21/07/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

21 juillet 2011

Non classé

(CongoForum)

La vedette, parmi les sujets abordés par la presse congolaise, appartient toujours aux élections de 2011, vues sous des angles fort divers, depuis le point de vue fort vaste de ceux qui y voient un enjeu capital au regard des mutations que connaît le continent africain, notamment avec le « printemps arabe », jusqu’aux analyses microscopiques sur la signification de remaniements au sein des partis. Des bruits de remaniement courent aussi à propos du gouvernement Muzito. Enfin, on ne peut pas ignorer le fait que la RDC a figuré dans le message royal à l’occasion de la Fête Nationale belge.

Elections

Se fondant sur les mutations qui bouleversent les donnes en Afrique et dans le monde, Le Potentiel note, en rapport bien entendu avec les élections de 2011, que l’avenir de la RDC est en jeu. Il jette un regard sur le coup d’Etat manqué en Guinée, constate que les démocraties en Afrique sont toujours fragiles et note, par ailleurs, que le printemps arabe a eu des effets d’entraînement si bien qu’il est désormais question d’instaurer des régimes démocratiques.
Dans quelques mois, fait remarquer Le Potentiel, la RDC organisera les deuxièmes élections démocratiques. Pays post-guerre, ses institutions sont fragiles tant elles continuent à subir la « pression » extérieure. (Ici se pose, encore une fois, la question : peut-on, comme le Potentiel, afficher en rouge sur son site « non à la balkanisation », publier
  à un rythme assez soutenu des articles courageux sur ce sujet puis, en dehors de ces articles spécifiques, retomber dans la grisaille officielle qui prétend que la RDC est un pays « post-conflit » ? Si un pays où l’on tue tous les jours n’est pas u pays en guerre, quelle est alors la définition de celle-ci ? NdlR)
La RDC demeure un « espace économique » qui suscite beaucoup de convoitises. Or, les prochaines élections se déroulent au moment même où les mutations pointent à l’horizon dans la recherche inévitable d’un nouvel ordre mondial. L’on peut affirmer que les élections 2011 constituent, à l’heure où s’affirment ces profondes mutations en Afrique et dans le monde, l’enjeu central du rôle combien important que la RDC doit jouer tant sur le plan continental qu’intercontinental. 

Le démêlés de l’UDPS et de la CENI nous valent un assez bel échange de balles entre les « frères ennemis ».

Le Phare rapporte à propos des irrégularités dans le fichier électoral que « L’UDPS maintient la pression sur la CENI) ». Le parti d’Etienne Tshisekedi rejette les réponses de Ngoy Mulunda à son mémo et exige la prise en compte de ses revendications contenues dans le mémorandum déposé à la CENI le 4 juillet dernier.
Elle exige, par la même occasion, la libération de ses membres en détention à la suite de cette action démocratique. Dans le cas de résistance à cette exigence, l’Udps programme un autre sit-in devant la CENI, notamment le lundi 25 juillet. Si la résistance persiste, un autre sit-in sera réorganisé le lendemain.
Selon le secrétaire général de ce parti, cette attitude procède de la volonté inébranlable de son parti de participer activement, en toute lucidité et responsabilité, au processus électoral en cours : elle n’entend nullement le subir, souligne Le Phare.

L’Avenir indique que L’UDPS promet de descendre de nouveau dans la rue, le lundi 25 juillet prochain. Le confrère indique que l’UDPS a engagé un bras de fer avec la Ceni, l’accusant de vouloir confisquer le processus électoral au profit du pouvoir en place. L’Avenir constate aussi que l’UDPS juge non fondées les réponses de la Ceni sur les allégations de fraudes lors des enrôlements. Et d’ailleurs, ajoute le journal, le secrétaire général de l’UDPS a déclaré à la presse que son parti usera de « tous les moyens constitutionnels et réglementaires » pour se faire entendre en agissant et en réagissant afin d’aboutir à des élections crédibles.

