24/12/2009 REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

24 décembre 2009

Aujourd'hui dans la presse

(CongoForum)

Remaniement gouvernemental, corruption, insécurité… Ces mots reviennent dans les manchettes de tous les journaux. Joyeux Noël quand même !  S’il y a un sujet qui dépasse les autres en importance, c’est certainement celui du remaniement.

Remaniement

(Dans toute cette histoire de remaniement sans cesse annoncé et sans cesse remis, il faut tenir compte de ce qu’il y a en éalité non pas un mais deux projets de remaniement, qui ne concordent pas.
Le premier reste dans les limites de la légalité. Il est interne, électoraliste et provient des « rhinocéros » de l’AMP. Ils sont partisans d’une démocratie tellement « musclée » qu’on ne la reconnaît plus très bien. Leur idéal semble être un gouvernement unicolore – de leur couleur, bien entendu –, des chambres marchant à la baguette où le vote de discipline permet
  de faire approuver majorité contre opposition tout ce que le gouvernement ou le Président désire, et une liberté de parole mesurée au compte-goutte pour l’Opposition. Ils n’ont jamais digéré l’accord de majorité accordant la Primature au PALU. Toute occasion – notamment toute rumeur de remaniement – leur est bonne pour revenir à la charge et exercer des pressions dans le sens de leurs idées.

Le contexte pré-électoral joue en leur faveur dans la mesure où ils peuvent user de l’argument de visibilité : du simple fait de la Primature PALU, ce parti pourra s’attribuer le mérite des réalisations d’un gouvernement où c’st pourtant l’AMP qui est majoritaire.

L’argument est à double tranchant car il repose sur l’hypothèse que l’électeur verra des faits positifs dont il pourrait reconnaître le mérite. On ne voit guère lesquels, à part des effets d’annonce qui tiennent de plus en plus de la méthode Coué. Et la Primature PALU, par sa visibilité, a au moins le mérite de partager entre JK et le gouvernement ce qui sera sans doute le sentiment dominant des électeurs : le mécontentement.

Le second, au contraire, revient à réduire à néant tout l’acquis de la transition et des élections.

Et il est fort clair qu’il s’agit d’un remaniement imposé de l’extérieur.

Il en a été question pour la première fois au moment du renversement des alliances qui a amené la RDC à s’allier au Rwanda et au CNDP et à prendre pour cibles les seuls FDLR.

Ce qu’a, alors, obtenu le CNDP – au moins en principe – à savoir son implication dans les institutions de la République à tous les niveaux – ce qui normalement inclut le gouvernement. Cela revient, ni plus ni moins, à retourner à la Transition où les mouvements armés, métamorphosés en partis politiques, se sont partagé sièges et portefeuilles.

Comment tenir un discours qui insiste sur la légitimité d’un pouvoir issu des élections  et parle de ne pas tolérer l’impunité et d’autre part intégrer au gouvernement des composantes non élues et qui ne tirent leur poids que de l’appui de la menace rwandaise et protéger Bosco Ntaganda contre les plus hautes instances internationales ?
C’est bien le genre de quadrature du cercle que JK et sa fine équipe essayent en vain de réaliser depuis près d’un an. De temps en temps, quand on croit que l’on approche d’une formule possible, des bruits de remaniement courent, et les « rhinos » exécutent une charge pour que la réalisation d’au moins une partie de leurs objectifs soit incluse dans le plan… Il semble bien qu’u début de cette année on se soit arrêté un instant à l’idée de faire appel au RCD, mais ce parti a pratiquement implosé sous ses dissensions internes. C’était alambiqué, tiré par les cheveux, acrobatique, mais cela avait encore quelque apparence d’un respect  très approximatif de la légalité.

Accepte cette exigence du CNDP expose à deux dangers :

1)     Si l’on admet que ce qui s’est fait pendant la Transition n’aurait pas été un fait unique, lié à des circonstances exceptionnelles, mais peut se répéter, il n’y a pas de raison pour que le CNDP ne fasse pas des émules. On pourrait assister à un pullulement de nouveaux « groupes armés » désireux d’aller, eux aussi, à la soupe.

