26/11/09/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

26 novembre 2009

Aujourd'hui dans la presse

 (par CongoForum)

Les deux principaux sujets  qui dominent l’actualité dans journaux kinois ne font que prolonger ceux d’hier : la décision prise par le Canada de lever son veto au Club de Paris et la réunion inter institutionnelle de Mbuji-Mayi, dans le cadre du voyage de JK au Kasai Oriental…  

Club de Paris

« Enfin, le Canada ‘libère’ la Rdc », titre Le Phare. Il rapporte « alors qu’il tardait, depuis le 18 novembre 2009, à donner ses assurances de financement en vue des allègements de la dette publique de la Rdc par ses créanciers regroupés au sein du Club de Paris, le Canada a finalement accepté, mercredi au cours d’une énième réunion tenue dans la capitale française, de lever son veto ».
Le Phare souligne que ce qui préoccupait au plus haut point le Canada, à la lumière de l’entretien que Mme Sigrid Anna Johnson, ambassadeur du Canada en Rdc a eu avec le Premier ministre A. Muzito, c’était l’engagement des autorités congolaises à améliorer le climat des affaires, de manière à favoriser les investissements étrangers. 
Désormais tous les créanciers de la Rdc, membres du Club de Paris, parlent d’une seule voix en faveur du gouvernement congolais. Le consensus ayant été obtenu, la voie est largement ouverte à la conclusion d’un programme triennal de collaboration entre la Rdc et le Conseil d’administration du FMI dans le cadre de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC).

L’Etoile de la Nation affirme que « cette décision fait suite à la séance de travail que le Premier ministre, Adolphe Muzito, a eu, le mardi 24 novembre 2009 à la Primature, avec l’ambassadrice du Canada accréditée en Rdc ».
Le Premier ministre A. Muzito, note L’Etoile, a réaffirmé à l’ambassadeur du Canada en Rdc, qu’il a reçu à la Primature mardi 24 novembre 2009, l’engagement du gouvernement congolais à améliorer le climat des affaires, afin d’attirer les investissements au pays.

Forum des As titre « Plus d’obstacle au Club de Paris ». En effet, plus rien ne s’opposerait à la conclusion d’un nouveau programme triennal entre le FMI et la Rdc ainsi qu’à l’annulation d’une bonne partie de la dette de cette dernière. Selon des sources de la Primature, le Canada dont on disait qu’il avait émis des réserves lors de la réunion du Club de Paris le 18 novembre dernier, aurait retiré ses exceptions.

(L’économie ne se réduit pas à de l’arithmétique, mais celle-ci est quand même censée y tenir une place déterminante. Il est donc curieux d’assister à un tel revirement car, si deux et deux faisaient quatre la semaine passée, il y a tout lieu de croire qu’il en est encore ainsi aujourd’hui ! Faut-il en conclure que la position canadienne n’avait rien à voir avec les mathématiques, donc qu’elle était purement politique ? Autrement dit, était-ce « reculer pour mieux sauter » ? La formule « améliorer le climat des affaires » est également d’un vague absolu et peut couvrir tout autant d’excellente choses – la lutte contre la corruption, par exemple – que les pires mesures antisociales, dans la droite ligne des PAS du FMI. En l’occurrence, il est probable que ce que le Canada a obtenu par sa surenchère, c’est que l’on se tiendra, en matière de contrats miniers, à quelques gesticulations de façade sans signification réelle. Le Canada n’aura donc fait, comme nous l’avions indiqué dès le départ, qu’agir pour le compte de l’ensemble des créanciers, tout en donnant aux USA l’occasion de paraître « accommodants ».
Sur le plan intérieur congolais, il est manifeste que les amis de Muzito ne manquent pas une occasion de souligner ses mérites et ses succès, en particulier quand il s’agit de discuter avec le FMI, , sujet sur lequel le PM avait été critiqué lorsque coururent les premières rumeurs de remaniement. Selon toute appaence, si l’on veut la peau de Muzito, on ne l’aura pas sans combattre ! NdlR)

JK au Kasai

La surenchère des titres continue, à propos de l’accueil triomphal reçu par JK. Hier, Forum des As le voyait « accueilli comme un Roi ». Aujourd’hui, La République le voit « accueilli comme un « mulopwe ». Le mot signifie simplement « détenteur de l’autorité », mais il était utilisé pour désigner l’Empereur des Luba. Comme on peut difficilementmonter plus haut, il faut supposer que les enchères sont désormais closes !

