18/07/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE LUNDI

18 juillet 2011

Aujourd'hui dans la presse

(CongoForum)

C’est encore une fois le sujet « Elections » qui est à la Une des journaux kinois parus ce lundi. Du côté de l’opposition, le leader de l’Udps, Etienne Tshisekedi, qui entend entamer une tournée nationale dont le point de départ est Lubumbashi, rentre d’une tournée internationale où il a notamment rencontré JP Bemba. Dans la Majorité, le MSR est en congrès.

Elections/ Opposition

«Course aux alliances», écrit l’éditorialiste du journal Le Potentiel. «Avec la fin des opérations de révision du fichier électoral, la course aux élections est entrée dans sa dernière ligne droite, écrit le journal. A la Commission électorale nationale indépendante (CENI), l’on se dit prête à relever le défi, en amenant le peuple congolais aux urnes dans les délais prévus dans le calendrier du 30 juin 2011». « Si au niveau du pouvoir organisateur toutes les batteries semblent être en place, poursuit l’auteur de l’article, dans la classe politique, l’on ne sent pas cet engouement. C’est encore l’expectative. L’on s’observe, en attendant de réunir toutes les donnés nécessaires en vue de dévoiler une position». «Ainsi, au sein de la Majorité présidentielle (MP), une certaine atonie a gagné les rangs. A la MP, l’on ne s’agite pas outre mesure. Ses principaux ténors gardent encore leur calme. Une façon de prouver l’unité et la cohésion dans la plate-forme. Tout se passe comme si l’on attend un moment propice pour se lancer dans la course. Les alliances ayant été déjà ficelées, tout a l’air d’évoluer dans des eaux calmes», décrit Le Potentiel. Au contraire, souligne le journal, «ce n’est cependant pas le cas dans l’Opposition où des tractations se multiplient de part et d’autre pour mieux se positionner dans la course». Avec l’hypothèse d’une candidature unique à la présidentielle, explique le quotidien kinois, «l’Opposition s’évertue depuis un temps à fédérer davantage ses énergies et à se ressouder pour parler d’une seule voix». «L’unité tant recherchée dans l’Opposition s’effrite de plus en plus, soutient Le Potentiel. En lieu et place de la cohésion, l’on n’assiste plutôt à une dispersion; des tendances ayant nettement apparues entre acteurs de différents mouvements». Le journal estime que «la rencontre à La Haye aux Pays-Bas entre le leader de l’UDPS et le chairman du MLC, toujours en détention à la Cour pénale internationale, s’inscrit dans ce cadre».

«A La Haye : Tshisekedi et J.P Bemba ont échangé sur le processus électoral» titre à la Une L’Observateur. «En tournée en Europe, le président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi a rencontré le week-end dernier à La Haye, aux Pays-Bas, le président du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba Gombo toujours en détention à la prison de la Cour pénale internationale, rapporte le journal. Selon des sources concordantes, le président national de l’UDPS est allé solliciter le soutien de Jean-Pierre Bemba afin que le MLC soutienne sa candidature à la présidence de la République lors de l’élection présidentielle de 2011». «Ils ont a cet effet exprimé leurs inquiétudes face aux innombrables irrégularités observées dans l’opération de révision du fichier électoral et le climat des violences qui règne actuellement durant le processus électoral», a déclaré un membre du directoire de l’UDPS. Selon lui, poursuit le quotidien de l’avenue colonel Ebeya, «à l’issue de cet entretien, le sénateur Jean-Pierre Bemba a rassuré Etienne Tshisekedi du soutien du MLC à sa candidature à l’élection présidentielle de 2011». Cependant, ajoute L’Observateur, «du côté du Mouvement de libération du Congo (MLC), l’on affirme que les deux acteurs politiques n’ont pas évoqué la question de la candidature de Etienne Tshisekedi à la présidence de la République». «Cette visite avait un caractère purement humanitaire. Le président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi est allé simplement apporter un réconfort moral à Jean-Pierre Bemba qui est détenu à La Haye depuis 3 ans. L’on croit savoir que M. Jean-Pierre Bemba ne s’est pas exprimé sur la collaboration de Etienne Tshisekedi à la présidence de la République», a déclaré Filbert Badi membre du MLC. Selon lui, le MLC ne s’est pas encore prononcé sur son soutien à des éventuels candidats à la présidence de la République.

