20/07/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MERCREDI

20 juillet 2011

Aujourd'hui dans la presse

 (CongoForum)

Le processus électoral en cours en RDC n’a pas fini de susciter analyse et commentaire dans les colonnes des journaux kinois. Les commentaires de la presse sur ce sujet-vedette sont  même aujourd’hui tellement polymorphes qu’il sera nécessaire de les découper en plusieurs rubriques. Quelques articles de circonstance, à l’approche du 21 juillet, concernent la fête nationale belge et en particulier le Prince Laurent. Dans le domaine économique, il est question des exploitations forestières et des mines.

CENI

Portant désormais sa contribution à 110 millions USD au soutien électoral, «le gouvernement donne feu vert à la CENI pour le 28 novembre» rapporte L’Observateur. «Plus question d’évoquer des raisons d’ordre financier pour le report des élections dans notre pays, tranche ce quotidien. La volonté du Chef de l’Etat de voir ces élections couplées se tenir dans le délai, c’est-à-dire la présidentielle et les législatives, vient d’être réaffirmée, lundi 18 juillet 2011 dans la soirée au ministère des Finances, où, au nom du gouvernement, le ministre Matata Ponyo a procédé à la remise par le gouvernement, de la preuve d’appui financier au processus électoral d’un montant de 30 millions de dollars pour l’achat de la quincaillerie électorale». Le journal croit que «cet appui va permettre à la CENI de passer les commandes des intrants électoraux aux différents fournisseurs  en vue de se préparer pour recevoir les candidatures à partir du 4 août prochain». «C’est une importante nouvelle pour  tous les Congolais. Je remercie le chef de l’Etat et le gouvernement pour  l’acquisition  de cette somme destinée à l’achat de la quincaillerie électorale constituée des isoloirs et urnes. Le gouvernement fournit les efforts pour la tenue des élections qui auront bel et bien lieu», a déclaré le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, président de la CENI. Ce dernier a toutefois signalé que «depuis l’entrée en fonction de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), au mois de mars, le gouvernement a déjà débloqué 110 millions de dollars soit 190 millions de dollars à ce cycle électoral».

De son côté, Le Potentiel estime que la CENI à trois défis à relever à quatre mois du jour «J» des élections 201. «Le compte à rebours a effectivement commencé, fait remarquer le journal. Le processus électoral vient d’emprunter la dernière ligne droite à partir d’aujourd’hui, car plus que quatre mois et huit jours pour que les élections 2011 aient lieu». D’ici là, indique le quotidien kinois,  «il revient à la CENI de relever trois grands défis». Lesquels?… A– La transparence. Après l’opération de révision du fichier électoral de 2006 ayant conduit à l’enrôlement des électeurs, soutient l’auteur de l’article, «la CENI ne devrait pas dormir sur ses lauriers et s’octroyer un satisfecit». Au contraire, ajoute-t-il, «elle doit procéder au nettoyage du fichier électoral afin de le vider de toutes les irrégularités éventuelles». Le Potentiel croit que «cette opération est d’une importance capitale dans la mesure où elle permet d’identifier les électeurs régulièrement inscrits et de rassurer tous les partenaires au processus électoral, notamment les protagonistes. C’est une exigence de la transparence». . B.- La crédibilité. «La transparence va de pair avec la crédibilité, écrit Le Potentiel. Jamais l’une sans l’autre. Cette exigence repose sur un dialogue permanent entre la CENI et tous les protagonistes qui doivent être traités sur un pied d’égalité. Cette disposition vise à écarter toute suspicion et frustration». C.- La gestion du temps. «Défi fondamental, le temps ne joue plus en faveur ni de la CENI ni des protagonistes, souligne le tabloïd. Outre le fichier électoral définitif à présenter, il y a les annexes à la Loi électorale qui doivent être mises à la disposition du pouvoir organisateur des scrutins. Celui-ci doit, sans tarder, préciser la période de dépôt de candidature, et le délai raisonnable de la campagne électorale. Cette dernière implique la publication de la liste définitive des candidats retenus et celle des listes électorales, la fabrication des urnes, des bulletins de vote ; la production des affiches tant par la CENI que les protagonistes, et enfin le délai de recours avant la promulgation des résultats définitifs». La transparence va de pair avec la crédibilité, laquelle repose sur un dialogue permanent entre la CENI et tous les protagonistes qui doivent être traités sur pied d’égalité.Le défi fondamental demeure le temps. La CENI devrait s’atteler à la publication d’une feuille de route définitive, estime-t-on à la rédaction du Potentiel.

