Cinq questions à Olivier Kamitatu

8 juillet 2011

Interview

Par  Le Potentiel

1. Quel est aujourd’hui le bilan du plan quinquennal ?

Recadrons d’abord les choses. En 2007, lors de la mise en place du gouvernement par M. Gizenga, le programme du gouvernement était aligné sur la législature, allant de 2007 jusqu’aux futures élections. Mais le cadre de référence ou d’intervention des partenaires au développement et du gouvernement est aligné sur le DSCRP (Document Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté) adopté en 2006.

2. Pourquoi avoir attendu 2007 pour le mettre en exécution ? Comment comptez-vous atteindre ces objectifs ?

Parce que l’année 2006 était une année électorale. Le DSCRP est un programme post électoral émanant d’un large consensus qui a couru pendant trois ans allant de 2007 à 2009, fin de ce cadre d’intervention. Le premier programme étant arrivé à son terme, tout en restant dans le cadre de référence, le ministère du Plan a créé un deuxième programme d’action humanitaire à court terme allant de 2009 à 2010. Puisque le DSCRPI est mort, nous lançons le DSCRP2 qui partirait de 2011 à 2015 et prendra en compte les Objectifs du Millénaire pour le Développement. 2011 sera une année où on lancera la nouvelle législature, 2015 résultats d’évaluation du millénaire pour le développement. Puisque en cinq ans, il y a cinq exercices budgétaires, mon ministère compte sur chaque exercice annuel pour faire adopter un budget qui permettrait de lancer le processus du DSCRP 2, appelé plan quinquennal 2011-2015.

3. Quelles sont les actions concrètes qui ont déjà été réalisées ?

Nous avons connu quelques succès dans les structures de base, les infrastructures routières, la santé où 85% des femmes enceintes bénéficient des soins primaires. La réduction du taux de mortalité infantile, est aussi un exemple, sans oublier la construction d’hôpitaux des références. Quant à l’éducation, des élèves de l’école primaire et secondaire ont un meilleur accès à l’éducation, grâce à un financement accordé par le gouvernement et la Banque mondiale de plus de 25.000 millions de dollars à travers le pays.

4. Pourquoi la construction d’un pont entre Kinshasa et Brazzaville ? Ne pensez-vous pas qu’une telle réalisation fragiliserait l’économie congolaise en général, et celle du Bas-Congo, en particulier ?

Le ministère du Plan essaie de promouvoir le Congo de demain, appelé à jouer un rôle déterminant dans le cadre du programme de l’intégration régionale. Le Congo sera un carrefour par lequel passeront plusieurs autoroutes qui viendraient de l’Est vers l’Ouest et du Nord vers le Sud. Ce pont est accompagné d’une ligne ferroviaire, c’est un pont route-rail qui desservirait Kinshasa-Ilebo et Kinshasa-Brazzaville. Une étude a été menée par des experts de la BAD (Banque africaine de développement) à notre demande pour déterminer les répercussions économiques de ce projet pont-route-rail dans cette province.

5. Qu’en est-il de la construction du port en eau profonde de Banana ?

Une étude de faisabilité vient d’être terminée par des experts coréens et la construction doit être financée par des capitaux étrangers. Le Bas-Congo, pour les dix prochaines années, bénéficiera d’un programme d’investissements de plus de 15 milliards de dollars pour construire le barrage Inga III, une usine d’aluminium à Moanda et la réhabilitation de la route-rail de Matadi l’objectif est d’avoir une voie souveraine en créant un port en eau profonde, mais aussi celui d’être dans le programme de l’intégration régionale. Des études d’investissements ont été faites dans toutes les provinces de la République démocratique du Congo pour faciliter leur désenclavement.

Tirées de Reporter Régional, n°002, Juin 2010 (*) Ministre du Plan

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel 2005
Usage strictement personnel.
L’utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d’usage, en accepter et en respecter les dispositions

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22