Il a fallu 17 ans

5 octobre 2010

Billet du jour

Par  Ben clet kankonde dambu

Les gens de l’ONU sont des hypocrites professionnels. Vus de la RDC, ils joueraient le rôle de nobles prestidigitateurs de la conscience de l’humanité. Allez qualifier leur forfaiture de grand art de la diplomatie, les Congolais de la RDC vous répondront, à compter du 1er octobre 2010, que les Onusiens ne sont que des matamores.

L’accusation ne semble pas forte. Aujourd’hui, essayez de comprendre la hauteur, la largeur et la profondeur de la colère des Congolais. Ils se disent globalement non surpris par les « révélations » tardives et calculées de l’ONU, dénonçant les gravissimes atrocités commises contre les civils, de 1993 à 2003, par les armées du Rwanda, de l’Ouganda, d’Angola, du Burundi, du Tchad, du Zimbabwe et de la RDC.

Il a fallu attendre 17 ans pour que l’ONU reconnaisse, enfin, ce que savaient, depuis, les gouvernements de tous les pays membres de l’organisation. Y compris sa haute hiérarchie à New York.

Il a donc fallu 17 ans pour que l’ONU, sans porter des gants ni se cacher derrière la langue de bois, appelle le cochon par son nom. C’est une révolution. Signe que l’ampleur des crimes a révolté la conscience occidentalo-onusienne.

Pourquoi maintenant plutôt qu’il y a 17 ans ? Est-ce le début d’un désamour envers certains petits pays qui jouissaient jusqu’ici de plus de bienveillance de la part des puissants membres permanents du Conseil de sécurité ?

Certes, l’ONU a confessé ses faiblesses en publiant l’explosif rapport. Le monde entier applaudit. Mais les Africains, pour leur part, se montrent plutôt sceptiques. S’ils saluent la publication d’un rapport gardé secret pendant 17 ans, ils ne ratent pas cependant l’occasion de fustiger l’hypocrisie, la partialité et les manipulations de l’ONU.

On voit l’ONU, dans son rapport, s’acharner sur les pauvres nègres qui ont servi de bras séculiers à l’étranger. Les Congolais estiment qu’elle aurait mieux fait de dénoncer également les auteurs intellectuels des crimes qu’elle feint de déplorer. Au nombre de ceux-ci les Etats occidentaux et leurs multinationales. C’est leur alliance politico-financière qui a, d’un côté, financé les activités criminelles sur le sol congolais et, de l’autre, étouffé l’éclatement de la vérité.

Que l’ONU rende justice aux victimes congolaises de ces dix-sept dernières années, cela est juste et justifiable. Mais ceci, au regard de la tragédie, ne l’exonère pas de sa responsabilité pour « non assistance à peuple en danger ».

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22