L’Avenir rapporte que le gouvernement a remis 30 millions de dollars à la commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour l’organisation des élections. L’annonce a été faite par le président de la Ceni le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, à l’issue d’une séance de travail qu’il a eu avec le ministre des Finances Matata Ponyo. L’Avenir annonce aussi une discussion ce 25 juillet entre la CENI et les partis politiques en vue d’adopter un code de bonne conduite. La rencontre, qui va se dérouler dans la salle de cinéma du Palais du peuple, va se pencher sur l’état de lieu du processus électoral.
Il sera à la même occasion question de discuter et d’adopter le « code de bonne conduite » des partis politiques.Après les partis politiques, L’Avenir suggère que la CENI prenne langue avec les responsables des médias, car les politiciens agissent par médias interposés.

Campagnes et candidatures

Sous le titre : « Tshisekedi lance le débat de fond », Le Phare décrypte la dernière interview du leader de l’Udps et soutient que les idées développées par le plus vieil opposant politique congolais constituent une sévère interpellation pour tous ceux qui étaient tentés de tirer le débat politique par le bas.
Le confrère note qu’au-delà de ses trois priorités : moraliser les Congolais ; restaurer la sécurité ; améliorer le bien-être social, Etienne Tshisekedi reste attaché à son credo traditionnel, à savoir le retour du Congo à l’Etat de droit, qu’il considère comme le cadre par excellence pour la promotion de la démocratie, de bonne gouvernance, du développement, du bien-être social.

La Prospérité constate que le patron de l’UDPS Etienne « Tshisekedi se dévoile ». Dix mois après l’annonce de sa candidature à la présidentielle de novembre 2011, Etienne Tshisekedi n’entrevoit aucune possible victoire, pour Joseph Kabila, même en cas de fraude massive. « C’est une hypothèse impossible », déclare-t-il, avec tout le sérieux du monde. L’homme parle, sans fioriture, ni la moindre retenue. Idées claires, pensée sur fond de rixe et paroles poignantes. Il tranche net sur tous les sujets brûlants. Tshisekedi est et resté égal à lui-même.

Le Phare évoque « Adolphe Muzito à Gungu ». Il rapporte que tout Gungu était mobilisé pour l’accueil du Premier ministre, Adolphe Muzito. D’après ce journal, le couple Muzito s’est rendu dans les installations de la Snel et de la Regideso, où ils ont touché du doigt l’état de vétusté et de délabrement fort avancé du matériel. Des solutions ponctuelles ont été apportées aux problèmes les plus urgents de fonctionnement de ces installations, indique Le Phare mais la solution durable sera l’achèvement, dans les mois à venir, du barrage de Kakobola.

Selon Le Potentiel, à l’étape de Gungu où il est arrivé, mardi 19 juillet, Adolphe Muzito a expliqué aux populations locales les efforts fournis par le gouvernement en vue d’améliorer le vécu quotidien des populations. Saisissant cette opportunité, note le confrère, le chef du gouvernement central a expliqué de manière détaillée aux populations de Bandundu la vision de « cinq chantiers de la République ». Un programme qui a pour but de remettre la RDC sur la voie de développement au rythme de la mondialisation.

L’Avenir, pour sa part, note que Le Premier ministre a harangué la foule pour qu’ils fassent confiance aux Cinq chantiers de la République qui sont en train de se faire dans le but de reconstruire le pays dévasté 32 ans durant par le régime de Mobutu Sese Seko. Sur le chapitre électoral, le confrère indique qu’Adolphe Muzito a exhorté la population de Gungu à voter utile. Chaque citoyen de Gungu doit faire en sorte que le Palu ait beaucoup de députés nationaux au prochain parlement de la 2ème législature de la troisième République.

Forum des As signale le changement intervenu au sommet de la Majorité présidentielle. Désormais, c’est Aubin Minaku qui va conduire la machine électorale MP au triomphe au soir du 28 novembre. L’autorité morale de la MP, Joseph Kabila, a jeté son dévolu sur ce juriste qui n’est plus à présenter. (Il faut tout de même remarquer que, pendant que le PALU lance son poids lourd en tournée dans le Bandundu, la MP choisit comme chef de campagne un homme d’Idiofa. Cmme on vus l’a déjà dit, cela va chaffer dans le Bandundu ! NdlR)

Sur un tout autre chapitre, Le Palmarès annonce la tenue du Congrès du Mouvement de libération du Congo (MLC) du 22 au 24 juillet à Kinshasa. Un congrès qui va remplacer Jean-Pierre Bemba à la direction du parti à cause de l’incapacité de ce dernier de pouvoir exercer ses droits civiques et politiques, croit savoir le confrère. Le congrès de ce parti permettra aussi de faire le point sur les différents cadres à proposer aux différents échelons des prochains scrutins.

