Ce jeudi à Strasbourg, le Parlement européen a souligné qu’il incombait au gouvernement congolais d’assurer la sécurité sur son territoire et de protéger ses civils. Les eurodéputés ont également rappelé à Joseph Kabila qu’il s’était personnellement engagé à mener une politique de tolérance zéro en matière de violences sexuelles, à poursuivre les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et à coopérer avec la Cour pénale internationale.