04/12/09/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE VENDREDI

5 décembre 2009

Aujourd'hui dans la presse

(CongoForum)

La situation qui prévaut à Dongo à l’Equateur alimente les commentaires dans la presse congolaise. Certains journaux voient J. Kabila face à son destin en ce jour anniversaire de son investiture, anniversaire qui nous vaut un certain nombre d’articles de circonstance.

Dongo

Que se passe-t-il exactement  à Dongo ? C’est ce qu’on a du mal à savoir. On a parlé d’affrontements Enyele/Boba à propos de droits de pêche. Cette vieille querlle aurait déclenché une bagarre de plus puis l’intervention de la police aurait déclenché le réflexe dont parle Georges Brassens : « Dès qu’il s’agit de rosser les cognes, tout le monde se réconcilie ». Là-dessus sont apparus des communiqués des « patriotes résistants de Dongo » qui tenaient un langage de contestation beaucoup plus générale.
ce n’est pas la première fois que devant une situation vague on se trouve face à des communiqués de revendication, et même parfois devant des revendications contradictoires. Et certaines revendications peuvent parfois n’avoir aucun lien avec les faits qui se sont produits en Afrique. Il y eut un précédent célèbre à la fin des années ’70 : une bombe a Kinshasa fut revendiquée par plusieurs « mouvements de résistance » concurrents… alors qu’il n’y avait eu aucune bombe.

Deux facteurs jettent la suspicion sur les communiqués. Le premier est que s’ils sont riches en invectives contre le gouvernement de Kinshasa, ils ne contiennent aucun renseignement nouveau ne pouvnt être connu que des intéressés eux-mêmes, qui seraient de nature les authentifier. Rien n’est dit, non plus, pour expliquer comment on est passé de la bagarre ethnique à l’insurrection. Le deuxième, c’est que ces communiqués ont fait leur apparition sur l’Internet congolais dans la mouvance de Ngbanda et de l’Apareco, qui n’en sont pas à leur premier canular.

Les faits connus de source officielle ou neutre laissent par ailleurs perplexe. Les morts et les blessés appartiennent aux groupes ethniques concernés. Beaucoup d’entre eux ont été victimes d’armes blanches, ce qui va dans le sens de l’affrontement tribal. Mais près de 100.000 personnes ont pris la fuite vers le Congo-Brazzaville. Cela fait beaucoup de monde pour une simple bagarre de paysans. D’autre part, un hélicoptère de la MONUC a essuyé des tirs d’armes lourdes, qui ne font pas partie de la panoplie habituelle des chefs coutumiers.

Tout cela comporte aussi un aspect de « guerre psychologique ». Au Congo et ailleurs, les affrontements ethniques ont pris, ces dernières années, un tour fréquemment dramatique dégénérant en massacres. Plus les gens ont peur, plus vite ils font leurs valises. L’intensité accrue de la peur devant les conflits ethniques peut expliquer la panique locale. D’autre part il est manifeste que, du côté de Kinshasa, il y a une certaine « peur du loup-garou », celui-ci étant la persistance d’un maquis MLC dans l’Equateur. La fréquence, par exemple, de recherches policières ou militaire visant à trouver des caches d’armes dans cette province est un indice de cette psychose.

« Dongo, une nouvelle menace armée », titre à la Une Le Potentiel qui note qu’on se perd en conjecture à l’analyse de la situation confuse à Dongo, dans le Sud-Ubangi.
« Il n’y a pas une rébellion clairement définie à Dongo », a déclaré mercredi le gouverneur de l’Equateur. « Nous avons mis la main sur un lot important d’armes et de munitions, lesquelles vont nous permettre de conquérir la ville de Gemena dans les tout prochains jours », ont menacé en novembre dernier le « patriotes résistants », constate le confrère. 
 Le Potentiel rapporte que face à la menace que constituent ces « patriotes résistants de Dongo », des responsables congolais et onusiens ont entamé le mercredi 2 décembre 2009 à Gemena « la planification d’une opération à mener par la police nationale et les Fardc avec l’appui de la Monuc ».

Citant le gouverneur de l’Equateur, JC Baende, Le Potentiel signale que l’objectif majeur du voyage du chef de l’Etat était d’apporter une réponse appropriée à l’agression Enyele dans le secteur de Dongo. Cela implique, selon le gouverneur de l’Equateur, des opérations allant dans le sens d’appeler à la conscience des uns et des autres pour le rétablissement de la paix. Et JC Baende de préciser que si ce langage de négociation n’est pas écouté, «  nous allons demander à ce que les assaillants puissent déposer les armes, mais par la force de la loi ».

Dans le même registre L’Avenir note qu’une autre situation humanitaire explosive se prépare à l’Ouest de la Rdc. Et le confrère de se demander si c’est par simple hasard que cela arrive au moment où on parle de l’amélioration à l’Est à tel point que le gouvernement se voit en droit de demander un retrait échelonné de la Monuc. (Les populations de l’Est ne manqueront pas d’apprécier leur situation « tellement améliorée ». Elle n’a jamais été pire NdlR).

Dans un article publié dans ses pages intérieures et intitulé : «  Dongo : J. Kabila devant un dilemme », La Tempête des Tropiques indique qu’avant de quitter Gemena Joseph Kabila avait promis de rétablir l’ordre et la sécurité à Dongo. Pour mettre en pratique la sentence du chef de l’Etat deux voies s‘imposent en l’occurrence la négociation avec les fauteurs de trouble ou la récupération par la force de Dongo en poussant les fameux occupants à déposer les armes.

« Anniversaire » de la Présidence JK

Le Phare consacre sa manchette aux «  engagements de Kabila au Kasaï ». Il rapporte que les populations du Kasaï Oriental vivent, depuis le dernier séjour du chef de l’Etat sur leurs terres, du 24 au 28 novembre 2009, dans l’attente fiévreuse de la matérialisation de ses promesses. Elles sont d’autant impatientes que Joseph Kabila a promis de passer à l’action dès le début de l’année 2010. Il n’y a pas, estime Le Phare, meilleure motivation pour les pousser à rêver d’une plus grande visibilité des 5 chantiers de la République dans l’espace kasaïen, d’autant que le premier d’entre les Congolais a parlé devant témoins à Mbuji Mayi, à savoir plus de 1.200 convives à l’occasion d’un banquet.

« Kabila face à son destin », titre Le Soft dans son édition de ce vendredi. Le journal de Tryphon Kin Kiey Mulumba note que ce dimanche 6 décembre 2009 est jour anniversaire de l’investiture de J. Kabila comme Président élu de la Rdc.
C’est, en effet, le 6 décembre 2006 que le Président élu fut investi. Ce fut jour de fête, jour faste, éclairé d’un radieux soleil dans les jardins du Palais de la Nation. Un jour marqué par un discours prononcé devant la nation, le monde et l’histoire. Un discours de vision et d’ambition pour l’avenir. Conformément à la Constitution, le chef de l’Etat va prononcer ce 7 décembre (le 6 décembre tombant un dimanche) un discours sur l’état de la Nation. Ce discours très attendu sera celui qui va ouvrir le bal des échéances électorales locales en 2010, législatives et présidentielles en 2011.
Le Soft note qu’aucun Congolais n’aurait pu s’imaginer qu’en cinq ans, un pays post conflit pouvait prendre l’envol. Ce que le peuple attend c’est un grand signal précisément la fin de la recréation. Le Président élus plus que jamais est face à l’histoire…

© CongoForum, le vendredi 4 décembre 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22