Côté majorité présidentielle, il y a plutôt « chambardement » selon L’Observateur. Aubin Minaku est le nouveau secrétaire exécutif de cette plate-forme qui soutient Joseph Kabila, en remplacement de Koyagialo Gbase-Te-Gerengbo. C’était à l’issue de la réunion extraordinaire tenue à Kingakati sous le patronage de l’autorité morale, Joseph Kabila que le nouveau staff dirigeant de la MP a été rendu public. «Une réunion extraordinaire du Bureau politique de la Majorité présidentielle s’est tenu à Kingakati, hier mardi 19 juillet sous la présidence de l’Aurotité morale de la Majorité présidentielle, le président Joseph Kabila Kabange, écrit le journal. Un seul point figurait à l’ordre du jour : présentation des membres du secrétariat général de la Majorité présidentielle (Exécutif)». A l’issue de cette importante rencontre, poursuit le quotidien kinois, une nouvelle équipe a été mise sur pied et qui se présente comme suit : secrétaire général de la MP : l’honorable Aubin Minaku (PPRD), secrétaire général adjoint : l’honorable docteur Didier Molisho (MSR), secrétaire national chargé des relations avec les organisations politiques et les structures associatives : Mme Kikungu (COFEDEC), secrétaire national chargé de l’organisation et logistique : l’honorable sénateur Sébastien Adambu (PDC), secrétaire nationale chargée des finances : Mme Béatrice Lombeya. Secrétaire national chargé des questions stratégiques : l’honorable Alain Muliya (PMR).

L’Avenir pense que ce changement se justifie par le fait qu’il fallait donner une nouvelle impulsion à la Majorité Présidentielle, pour réellement la permettre de jouer son rôle. Comme pour dire que l’équipe que va conduire Aubin Minaku a du pain sur la planche, dans la mesure où c’est grâce à sa mobilisation, à son travail, que d’autres partis vont encore adhérer à la MP pour conforter une majorité sérieuse autour du Chef de l’Etat.

Sceptique, Le Phare se demande s’il s’agit d’une équipe de campagne qui a été mise en place ou d’une simple restructuration pour donner plus de tonus à la plateforme.

«Election présidentielle : cap sur le dépôt des candidatures», lit-on dans les colonnes du journal Les Dépêches de Brazzaville.  «Une dizaine de candidats irait à la conquête de la magistrature suprême, révèle le quotidien brazzavillois. La clôture des opérations de révision du fichier électoral, le 15 juillet, dans la ville ide Kinshasa et sur l’étendue de la RDC ouvre la voie à une nouvelle étape du processus électoral à savoir l’inscription des candidats pour la présidentielle et les législatives du 28 novembre». Annonçant que cette opération démarre le 4 août soit à environ un mois de la publication de la liste provisoire des candidats à ces échéances, Les Dépêches de Brazzaville indiquent que «par rapport à 2006, cette fois-ci la tendance plutôt à la baisse en ce qui concerne le nombre de candidats à la présidentielle». Toutefois, le journal indique «qu’à quelques quatre mois de ces échéances, les ambitions exprimées pour la course à la magistrature suprême présagent une présidentielle âprement disputée entre les grands leaders politiques». «La révision de la Constitution avec l’instauration d’un tour unique y a beaucoup contribué au point de contraindre certaines alliances à se conclure au préalable», font remarquer Les Dépêches de Brazzaville. Sur la liste des candidats déclarés, le journal cite Vital Kamerhe, Étienne Tshisekedi, Ben Kalala, Angèle Makombo, Guillaume Ngefa, Oscar Kashala, François Nzanga Mobutu, Lisanga Bonganga, Joseph Olenghankoy, Didier Bolozi, Saidi Wambaka, Fabrice Puela et Tony Bolamba.

21 juillet

L’Observateur titre: « le Prince Laurent privé de la fête nationale belge ». Ce serait à cause du voyage qu’il a effectué au mois de mars 2011 à Kinshasa.Au-delà de cette affaire, Le Potentiel indique que la sanction est publique, l’opprobre général. Le prince Laurent a riposté, en cherchant à flinguer publiquement le chef du cabinet du Roi qu’il accuse de tous les maux à son égard. C’en est trop pour le Palais, qui dément très fermement ses allégations.

 «A cause de sa visite effectuée au Congo, le Prince Laurent privé de la fête nationale belge», révèle le journal L’Observateur. «Le Royaume de Belgique va célébrer ce jeudi 22 juillet sa fête nationale, rappelle l’auteur de l’article. Comme à l’accoutumée, les Belges se mobilisent depuis quelques jours pour bien préparer cet événement riche en couleur qui sera marqué par un grand défilé militaire à Bruxelles, en présence de SM Roi Albert II de Belgique, de la Reine Paola et des plusieurs personnalités du monde de la diplomatie, de la politique, de l’économie, du show bizz». «L’on apprend des sources diplomatiques que dans la famille royale belge, seul le prince Philippe ne sera pas demain à la tribune d’honneur pour suivre la parade militaire, ajoute le quotidien kinois. Elles informent qu’à cause du voyage qu’il a effectué au mois de mars 2011 en République démocratique du Congo, le prince Laurent n’a pas été invité aux festivités de la fête nationale belge, ainsi qu’au Te Deum qui sera chanté à l’occasion de cet événement». Pour rappel, écrit L’Observateur, «la visite du Prince Albert à Kinshasa et à Lubumbashi a provoqué un véritable levée de bouclier dans la classe politique belge». Cette dernière a vivement critiqué ce voyage du fait que le Prince Laurent n’avait consulté aucune autorité politique belge avant d’effectuer cette visite au cours de laquelle il a rencontré des personnalités politiques congolaises.

