27/11/09: REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE VENDREDI

27 novembre 2009

Aujourd'hui dans la presse

 (CongoForum)

Le feu vert du Club de Paris sur le dossier Rdc et la position du gouvernement congolais sur le Rapport de l’Onu constituent les principaux sujets traités par les journaux parus ce vendredi à Kinshasa.

La Rdc obtient les assurances financières du Club de Paris 

Fini le suspense sur les discussions entamées le mercredi 18 novembre 2009 par les créanciers membres du Club de Paris en vue des assurances financières sollicitées par les services du Fonds monétaire international pour la conclusion d’un nouvel accord triennal avec la Rdc.
Le peuple congolais devrait a
        voir droit à son beau cadeau de fin d’année : le nouveau Programme économique du gouvernement (PEG 2). Le Premier ministre, Adolphe Muzito, en avait  fait son pari. Il est en voie de l’emporter, déjouant tout pronostic contraire. Voilà à peu près les thèmes sur lesquels l’ensemble de la pesse brosse des tableaux réjouissants, dont la note dominante est un intense soulagement.

Le Phare note que « L’horizon se dégage ». Le quotidien de l’avenue Lukusa rapporte que dans le sphère des décideurs politiques, l’on se félicite d’avoir réussi un authentique exploit, celui d’avoir mis d’accord des Etats de l’Orient et de l’Occident membres du Club de Paris sur « le dossier Rdc ». Dans les couloirs de la présidence de la République et de la Primature congolaises, l’on ne cesse de rappeler que le Congo vient de récolter en fait les dividendes financières des efforts de bonne gouvernance déployés depuis trois ans.

La Prospérité indique sur le même sujet que tous les créanciers de la Rdc ont, finalement, accepté de mettre la main à la pâte. Ils se sont, en effet, engagés, le mercredi 25 novembre dernier, à présenter toutes les assurances nécessaires au financement de la Rdc.
Ainsi, Le FMI se réunira le 11 décembre prochain, au plus tard, en vue d’adopter un programme formel, d’une durée de trois ans , avec la Rdc.
Cet accord aurait l’avantage d’accélérer le processus d’atteinte du point d’achèvement, avant juin 2010, avec tous les bénéfices corollaires dont l’allègement du poids de l’endettement extérieur et l’accès aux financements additionnels et concessionnels des partenaires bi et multilatéraux.

Rapport de l’ONU

L’Avenir consacre sa manchette à la conférence de presse tenue jeudi 26 novembre par le ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende.
De cet échange avec la presse, il retient, entre autres, que le ministre congolais de la Communication et porte-parole du gouvernement a appelé la Belgique, la France, les Etats-Unis, la France, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et d’autres pays qui hébergent les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr) d’emboîter le pas au gouvernement Allemand, qui venait de traduire en justice les responsables de Fdlr en exil en Allemagne.
(Cette description a le mérite de montrer  du même coup les limites du rapport en question : ce n’est pas une étude sur le pillage du Congo, mais bien sur les ressources des FDLR, comme si ceux-ci étaient l’unique facteur déstabilisant à l’Est.
D’autre part, si la RDC applaudit l’Allemagne pour avoir livré deux leaders FDLR, qu’attend-t-elle pour suivre cet exemple en livrant Bosco Ntaganda ? NdlR)

