16/07/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE SAMEDI

17 juillet 2011

Actualités

 (CongoForum)

Tous les sujets habituels sont au rendez-vous dans les journaux parus ce samedi à Kinshasa.: Elections avec le tête-à-tête Tshisekedi-Bemba, la clôture de l’opération de révision du fichier électoral, le rétablissement du signal RLTV et la continuation de la dispute entre la RVA et HBA sur les responsabilités du crash de Kisangani.

Elections / Tshisekedi – Bemba

« Face-à-face Tshisekedi-Bemba » titre Le Potentiel, qui rapporte que le rendez-vous a été respecté. Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS, s’est effectivement entretenu vendredi, à La Haye, aux Pays-Bas, avec le sénateur Jean-Pierre Bemba, président national du MLC dans sa geôle de la CPI. Au menu de leurs entretiens : situation générale du pays et élections 2011. « Joint au téléphone par Le Potentiel, Valentin Mubake a restitué l’échange de son président national avec la presse au sortir de l’entretien avec le chairman du MLC. «La rencontre venait effectivement d’avoir lieu ici à La Haye. C’était un tête-à-tête. Et au sortir de cet entretien, le président Tshisekedi s’est confié à la presse, rassurant que Jean-Pierre Bemba est en bonne forme. Il regrette cependant que la classe politique congolaise soit versée dans la corruption, au lieu de prioriser l’intérêt général des populations », a-t-il indiqué.
« La rencontre entre ces deux leaders de l’Opposition congolaise autour des questions politiques du pays, reste déterminante au regard des enjeux électoraux actuels marqués par une nouvelle donne, à savoir la participation de l’UDPS au processus électoral après l’avoir boycotté en 2006. Laissant la voie libre à Jean-Pierre qui a talonné le candidat Joseph Kabila à la présidentielle 2006.
Cette fois, ironie du sort, le challenger du président élu en 2006 est quasiment hors course du fait de son incarcération. Le procès qui le retient à La Haye titre en longueur alors que, au pays, les étapes du processus électoral s’égrènent à un rythme qui ôte tout espoir.
Sans ce procès, le président national du MLC l’aurait disputé à l’envi la tête d’affiche de l’Opposition. Faut-il rappeler que jusqu’à il n’y a pas longtemps, Jean-Pierre Bemba était le leader de l’Opposition dite parlementaire ? Les tractations engagées pour le remplacer ont tourné court.        
Cet élément pourrait justifier le rapprochement entre les deux personnalités et donner lieu à la mise en œuvre de nouvelles stratégies électoralistes. D’autant que la Constitution de 2006 modifiée en 2011 a ramené le scrutin présidentiel prochain à un seul tour. Les alliances, si alliances il y aura, devront se tisser maintenant ou avant le 28 novembre 2011. Le cheminement de l’Opposition congolaise aux prochaines échéances électorales est lié à cette réalité.       
C’est peut-être le sens à donner aux propos de Valentin Mubake lorsqu’il dit
: « Je constate avec joie, que ce sont les deux grands leaders qui se sont vus pour discuter sur des questions politiques de leur pays. Cette rencontre au sommet aura un impact au niveau des bases ».
   
