sa récolte est de plus simples : prélèvement de 10% sur chaque litre de carburant vendu à la pompe, soit environ un dollar américain. Ainsi des millions de litres de carburants vendus chaque jour sur l’ensemble du pays rapportent des millions de dollars au quotidien.

Chaque journal met ainsi en exergue un des éléments de la hausse : marché international, taux de change et spéculation. Ce qui mène bien sûr aux relations entre la RDC et les institutions monétaires. Le Potentiel annonce dans sa rubrique « Monde des affaires », un nouveau report de la réunion avec le Club de Paris et le point d’achèvement. En effet, signale le confrère, la rencontre avec les créanciers du Club de Paris est finalement reportée au mois de novembre prochain. La nouvelle est plus que jamais confirmée, même si de part et d’autre, au gouvernement et au FMI, on soutient que la feuille de route convenue dernièrement à Kinshasa sera respectée. Que reste-t-il du pari du point d’achèvement à fin mai 2010 ? N’est-il pas temps pour la Rdc de s’émanciper des institutions de Bretton Woods, en se tournant courageusement ailleurs ? Le débat est lancé.

Equateur

Africaews fait état d’une cavale manquée de Claude Baende, le gouverneur a.i de l’Equateur, reconduit manu militari à Mbandaka. Le confrère rapporte qu’opposé à la Commission d’enquête du Sénat chargé de passer sa gestion au peigne fin, Baende a non seulement saisi la Cour suprême de justice en inconstitutionnalité, mais a aussi esquivé la Commission préférant séjourner à Kinshasa, sans en référer aux autorités.
Mal lui en prit. Le Bureau du Sénat a eu le temps de voir le chef de l’Etat, Joseph Kabila, et de lui expliquer les contours du dossier. Du coup, les choses ont pris une autre tournure. Contraint par Kabila de rentrer à Mbandaka en vue de se mettre à la disposition de la Commission Lunda Bululu, affirme le confrère, Baende a presque fait la tête et multiplié des prétextes. A deux reprises, il a tenté de fuir par Brazzaville. Les services qui veillaient au grain l’ont cueilli avant de le conduire manu militari à Mbandaka.

A propos du gouvernorat de l’Equateur, l’Avenir note que « Le Mlc se déchire, 3 candidats Mlc sur les cinq dans la course ». Devant trois candidats du Mlc, Jean-Claude Baende part avec les faveurs des pronostics.
Quant au Mlc, il menace d’exclure les deux candidats rebelles s’ils ne retirent pas leurs candidatures, ce qui n’est pas évident. Le parti de JP Bemba court ainsi le risque de perdre l’Equateur pour n’avoir pas bien géré le dossier Makila qui, non seulement était une chance pour la province, mais aussi pour le parti.

© CongoForum, le mardi 20 octobre 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22