03/05/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MARDI

 (CongoForum)

Les commentaires concernant le calendrier électoral sont encore le sujet vedette d’aujourd’hui. Bien sûr, la mort annoncée de Ben Laden figure aussi au menu du jour. Qelques nouvelles politiques et le procès Chebeya complètent l’assortiment du jour.

Elections

La convocation de l’électorat et l’inscription des candidats pour l’élection présidentielle et la députation nationale étant fixées au 4 août 2011, c’est le « respect du délai constitutionnel » qui divise encore la clase politique congolaise, fait remarquer Le Potentiel dans son titre leader intitulé : « La MP ‘prend acte’, l’Opposition prise de court ».
En effet, si la Majorité présidentielle « prend acte » du calendrier électoral publié le 30 avril 2011 à Kinshasa au motif que « la CENI est une institution indépendante », une frange de l’Opposition politique dénonce le « non respect du délai constitutionnel » et le « jonglage des dates », selon, particulièrement, l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps).
Valentin Mubake, conseiller politique d’Etienne Tshisekedi, fait remarquer que l’enrôlement est à l’arrêt. La loi électorale n’est pas prête. Les circonscriptions électorales ne seront connues qu’après l’enrôlement. Bref, il y a plusieurs inconnues. Et Mubake de s’empresser de conclure, « Quelle que soit la date, le 06 décembre 2011, le président en exercice cesse d’exercer conformément à la Constitution. Le peuple reprendra son pouvoir et dira ce qu’il faudra faire, comme l’avait déclaré le président Tshisekedi ».

Sous le titre : « Majorité et Opposition coincées », La Prospérité souligne qu’il n’y aura manifestement plus de Tunisie, ni d’Egypte en RD Congo, le 6 décembre prochain, comme l’avaient prédit d’aucuns, il y a peu. Avec la publication du calendrier électoral, la CENI vient de prendre à contre-pieds les politiciens congolais dont la plupart ne croyaient pas du tout en la tenue des élections dans le délai constitutionnel.
Habitués à envenimer des situations latentes, pour finalement le transformer en situations chaotiques et tirer des profits individuels, les politiciens congolais devront cette fois-ci revoir leurs calculs, estime ce journal.

Le Palmarès rapporte que pour garantir le nouveau calendrier électoral, la CENI exige un préalable de 37 millions de dollars au gouvernement. L’argent exigé permettra à la CENI de clôturer dans les délais la révision du fichier électoral qui doit toucher à son terme au plus tard juin prochain. Craignant de porter la responsabilité du blocage, le gouvernement a libéré sans hésiter 15 millions Usd lundi. Les 22 millions restant seront versés la semaine prochaine. Il n’y a plus d’excuse pour le bureau de la CENI quant à l’exécution sans faille du chronogramme électoral.

« Après le 6 Décembre, Pas d’apocalypse », titre Le Climat Tempéré.

La bombe a été désamorcée. Au lendemain du 6 Décembre 2011, il n’y aura pas de crise politique de légitimité en RDC et encore moins de vide institutionnel. Le débat qui allait s’amplifiant autour de ces questions vient d’être vidé de sa substance. L’élection présidentielle à tour unique en République démocratique du Congo est fixée, en couplage avec celle des députés nationaux,  au 28 novembre 2011. Une date n’est pas loin de la date  du 27 novembre annoncée en août 2010 par l’ancienne CEI de l’abbé Malumalu. Cependant, le nouveau président prêtera serment le 20 décembre, deux semaines après la fin constitutionnelle du mandat de l’actuel président et non pas en 2012, comme l’envisageait Malumalu.
Ce calendrier a été publié samedi par le Bureau de la CENI, avec à sa tête son président, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda.

 Au sortir de l’atelier de Lubumbashi, fin mars, le président de la CENI rassurait que le calendrier électoral qui serait publié respecterait les délais constitutionnels. Mais la mouture de calendrier soumise aux concertations avait soulevé des réactions plutôt vives de la part des partis politiques de l’opposition. La CENI se trouvait devant deux pressions, l’une aussi cruciale que l’autre.  D’une part, ne pas organiser, dans la précipitation,  des élections bâclées qui ensuite seraient contestées et leurs résultats rejetés, ce qui allait replonger

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22