Dans la foulée, il a laissé entendre que Jean-Pierre Bemba a exhorté son « ainé » Tshisekedi « à bien veiller sur le processus électoral dans son ensemble ». Un conseil qui établit sans doute le rapprochement entre les deux personnalités pour des stratégies électoralistes, répondant en partie à cette interrogation que soulèvent déjà plusieurs observateurs.
« Par ailleurs, selon le secrétaire général de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, qui poursuit sa tournée euro-américaine, entend prendre des contacts nécessaires pour le bon déroulement du processus électoral en cours. Il l’a dit au cours d’une restitution à la presse de la première partie de ce périple du lider maximo qu’il a accompagné avant de le précéder au pays.      
« Me Jacquemin Shabani Lukoo a indiqué qu’après cette tournée euro-américaine, le président de l’UDPS visitera quelques capitales africaines, avant de regagner Kinshasa via Lubumbashi, au Katanga. Ici, il doit s’adresser à sa base de la capitale du cuivre.
Cela, nonobstant les rumeurs sur des dispositions prises par le maire de Lubumbashi et que l’UDPS/Katanga s’est empressée de dénoncer
 ».   
(Dans les commentaires sur Internet, certains proclament: « Triangle nucléaire: Deux réacteurs déjà en marche ». C’est peut-être aller vite en besogne ! L’hypothèse du « triangle », pour rappel, c’est que si Bemba, ETwM et Kamerhe sont tous les trois candidats, ils pourraient prendre suffisamment de voix à JKK pour que celui-ci n’arrive que deuxième et soit éliminé de la course. A ce jour, on ne voit pas comment Bemba serait candidat – cfr à ce sujet la RP d’hier.

A ce jour, ETwM est toujours resté sur sa position bien connue : il serait par définition et par nature le candidat unique de l’opposition. Bemba, empêché d’être dans la course en personne, est le leader qui serait le plus facilement susceptible d’accepter cela, puisqu’il n’y perdrait rien personnellement. De plus, les deux hommes peuvent redouter la « liquidation » en 2011 de la situation de 2006, où les succès MLC du second tour ont été dus pour une part à des votes « UDPS frustré ». Bemba a tout lieu de redouter un score très affaibli par rapport à 2006 en dehors de son assise « naturelle » de l’Equateur, mais l’UDPS peut de toute manière lui aussi perdre des voix parce que certains électeurs, « MLC par frustration » en 06 peuvent depuis lors avoir été séduits par leurs représentants « temporaires ». Cela constitue l’arrière-fond des disputes internes du MLC. Les deux vedettes de celles-ci, F. Muamba et Th. Luhaka sont originaires de terrains « difficiles ». Luhaka est de Kindu, fief kabiliste, et Muamba a encore moins de chance : il est du même village que Tshisekedi.

Cette situation se reflète dans l’attitude des deux leaders qui, somme toutes, ont manifesté leur bonne entente sans rien annoncer de nouveau. NdlR)

Elections / autres

La Référence+ se penche sur la révision des fichiers électoraux et annonce « La CENI : Déjà 31 millions d’enrôlés ». A Kinshasa, dernière province de la RDC où l’opération de la révision du fichier électoral se déroulait encore, l’enrôlement s’est clôturé vendredi 15 juillet sans grand engouement dans les centres d’enrôlement, constate ce journal. La Réf.+ note qu’avec la volonté de tous, il y a lieu de croire que les prières de tous les Congolais seront exaucées. La réussite de cette deuxième élection en l’espace de 5 ans aura participé à la consolidation de la paix et au développement de la RDC.

AFP a annoncé ce matin aux petites heures une nouvelle relative à la campagne ééectorale, sous l’angle médiatique : « République Démocratique du Congo: levée de l’interdiction d’une TV privée accusée d’apologie de la violence » — Le gouvernement de RD Congo a rétabli vendredi, dans un souci d’ »apaisement du climat politique« , la diffusion d’une télévision d’opposition accusée d’ »apologie de la violence » après avoir transmis les images d’une manifestation d’opposants réprimée par la police. Propriété d’un député de l’opposition, Radio Lisanga Télévision (RLTV) avait été coupée le 9 juillet après « la diffusion récurrente d’émissions faisant l’apologie de la violence« , selon le ministre de la Communication, Lambert Mende. Ce dernier a annoncé dans un communiqué avoir levé l’interdiction qui frappait la chaîne, en se disant « soucieux de faire droit aux efforts des autorités politico-administratives de Kinshasa et de la classe politique congolaise pour un apaisement du climat politique« . La télévision avait diffusé des images de la répression violente par la police le 4 juillet à Kinshasa d’une manifestation organisée par l’UDPS, pour réclamer notamment la prolongation des opérations de révision du fichier électoral. Des ONG de défense de droits de l’Homme, comme VSV, avaient critiqué la décision du gouvernement en l’accusant notamment de « sombrer désespérément dans l’intolérance politique » alors que les « chaines officielles de radio-télévision sont interdites aux opposants politiques« . A l’issue d’une réunion avec les dirigeants de RLTV vendredi M. Mende a rappelé « l’obligation faites à toutes les entreprises des médias audiovisuels de s’abstenir de diffuser des appels à la violence sous quelques formes que ce soit« , selon le communiqué.

