EDITORIAL: RDC, pays émergent ?

10 février 2010

Billet du jour

(Le Potentiel 10/02/2010)

Pays pauvre très endetté, la RDC ne mérite pas cette catégorisation au regard de ses potentialités. Dans tous les secteurs de la vie nationale, la RDC a la capacité de rebondir rapidement.

Notons que dans le lot des pays émergents à travers la planète, la RDC a la possibilité d’y figurer. D’autant plus que, généralement, les pays émergents sont ceux ayant une forte croissance économique. Avant que n’éclate la crise financière internationale, le fort taux de croissance enregistré était de nature à hisser le pays loin du classement peu enviable de PPTE. Malheureusement, la gestion des finances publiques n’a rien présagé de bon.

L’enjeu pour la RDC de figurer sur la liste des émergents est de faire enregistrer un PIB sensiblement proche de celui des pays développés et présentant des structures économiques qui convergent vers celles des pays développés. Tout se mesure ainsi à l’aune des performances déterminées par des standards occidentaux du développement.

Sur le plan commercial, la RDC peut se constituer en marché émergent constitué de plus de 60 millions de consommateurs courtisés par des offres diverses. La secrétaire d’Etat française au Commerce extérieur a exprimé la volonté de son pays d’aider la RDC à s’inscrire sur la liste des pays émergents. L’amélioration du climat des affaires, l’attrait des investissements étrangers et des nationaux sont des voies à explorer pour parvenir à cette fin.

Dans cette perspective, le gouvernement s’est engagé à améliorer ce climat des affaires. Mettant les bouchées doubles, l’adhésion au traité de l’OHADA est la voie rapide qui conduit à des résultats palpables dans ce domaine. Avec des investissements rentables, il est possible de soutenir la croissance et de rattraper le retard enregistré jusque-là.

L’amélioration du climat des affaires ne suffit pas, bien qu’elle permette de renflouer les caisses de l’Etat. Comme mesures d’accompagnement, la gestion saine et orthodoxe des finances publiques, l’affectation des ressources aux dépenses utiles constituent des performances à atteindre afin d’espérer obtenir des résultats positifs.

Les institutions financières internationales ont proposé des plans de relance et des réformes à la RDC. Les appliquer de manière responsable, en les adaptant aux spécificités congolaises, produirait de meilleurs résultats. Par conséquent, elles constitueront des passerelles de développement de l’économie et du bien-être des populations. C’est à ce prix que la RDC quittera la liste honteuse des «pays pauvres très endettés» pour rejoindre l’Afrique du Sud, le Brésil …

Sur le continent, très peu de pays peuvent se prévaloir de l’opportunité de franchir rapidement les marches. Les experts sont formels : il suffit d’une gestion suffisamment réfléchie à long terme, des infrastructures appropriées pour qu’en une dizaine d’années la RDC soit considérée comme pays émergent avec un marché émergent.

Le pari est à la portée de la RDC. Il faut le tenter en tant que défi du 21ème siècle.
 

© Copyright Le Potentiel

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22