2)     Le pouvoir va porter un coup mortel à sa propre crédibilité. Le seul mérite encore assez largement reconnu au pouvoir, c’est qu’il a été élu. Les Congolais sont attachés beaucoup plus attachés au processus d’accès pacifique et légale au pouvoir par les élections, qu’à K, à sa personne ou à sa politique. S’il se met en position de ne plus être soutenu que par les gens qui admireraient vraiment les brillants résultats des 5 chantiers, il ne va plus rester grand monde ! NdlR)  

 « Remaniement ou changement : déjà la veillée d’armes », annonce à la Une Le Potentiel. Il note qu’annoncé pour le mois de juin 2009, le remaniement ou le changement, c’est selon, de l’équipe gouvernementale se fait encore attendre.
Mais à analyser les dernières déclarations politiques, le bouleversement tant promis pourrait intervenir dans les prochains jours. Dans les partis politiques, toutes tendances confondues, tant du côté de la majorité que de l’Opposition, c’est déjà la veillée d’armes. Le Potentiel souligne que ce qui confirme ces grandes manœuvres politiques demeure justement les prochains objectifs à atteindre. En effet, en concluant un nouveau programme économique avec le FMI, il est de ces objectifs que la Rdc doit absolument atteindre. Dans le cas d’espèce, il s’agit du point d’achèvement pour bénéficier des facilités élargies du programme PPTE et s’attendre ainsi à l’effacement de la dette.
Ainsi Le Potentiel pose la question de savoir s’il faut poursuivre avec l’équipe qui a déjà donné ses signes de compétence et de faiblesse ou décider de la renforcer pour donner une nouvelle impulsion à l’action du gouvernement.

Dans le même registre, La Prospérité affirme que la semaine des festivités de fin d’années s’accompagne d’un vent du remaniement. Tous les salons huppés sont électrisés au point que d’autres leaders politiques ne s’empêchent de soutenir que le chef de l’Etat, Joseph Kabila, va surprendre avant le 1er janvier 2010. Dans cette ambiance, le Cndp n’est pas en reste. Ce mouvement rebelle, mué en parti politique, a vite sauté sur l’occasion pour expliquer de vive voix ses desiderata à Kabila, alors en tournée au Sud-Kivu.
A voir la détermination dont fait montre ce mouvement, note la consœur, il n’est plus question de louper l’occasion pour entrer au gouvernement. Le Cndp n’est pas seul dans cette quête. Les autres ex-groupes armés ont déjà fait savoir leur position quant à leur participation à la vie nationale avec toutes les conséquences y afférentes. Et la consœur de se demander si Joseph Kabila va céder. Toute la question, estime La Prospérité, est là.

Le Palmarès fait état de « L’ultimatum du Cndp au gouvernement central ». Selon ce journal, jusqu’au 15 janvier 2010, il n’y aura plus d’administration parallèle au Kivu, encore moins de barrières ni de prélèvement de taxes. Le Cndp entend ainsi éprouver la bonne foi du gouvernement central. Un énième round vient ainsi d’être engagé entre Kinshasa et l’ex-rébellion. Mais quoiqu’il advienne, affirme ce journal, l’Exécutif national garde le monopole de toute initiative en ce jour.

Divers

La Référence+ consacre sa manchette au 1er Forum national de lutte contre la corruption où « Les grandes résolutions (ont été) arrêtées ».
Ce journal rappelle qu’à l’ouverture de ce forum, le vice-Premier ministre Emile Bongeli avait stigmatisé la corruption à travers une phrase choc : « c’est une honte pour toute la République de se noyer dans la corruption et d’être comptée parmi les pays les plus corrompus au monde ». Bongeli avait poursuivi en relevant que ce fléau, véritable mal cancéreux qui ternit l’image de toute la République n’est pas encore combattue avec détermination.

Le Phare signale dans son titre leader «  Le coup de semonce des catholiques » au sujet de l’insécurité à Bukavu. Selon ce journal, le chef de l’Etat, Joseph Kabila, vient de recevoir un mémorandum écrit en provenance du clergé catholique de l’Archidiocèse de Bukavu.
Le Phare, qui cite l’Agence congolaise de presse (Acp), rapporte que la principale doléance s’articule autour des assassinats ciblés dont sont victimes ses membres œuvrant au chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

 © CongoForum, le jeudi 24 décembre 2009

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22