Après la visite du président national de l’Udps à La Haye, « Bemba embarrassé entre Tshisekedi et Kamerhe », signale Le Palmarès.  Selon ce journal, les démarches de Tshisekedi et de Kamerhe à La Haye visent à amener Bemba à donner un mot d’ordre en faveur de l’un ou de l’autre pour les parties de la République acquises à la cause du leader du Mlc, en l’occurrence la province de l’Equateur. Jean-Pierre Bemba, tout en se montrant favorable aux avances de ses deux hôtes, ne sait pas encore se déterminer car, prendre l’option pour l’un, l’amène ipso facto à renier l’autre. Il tente, dans la mesure du possible, affirme le confrère, de ménager l’un et l’autre en guise de reconnaissance lui témoignée à des moments aussi durs que ceux qu’il traverse à La Haye. Avant de se déterminer, le leader du Mlc entend se conformer aussi à la dynamique de son parti à Kinshasa après les turbulences qui l’ont secoué.

Le Phare rapporte au sujet de la rencontre Tshisekedi- Bemba à La Haye que les deux personnalités de l’Opposition congolaise n’ont pas mis les gants pour décréter que le pays se portait très mal, sur tous les plans.
De l’avis de J.P Bemba, le grand fléau qui mine le plus la RDC s’appelle corruption, dont les meilleurs élèves se recrutent au sein de la classe politique.Les échos des irrégularités qui ont émaillé les opérations de révision du fichier électoral et dénoncées dernièrement par l’Udps sont parvenues aux oreilles du président national de Mlc. D’où son message de vigilance à l’endroit de son aîné Tshisekedi.
Pour ce qui est de l’agenda d’Etienne Tshisekedi, Le Phare signale que le sphinx de Limete devrait quitter la Belgique en ce début de semaine pour des séjours éclairs dans quelques capitales africaines, avant de se rendre à Johannesburg ou il est attendu par la colonie congolaise. Il devrait regagner le pays par Lubumbashi, le samedi 23 juillet 2011. Plusieurs villes du Katanga sont inscrites aussi à son agenda, notamment Likasi, Kolwezi, Kipushi. Le Phare espère que des fonctionnaires et agents zélés des services de sécurité ne vont pas interférer pour empêcher ce candidat à la magistrature suprême, dont la circonscription électorale a pour espace l’ensemble de la République, de communiquer avec sa « base ».

Etienne Tshisekedi séjournerait maintenant en Afrique du Sud, selon les sources qui se sont confiées à L’Avenir. Il a ainsi engagé le chemin de retour au pays après que le leader de l’UDPS ait presque clôturé sa longue tournée euro-américaine. La dernière étape de cette tournée devrait être sa rencontre avec le leader du MLC incarcéré à La Haye. Les observateurs avertis n’attendent pas grand-chose de cette rencontre entre Tshisekedi et JP Bemba, croit savoir L’Avenir. Le mérite cependant, de cette rencontre, tout comme celui de cette longue tournée, réside dans la volonté d’Etienne Tshisekedi de faire feu de tout bois.

A propos de cette visite, La Tempête des Tropiques indique le chairman du MLC, Jean-Pierre Bemba a déclaré que le moment était venu pour un changement politique à Kinshasa. A la consœur  d’indiquer que l’ancien vice-président congolais a aussi déploré la propension effrénée de la classe politique congolaise à la corruption.

Le Potentiel rapporte que l’accueil de l’opposant Tshisekedi à Lubumbashi a été autorisé par le maire de cette ville. La nouvelle est annoncée par la radio onusienne.
Pour ce journal, il ne fait l’ombre d’aucun doute que l’accueil d’Etienne Tshisekedi à Lubumbashi est un test grandeur nature pour toute la classe politique congolaise.
Les uns et les autres sont appelés à adopter un comportement responsable. Ce passage de l’opposant Tshisekedi est ni plus ni moins la préfiguration de la prochaine campagne électorale.

L’Avenir
titre : « Tshisekedi au Katanga, Lubumbashi première étape de sa tournée nationale » et se demande : Tshisekedi à Lubumbashi, est-ce une provocation ? Les observateurs pensent qu’il faut sortir de cette logique. Il faut se mettre en tête que chaque politicien a le droit de circuler dans toutes les provinces dans le respect de l’ordre public. On doit s’attendre également à ce que les fiefs de l’UDPS s’ouvrent à tout le monde et que Limete, particulièrement les abords de la 10ème rue (siège de l’UDPS à Kinshasa) cessent d’être un no man’s land pour les supposés adversaires de Tshisekedi, estime ce quotidien.