L’Avenir s’intéresse à la grande réunion interministérielle de Mbuji-Mayi qui se poursuit ce jeudi matin sous la présidence de JK. Il  indique que la question des élections locales et municipales  est à l’ordre du jour et sera débattue.
Dans cette ville de Mbuji-Mayi, le président de la République a reçu le ministre serbe des affaires étrangères qui est venue solliciter de la Rdc le boycott de la reconnaissance de l’Etat de Kosovo. Bien qu’elle soit contestée, les Usa, la France et le Royaume-Uni avaient reconnu à l’époque l’indépendance du Kosovo. Une quinzaine d’autres pays de l’UE sont prêts à le faire à la grande colère de la Serbie qui a dénoncé devant les Nations Unies un danger pour l’ordre international.

Au sujet de la réunion inter institutionnelle de Mbuji- Mayi, Le Potentiel annonce que « de grandes décisions sont attendues ».Il rappelle que c’est le président de la République qui a pris l’initiative d’instituer la réunion interministérielle. Sa mission consiste à concilier, à harmoniser les points de vue au sommet de l’Etat et de veiller ainsi à son bon fonctionnement. Elle est par conséquent une structure d’impulsion et d’arbitrage.
Parmi les décisions attendues de cette réunion, le confrère signale le réajustement de l’équipe gouvernementale au moment où les négociations avec les institutions de Bretton Woods sont très avancées. Autre fait important signalé, c’est le mandat de la Monuc qu’il faudrait envisager en concertation avec l’Onu et enfin « la situation sociale dégradante » (sic).

Pour L’Observateur, enfin, , il y a eu « les problèmes de sécurité à l’Est, les élections locales et les problèmes spécifiques du Kasaï Oriental au centre de discussions »

Divers

La Référence+ signale qu’accusé de détournement des deniers publics au Nord -Kivu par l’assemblée provinciale, «  Julien Paluku traduit en justice ».
La procédure de mise en accusation et autorisation de poursuites judiciaires a été déclenchée mercredi au Parquet général de la République.
C’est le rapporteur de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu qui a personnellement déposé la plainte. Conformément à la loi, il ne reste plus que 48 heures au gouverneur de déposer sa démission pour se présenter en citoyen libre devant son instance naturelle.

L’Observateur s’intéresse au préavis de grève déposé par les enseignants et se montre assez pessimiste quant aux résutats possibles de ce mouvement.

Le même journal évoque, de source policière et onusienne, la situation à Dongo, très préoccupante surtout du point de vue humanitaire. Vivres, abris, eau potable fontdéfaut dans la localité encombrée de cadavres en putréfaction. Les médicaments absents ne permettent même pas aux policiers de soigne leurs propres malades.

Le Potentiel publie des propos optimistes émanant de la Banque Centrale : « L’économie congolaise est sortie de la récession depuis fin septembre. Aujourd’hui, la Banque centrale et le gouvernement regardent dans la même direction, chacun jouant parfaitement sa partition. La coordination porte déjà des fruits : la dépréciation monétaire perd de la vigueur et les tensions sur le marché des changes s’estompent. Ce n’est qu’une question de jour, pense le directeur des études de la Banque centrale, qui s’attend, en même temps, à une incidence positive sur le panier de la ménagère. ». (Même à l’âge adulte, il n’est pas interdit de rêver ! NdlR)

Le Potentiel, encore, fait état de l’organisation d’un « Forum sur la corruption » qu’il traite de « distraction ». Autrement dit : ce ne serait que de la poudre aux yeux, pour « amuser la galerie ».

(Cette attitude s’explique aisément. Kinshasa est devenue une ville de congrès, forums et séminaires qui s’y succèdent à un rythme soutenu, sans que ces grands rassemblements d’autorités et d’intellectuels apportent le moindre progrès visible. D’autre part, durant les cinquante dernières années, les Congolais ont vu se succéder les campagnes contre la corruption. Elles, aussi, restent sans effet. D’une part, un vautour vorace n’est chassé que pou être remplacé par un chacal glouton. D’autre part, même arrêté et emprisonné pendant un temps symbolique, le prévaricateur ne manque presque jamais de reparaître, assez vite, dans une fonction du même ordre, mais à l’autre bout du Congo. La punition est donc si mince qu’il y a impunité de fait, et la réparation des préjudices subis par la communauté est nulle ou très symbolique. Cela est particulièrement choquant car la notion de ce qu’est la « Justice » dans la tradition bantoue, c’est avant tout la réparation, la réparation envers les victimes ayant le pas sur la punition « exemplaire » du coupable. NdlR)

© CongoForum, le jeudi 26 novembre 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22