Economie

«Exploitation forestière: dix-huit entreprises indésirables en province Orientale», rapportent Les Dépêches de Brazzaville qui indiquent que dans un mémo adressé aux autorités locales, une ONG accuse les sociétés visées de non-respect des textes en vigueur dans le secteur de leurs activités. D’après radiookapi.net, cité par le quotidien brazzavillois, «le document de l’Organisation concertée des écologistes et amis de la nature (Ocean) fait état de dix-huit entreprises en situation  irrégulière, par rapport aux conditions exigées par les communautés riveraines, sur les vingt-trois sociétés d’exploitation forestière identifiées en province Orientale». Selon cette ONG, «cinq entreprises seulement ont signé le cahier des charges avec les autochtones conformément au modèle du ministère national de l’Environnement, Conservation de la nature et Tourisme». Les autres, d’après cette association, s’illustreraient encore dans l’exploitation illégale des forêts. Un des membres de l’ONG Ocean, Victor Kangela, a affirmé sur les antennes de Radio Okapi que «le ministère de l’Environnement avait exigé des exploitants forestiers la signature de la clause sociale des cahiers des charges suivant un modèle édicté le 7 juillet 2010». A deux semaines de l’échéance, fait constater l’ONG, les dix-huit entreprises ne se sont pas encore exécutées.

«Mines : la RDC bat de l’aile dans l’amélioration du climat des affaires», titre le journal Le Potentiel qui souligne que dans les tentatives d’amélioration du climat des affaires, «l’appareil judiciaire fonctionne à contre-courant des actions du gouvernement». Et cela, poursuit le journal, «malgré la mise en place, sur initiative de la Banque mondiale, des tribunaux de commerce pour mieux sécuriser les opérateurs économiques, en RDC, l’amélioration du climat des affaires passe pour un éternel défi». Bien avant la conclusion en décembre 2009 d’un nouveau programme économique avec le Fonds monétaire international, révèle Le Potentiel, «les créanciers traditionnels de la RDC, en avaient fait l’un des préalables pour accéder aux demandes d’annulation de la dette». «Si en matière d’amélioration du climat des affaires, la RDC a franchi un pas de géant, notamment par la mise en place au niveau du ministère du Plan d’un comité de pilotage pour l’amélioration du climat des affaires, dans l’appareil judiciaire, des choses fonctionnent au ralenti, fait observer le quotidien kinois. Qui pis est, le pouvoir judiciaire se pose comme un frein au processus d’amélioration du climat des affaires, bloquant par ses mauvaises pratiques, toute tentative d’assainir le secteur». «La corruption et le trafic d’influences y demeurent encore monnaie courante. Ce qui rend de plus en plus incertain la sécurisation juridique et judiciaire tant réclamé par différents partenaires au développement, dont le tout dernier est la chargée d’affaires de la Suède en RDC», conclut Le Potentiel.

La Référence+, après l’annulation par les USA, la France, la Belgique, l’Italie, la Hollande, le Royaume Uni… de la dette de la RDC, constate que « L’Impact sur le social se fait attendre ». Le royaume de Suède, souligne la consoeur, est entré dans la danse. Il vient d’annoncer l’annulation de 158 millions des USD. Mme Mette Sunnergren, chargée d’affaires de l’ambassade de Suède a indiqué que cette annulation doit être un outil essentiel du gouvernement congolais dans la lutte contre la pauvreté.

(Dans le domaine de l’économie, on peut aussi constater sur les sites « business » une cureuse divergence entre les opérateurs francophones et anglo-saxons. La volonté de France-Telecom d’entrer sur le marché congolais de la téléphonie en lieu et place des Chinois, abondamment commentée en français n’a guère obtenu d’attention sur les sites d’expression anglaise. Par contre, du côté français, c’est le silence radio à propos d’un fait qui semble beaucoup exciter les anglo-saxons : la prise de participation à 20 %, pour compte de Dan Gertler, dans la mine de Mutanda, qui est perçue comme compromettant les chances de la revente au rivé des secteurs rentables de la Gécamines. Pour plus de détails, voir (en anglais):   http://www.congoforum.be/en/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=178925&Actualiteit=selected

© CongoForum, avec le Service de Communication du CNONGD, le mercredi 20 juillet 2011

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22