HBA

Au vu des informations publiées par Direct CD,  la poussière soulevée par le crash de HBA n’en finit pas de retomber. L’association de contrôleurs de la circulation aérienne du Congo (ACCA) a déploré, mercredi 13 juillet, la  détention de ses deux membres, aiguilleurs du ciel, au-delà de quarante-huit heures dans le cadre de l’enquête sur les circonstances du crash du Boeing 727 de Hewa Bora survenu le vendredi 8 juillet à Kisangani. Dans une déclaration faite devant la presse à Kinshasa, le président de l’ACCA, Godard Mamba Makola, a exigé « leur libération immédiate faute de quoi, les aiguilleurs vont observer un service minimum dans tous les aéroports du pays. ». Godard Mamba Makola a expliqué: «Tant que la commission d’enquête n’a pas encore rendu son rapport, on ne peut pas commencer à chercher des coupables. C’est trop tôt », dit Godard Mamba, estimant que seule l’enquête sur les circonstances du crash pourra déterminer les responsables de l’accident.        
Le député national Hubert Pierre Moliso a lui aussi désapprouvé l’arrestation de ces deux agents de la RVA. Selon lui, les autorités congolaises doivent s’en prendre aux responsables de Hewa Bora. Il ajoute que le crash est intervenu du fait que l’avion aurait été défectueux. Hubert Pierre Moliso a indiqué: «Le ministre des Transports intérimaire s’est précipité à ordonner l’arrestation des agents de la RVA pour mauvais guidage, alors qu’il sait que sur le plan technique, ce n’est pas la RVA qui prend les commandes d’un avion
Le PDG d’Hewa Bora a fait porter l’entière responsabilité du crash sur un « stagiaire » de la tour de contrôle, qui aurait fait atterrir l’avion malgré la mauvaise météo. Une explication déjà avancée lors d’un précédent crash de cette même compagnie (47 morts dont 43 au sol, à Goma en 2008), mais qui ne tient pas compte du fait qu’un autre avion aurait atterri peu de temps auparavant, et là sans problème.      
(Sans tomber dans l’humour macabre, il faut bien constater que la polémique sur la responsabilité de la catastrophe, puisque l’appareil, jusqu’à preuve du contraire, était en bon état, s’orient vers une défaillance humaine. Autrement dit, cela tourne à la recherche de l’imbécile incompétent. Pour Papaioannou, celui-ci devait fatalement être un « stagiaire » et se trouver dans la tour de contrôle. Pour la RVA, l’aiguilleur considéré comme stagiaire est un ingénieur qualifié de l’ISTA ayant déjà fait plus d’une année à la RVA et a fait atterrir, avant Hew Bora, deux autres avions dans les mêmes conditions et l’idiot incompétent devait se trouver dans le cockpit du Boeing de HBA. A Kinshasa, les détracteurs de Stavros Papaiannou estiment, à tort ou à raison, que les transporteurs aériens opérant au Congo prennent trop de liberté avec la réglementation de l’Organisation internationale de l’aviation civile. «Les pilotes sont constamment sous la pression de la direction générale ou commerciale, disent-ils en chœur. Les pilotes sont-ils qualifiés? Vont-ils régulièrement au simulateur de vol? Sont-ils recyclés tous les six mois ? Subissent-ils des contrôles en vol ? Les contrôleurs sont-ils qualifiés ?». NdlR)

© CongoForum, le samedi 16 juillet 2011

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22