Le terme « provocation » revient à se demander si la présence de l’opposant Tshisekedi à Lubumbashi, fief naturel de Joseph Kabila, en est une. Les observateurs pensent, rapporte L’Avenir, qu’il faut sortir de cette logique et se mettre en tête que chaque acteur politique a le droit de circuler dans toutes les provinces dans le respect de l’ordre public.
(Cette tendance des partis à considérer qu’ils ont des « chasses gardées » a déjà été la source de divers incidents, allant du simple chahut à la violence. Exemple :Des troubles ont éclaté, le vendredi 10 juin, dans la cité de Katako Kombe dans la province du Kasaï-Oriental après le meeting que l’ancienne ministre du Genre, Philomène Omatuku, a tenu le même jour sur le perron de la résidence de l’administration du territoire. Bilan: une vingtaine de personnes grièvement blessées. Selon les témoignages recueillis par la police, certaines personnes présentes au meeting de Philomène Omatuku ont trouvé ses propos injurieux et discourtois à l’égard des autres acteurs politiques, originaires de cette partie de la province. C’est ce qui serait à l’origine des échauffourées, selon ces sources. Le calme est revenu dans la cité après l’intervention de la police. Philomène Omatuku qui s’est rendue dans le district du Sankuru pour se faire enrôler, accuse une milice dénommée «brigade rouge» d’être auteur des ces troubles. Elle accuse aussi, sans le citer, un député national d’avoir monté cette brigade qui, selon elle, terrorise et menace les personnalités politiques qui se rendent dans la cité de Katako Kombe.
Pour revenir au voyage de Tshisekedi au Katanga, il a une raison impérative de s’y rendre et il y a aussi une raison spéciale d’avoir des craintes.
L’un des enjeux, pour l’UDPS, est de « récupérer » ses voix qui, en 2006, se sont portées, au second tout sur Bemba mais aussi, au premier, sur l’UREC du Dr. Kashala. Celui-ci, originaire du Kasaï mais né à L’shi est un parfait prototype de « Kasaien du Katanga », groupe où Tshisekedi put compter recruter de nombreux partisans. Mais ce groupe est aussi la cible d’un courant « kasaiophobe » haineux dont le chef de file est Kyungu wa Kumwanza, président du Parlement provincial et vedette du PPRD local. NdlR)

«La suite de la tournée de Etienne Tshisekedi au niveau national n’est pas sans intérêt, fait observer le journal. Il a choisi de faire son retour au pays par Lubumbashi». Apparemment, cela est normal, indique L’Avenir, mais on aurait tort de penser que c’est innocent. Car, soutient le quotidien kinois, «le Katanga est dans le processus électoral actuel, un point très sensible». «Il y a d’abord la déclaration de Etienne Tshisekedi lui-même qui, évaluant ses chances de réussite, avait dit qu’il gagnera dans dix provinces que compte la RDC sauf au Katanga où il obligera son concurrent au partage, rappelle L’Avenir. Un rapport, sorti de nulle part signé par FIDH accusait le président de l’Assemblée provinciale du Katanga d’organiser la chasse à l’homme contre les non originaires. Le responsable de la FIDH se proposait même de saisir le Conseil de sécurité de l’Onu».

«Lubumbashi: le maire autorise l’accueil d’Etienne Tshisekedi», lit-on sur le site de Radio Okapi. «L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) Katanga pourra accueillir son leader national, Etienne Tshisekedi, qui va regagner le pays par cette province après son périple euro-américain de plus de deux mois, rapporte la radio onusienne. Le maire de Lubumbashi vient d’autoriser l’organisation d’un tel événement après avoir interdit, il y a quelques jours, toute activité politique publique dans sa ville». Parlant d’un ouf de soulagement dans les milieux de l’UDPS Katanga, Radio Okapi indique que pour le vice-président de ce parti politique, fédération du Katanga, «la décision du maire de Lubumbashi n’est pas un cadeau, mais il s’agit plutôt du respect de la Constitution du pays».

Elections / Majorité

Sous le titre : « Le parti de Pierre Lumbi dans la bataille électorale », Forum des As annonce le congrès du MSR du 25 au 28 juillet prochain.
Deuxième force politique de la Majorité présidentielle grâce au nombre important de sièges remportés lors des législatives de 2006, le Mouvement social pour le renouveau (MSR) attend procéder à son autoévaluation.

Le Phare aussi titre « Le MSR en congrès du 25 au 28 juillet » L’annonce de cette grande messe politique a été faite à la presse,  dimanche 17 juillet Yves Mobando, le président de ce parti politique.

La Prospérité estime pour sa part que c’est « un congrès de tous les enjeux », surtout lorsqu’elle affirme que « le MSR est contre les cabales et la tricherie ! ». Ce journal rapporte la promesse de ce parti, celle de dénoncer sans hésitation, toute tentative de cabale, de tricherie ou de manipulation électorale d’où qu’elle vienne. Deuxième force au sein de la Majorité présidentielle, rappelle La Prospérité, le MSR entend resserrer ses rangs au cours de cette messe à laquelle participeront les délégués de toutes les provinces du pays. Question d’améliorer les scores réalisés par ce parti en 2006. L’occasion sera également indiquée, pour le MSR, de lever l’option sur son candidat à la présidentielle de novembre prochain.

