La RDC obtient plus d’un milliard d’annulation de dette des Etats-Unis

27 avril 2011

Actualités

 

Par Faustin Kuediasala

Le gouvernement a de quoi se frotter les mains. En effet, la bonne tenue du cadre macro-économique commence à porter des fruits. Après l’attente de dette prévus au point d’achèvement de l’Initiative d’annulation de dette des pays pauvres très endettés (I-PPTE), les créanciers de la RDC sont de plus en plus nombreux à confirmer leur promesse d’effacement.

Le tout dernier à agir dans ce sens est le gouvernement des Etats-Unis qui a accepté, via son ambassadeur en RDC, James Entwistle, d’annuler 1.823.769.400 Usd de dette due par la RDC à l’Etat américain.

La cérémonie de signature de l’accord d’annulation a eu lieu hier mardi 26 avril dans la salle de réunions du ministère des Finances. Pour la partie congolaise, c’était donc le ministre des Finances, Augustin Matata Ponyo Mapon, qui a apposé la signature sur le document, contresigné par l’ambassadeur des Etats-Unis en RDC.

Pour l’essentiel, la dette annulée, soit 1.823.769.400 Usd porte sur : 378.667.000 Usd dus au département américain de l’agriculture ; 204.816.000 Usd à l’Agence des Etats-Unis pour le développement international ; 261.004.500 Usd au département de la défense des Etats-Unis ; 979.281.900 Usd à la Banque import-export des Etats-Unis.

« UN GRAND JOUR » POUR LA RDC

Dans son intervention, le ministre des Finances a manqué de mots pour traduire toute son émotion. « C’est un grand jour dans le cadre de la coopération entre les Etats-Unis et la RDC », a-t-il dit, rappelant que l’accord signé le mardi 26 avril 2011 est « l’aboutissement d’un long processus » débuté depuis les années 1999 lorsque les Etats-Unis ont levé le principe de l’effacement de la dette de la RDC.

Mais, le chemin pour y arriver a été long, a reconnu le ministre. Car, a-t-l indiqué, il fallait au préalable se conformer aux conditions prévues dans l’I-PPTE. L’atteinte du point de décision en juillet 2003 et celle du point d’achèvement en juillet 2010 ont, pense-t-il, ouvert grandement la voie à la concrétisation de la promesse des Etats-Unis.

D’où, la signature le mardi 26 avril de cet accord qui porte sur près de deux milliards Usd. Un succès que le ministre des Finances a mis à l’actif de la politique d’ouverture et d’austérité mise en place par le président de la République, Joseph Kabila Kabange, pour permettre à la RDC de se décharger du poids d’une dette odieuse.

Par ailleurs, le ministre des Finances a dit à l’ambassadeur des Etats-Unis en RDC de transmettre à l’administration de son pays toute la « reconnaissances » du peuple congolais au geste posé par le gouvernement américain. « Nous sommes conscients de l’acte posé par le gouvernement des Etats-Unis pur pouvoir alléger cette charge de la dette », a fait remarquer l’argentier national.

Le ministre des Finances s’est largement étendu sur la volonté du gouvernement de consolider davantage la stabilité du cadre macroéconomique et d’assainir le climat des affaires. L’occasion est donc bien propice pour inviter l’ambassadeur des Etats-Unis en RDC à mieux vendre l’image de la RDC auprès des investisseurs américains. « Soyez notre interlocuteur auprès des entreprises américaines à venir investir en RDC », a indiqué Matata Ponyo.

UN PARTENARIAT DE DEVELOPPEMENT

L’ambassadeur James Entwistle n’est pas resté indifférent à l’adresse du ministre des Finances. Abondant dans le même sens que le ministre Matata, il a fait savoir que cet accord témoigne d’une part, de la reconnaissance par les Etats-Unis des « efforts considérables » fournis par la RDC pour gagner le pari de la stabilisation, et de l’autre, de « l’engagement » des Etats-Unis au développement économique et social à long terme de la RDC. « C’est le plus grand accord bilatéral, note-t-il, conclu par les Etats-Unis ».

Il faut dire que depuis son arrivée en février 2010 à la tête du ministère des Finances, Augustin Matata Ponyo Mapon ne cesse de marquer des points dans l’effort collectif de stabilisation du cadre macroéconomique. C’est avec lui, aux commandes des finances, que la RDC a accédé en juillet 2010 à l’effacement de près de 12 milliards Usd de sa dette extérieure. L’effacement de la dette de près de deux milliards par les Etats-Unis s’inscrit donc dans ce cadre. D’autres créanciers devaient emboiter le pas à l’administration Obama.

A une bonne nouvelle a succédé à un autre. De Washington, l’on a appris hier mardi dans la soirée, des sources internes du FMI et de la Banque mondiale, que le ministre Matata a reçu des félicitations personnelles du FMI et de la Banque mondiale pour ses performances dans la tenue des finances de l’Etat.

Ses bonnes nouvelles, confirment les mêmes sources, augurent d’un passage en douceur de la 3ème revue du PEG 2 au Conseil d’administration du FMI. Un autre succès qui devait réconforter le ministre des Finances à poursuivre sur la même lancée pour des « finances publiques au développement » en ce temps de reconstruction.

 

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22