« Mende remet les pendules à l’heure », titre Forum des As. Le porte-parole du gouvernement est monté au créneau, jeudi 26 novembre, pour donner la position de l’Exécutif national sur le rapport des experts indépendants de l’Onu et apporter de nouvelles informations sur l’évolution des opérations de rétablissement de la paix à l’Est, mais aussi dans la province de l’Equateur.
Au sujet des affirmations contenues dans le rapport de l’Onu, Mende a indiqué que les Fardc n’ont jamais été à Lukwati, que la vente des armes par des officiers congolais date de 5 ans, alors que l’enquête onusienne couvre la période de mai à septembre 2009 ; les humanitaires tronquent exagérément les chiffres sur des exactions des militaires Fardc, l’équidistance établie entre l’armée régulière et les terroristes des Fdlr est inadmissible…
(Arguments à double tranchant : dire que la vente d’armes par des officiers congolais a eu lieu à une autre date, c’est admettre que cette vente a eu lieu. Or, le fait grave, important et qui devrait retenir l’attention du gouvernement, c’est que des officiers des FARDC vendent des armes, non de savoir si cela s’est fait le jeudi ou le dimanche !
D’autre part, on est compétent ou on ne l’est pas. Ou bien tout le rapport est aussi faible que les critiques écartées par Mende, et dès lors les accusations portées contre la Belgique, la France, les Etats-Unis, la France, les Etats-Unis, la Grande Bretagne etc… ne valent pas plus lourd que celles qui visent les FARDC, ou bien les experts sont aussi crédibles sur cette dernière matière que sur le reste. On ne peut lire  un rapport en décrétant a priori que tout ce qui conforte sa position est parole d’Evangile, et tout ce qui l’affaiblit, mensonger ou erroné ! A vouloir être trop subtil, on se prend les pieds dans ses arguments. NdlR)
 
La République signale que selon un rapport confidentiel des Nations Unies, « La guerre à l’Est de la Rdc (est) financée à partir de la Belgique ». (Faut-il considérer, comme une découverte, le fait que quand quelque hose se trame à propos d’un pays africain, cela se pase en général dans son ex-métropole coloniale ? NdlR)
Kinshasa compte demander des explications à Bruxelles ainsi qu’à d’autres pays impliqués dans le commerce macabre entretenu par les FDLR. Tels sont les cas de la France, de la Grande Bretagne, des Etats-Unis d’Amérique, du Canada, de l’Ouganda et du Burundi.
(On remarque une absence étrange : le Rwanda n’est pas cité, alors qu’il est grand exportateur de minerais qu’il ne produit pas … D’autre part, on voit mal ce que pourront donner ces démarches diplomatiques. Etre financé « à partir d’un pays » n’est pas du tout la même chose que l’être par cet état lui-même. NdlR)

Le Potentiel s’en prend à ce qu’il appelle « le double jeu des ONG », facteur à ses yeux assez important pour lui consacrer et la Une et l’Edito !

Voici le « chapeau » par lequel commence l’article publié à la Une : « Près de 15.000 casques bleus, 25.000 soldats des FARDC, deux guerres d’agression contre la RDC, deux opérations conjointes militaires, mais les FDLR ne sont toujours pas neutralisées. Leur puissance de feu demeure quasi intacte, entretenant toujours leur capacité de nuisance. Comment expliquer cet échec ? La réponse se trouve dans ce rapport qui vient d’être transmis au Conseil de sécurité des Nations unies accusant des ONG humanitaires de se détourner de leur mission réelle pour se livrer au trafic d’armes, à l’exploitation frauduleuse des minerais. Le mystère est en train de s’éclaircir autour de la guerre du Kivu. » 

On a envie de rire en lisant le chiffre de 15.000 Casques bleus : c’est un chiffre global à l’échelle du Congo. Ils ne sont que 3.000 dans les zones troublées de l’Est et encore ! 2500 environ d’entre eux, seulement, seraient réellement opérationnels. C’est fort loin de ce qui serait réellement nécessaire.

Voici ce que l’on pouvait lire hier dans le journal britannique The Guardian :

«  En 1995; après le génocide rwandais, les leaders occidentaux envisageaient des plans d’intervention armée dans la région des Grands Lacs pour supprimer ceux des extrémistes Hutu qui avaient fui de l’autre côté de la frontière de la RDC. Je demandai alors à un officier d’état-major britannique  combien d’homme il faudrait pour cela. Sa réponse fut « environ un demi-million ». 
«  Il avait étudié le paysage de cette région, grande comme la Fran, avec d’épaisses forêts et de hautes montages, sans routes ou moyens de communication dignes de ce nom, avec seulement quelques pistes d’atterrissage et dont on ne savait même pas précisément combien de gens y vivaient et qui ils étaient. C’est le paradis de la guérilla, quelques milliers de combattants n’ayant rien à perdre peuvent le parcourir sans qu’on puisse les en empêcher, vivant sur le pays, et recrutant sur leur passage »[1]

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22