Le Potentiel résume en quelque sorte tout cela dans son titre: « Opposé à la tricherie et à la violence pendant la période électorale, Le MSR combat l’intolérance politique ». D’après ce journal qui se veut neutre, l’environnement politique bouge tellement qu’il se constate d’ailleurs un activisme de nature à perturber le processus électoral en cours. Le MSR dénonce cette agitation et espère décourager les fauteurs des troubles dans leur dessein maléfique d’estomper le processus démocratique en RDC.

Divers

 «RDC : l’uranium sous surveillance des Etats-Unis», rapporte le site lereal.net. «Qualifiée de tout temps de scandale géologique au cœur de l’Afrique centrale pour ses richesses minières en abondance, la République démocratique du Congo (RDC) recèle d’immenses gisements d’uranium, notamment dans l’Est, avec des réserves estimées à plusieurs milliers de tonnes, cependant sous surveillance américaine, indique de source indépendante», rappelle le site. «Ces dernières années, poursuit la même source, avant l’arrivée du groupe français Areva sur le marché à la faveur de contrats d’exploitation conclus en 2009 suite à une visite de Nicolas Sarkozy à son homologue Joseph Kabila, des médias congolais se sont largement fait l’écho de trafics illicites d’uranium impliquant de hauts responsables du pays». Membre du Bureau de coordination de la société civile de Bukavu, principale ville de la province du Sud-Kivu, Jean Bosco Wasso Kazamwali, fervent défenseur des droits d’homme présent à Yaoundé cette semaine à l’occasion d’une réunion internationale, cité par lereal.net, a confié à Xinhua, avec une pointe de dénonciation, que «l’uranium est surveillé par les Etats-Unis». S’exprimant sur l’exploitation minière en général dans sa région d’origine, Wasso Kazamwali a fait savoir qu’après une suspension décidée par les autorités de Kinshasa entre novembre et mai dernier pour une révision des contrats, l’activité a été relancée. «Pour moi, c’est une très bonne chose, parce que si le gouvernement prend une telle mesure, ça avantage le pays», dit-il. Mais, «il y a un problème pour les gens qui vivent autour des mines d’or, de diamant, de coltan et autres. Mon territoire d’origine, c’est un bastion économique minier du Sud-Kivu : le territoire de Mouenga. Toute la population de là et même les jeunes que nous sommes, si vous n’avez pas grandi en ville, il est difficile de continuer les études. Parce que tout le temps, on est avec l’or à la main, le diamant, le coltan, la cassitérite », souffle-t-il. Pour lui, la suspension pose problème, car, «ces jeunes gens- là, qui ne vivaient qu’avec ça, comment ils vont devoir manger, comment ils vont devoir survivre ? Dans toute cette partie du territoire, la vie est très chère. Dans une zone minière, tout est cher. La vie dépend de la circulation monétaire est quand celle-ci est bloquée à cause de la suspension de l’activité minière, automatiquement les populations croupissent dans misère».

«RDC: l’épidémie de choléra s’amplifie», alerte Radio Okapi. «Selon les derniers chiffres fournis dimanche par l’OMS, plus de 3.500 cas de choléra, dont près de 200 décès, ont déjà été enregistrés dans les zones affectées par l’épidémie en RDC, renseigne la radio onusienne. Ces chiffres ne prennent pas en compte des zones endémiques comme celles de deux Kivu et du Nord-Katanga». En moins de dix jours, ajoute la même source, «le nombre de malades est passé de 2 000 à plus de 3 500 sur toute l’étendue de la RDC, soit une augmentation de plus de 75%, indique l’OMS». «La province du Bandundu vient en tête avec plus de 1 300 cas de choléra, rapporte Radio Okapi. La ville-province Kinshasa, voisine de Bandundu, est elle aussi sérieusement menacée, notamment à cause la densité de sa population (près de 10 millions d’habitants, selon les dernières estimations) et de sa proximité avec les zones les plus touchées». Ces zones sont, entre autres, Bolobo et Mushie (Bandundu), précise docteur Benoît Kabela, directeur du Programme de lutte contre la maladie au ministère de la Santé. Ce dernier craint même que le choléra ne devienne endémique dans la capitale de la RDC. Quant aux mesures à prendre contre le cholera, il affirme : «Ce ne sont pas les médicaments qui vont stopper le cholera, mais plutôt des meilleures conditions d’hygiène parce qu’à Kinshasa, le cholera se transmet par contact humain».

© CongoForum, avec le Service de Communication du CNONGD, le lundi 18 juillet 2011

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22