(On peut tout de même se poser des questions quant aux thèses défendues par l’un et par l’autre. L’UDPS clame sa certitude de gagner les élections. ETwM a été jusqu’à traiter une victoire de JKK « d’impossible ». D’autre part, ce même parti pousse des clameurs non moins sonores au sujet de fraudes multiples à l’inscription des électeurs, ce qui annonce en principe l’intention de contester les résultats des élections. Cela veut-il dire que l’UDPS compte contester sa propre victoire « certaine » ?
De son côté, la Majorité actuelle ne fait pas mieux en considérant que la réponse de la CENI – qui est aussi celle de la « communauté internationale », notamment de l’ONU – à propos des fraudes à l’enrôlement est satisfaisante. Cette réponse consiste à dire que le fichier va être « nettoyé ». Ce nettoyage ne peut reposer que sur une comparaison. Mais une comparaison avec quoi ? Sûrement pas avec les données d’un recensement national qui n’a pas eu lieu ! Avec les données de 2006 ? Pourquoi alors avoir décrété que les cartes 2006 ne seraient plus valables ? NdlR)

L’Avenir fait aussi état des inquiétudes du Secrétaire général de l’Onu au regard de la violence politique et verbale observée au sein de la classe politique congolaise à quelques mois de l’organisation des élections. Ban-Ki Moon constate que le décor est planté d’un après élections agitées. Le confrère estime qu’il est un devoir de rappeler à l’ordre les candidats à la contestation. Etant donné que tout le monde prend la communauté internationale à témoin, il serait hypocrite et cynique de la part de cette communauté internationale de ne pas réagir et de laisser les choses s’envenimer, affirme L’Avenir.

Remaniement

Forum des As  annonce « Remaniement, Muzito 3 attendu ce week-end ». Dans le troisième gouvernement d’Adolphe Muzito attendu ce week-end, il n’y aura pas que le remplacement aux postes restés vacants au sein du gouvernement, annonce Forum des As. Quelques ministres actuels vont quitter l’exécutif au profit de nouveaux entrants.

A ce sujet, L’Avenir indique que l’opinion en a été préparée avec la tenue de la réunion de Kingakati de mardi 19 juillet. Le journal rappelle tout de même que quatre postes sont pour le moment vacants au sein du gouvernement central. Il s’agit notamment du ministère de l’Emploi, dont le titulaire Nzanga Mobutu a été révoqué pour 4 mois d’absence prolongée non motivée en dehors du pays, le ministère des Transports et Voies de Communications occupé jadis par Marie-Laure Kawanda révoquée pour « négligence dans des accidents dans son secteur », le ministère du Commerce extérieur occupé jadis par Bernard Biando qui avait démissionné par solidarité avec l’autorité morale de son parti Udemo Mobutu Nzanga, le ministère du Développement rural Philippe Undji qui croupit en prison pour une affaire de chèque de 20.000 dollars américains qui seraient détournés.

Le Phare est d’avis que ce réaménagement du gouvernement dit technique viserait à caser des cadres supérieurs de la Majorité Présidentielle qui viennent de céder leurs places au niveau du secrétariat exécutif à d’autres personnalités. Des bruits courent dans la Haute Ville et visent particulièrement certaines « grosses pointures » qui n’ont pas encore signé l’acte d’adhésion de leurs partis respectifs à la plate-forme présidentielle. Et ce sera aussi l’occasion de récompenser ceux qui se sont fait remarquer par des interventions musclées en faveur de l’autorité morale face aux attaques de l’opposition.

La Tempête des Tropiques rappelle que « Les diplomates occidentaux exigent des actes et non des discours ». Ce journal rapporte que les diplomates occidentaux exigent des actes et non des discours. Le journal se réfère à la déclaration de l’ambassadeur de Belgique en RDC. Celui-ci a emboîté le pas à l’ambassadeur français arrivé fin mandat qui avait abondé dans le même sens, expliquant que beaucoup d’investisseurs étrangers, français, belges et autres, voudraient bien venir investir en RDC, mais les conditions ne sont pas toujours attrayantes, et qu’il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine. D’où, il faut que le gouvernement congolais s’illustre plus  par des actes concrets susceptibles de rassurer les investisseurs étrangers que par des discours.

Partis

La Prospérité titre « A la tête du MSC, Laurent Batumona quitte Ruberwa ». La Prospérité présente à la Une un nouveau parti politique dénommé Mouvement de Solidarité pour le Changement, (MSC). Son géniteur n’est autre que Laurent Batumona, ancien cadre du RCD d’Azarias Ruberwa. D’après ce journal, le concerné qui a des ramifications certaines avec les ancêtres de Kinshasa, la capitale, n’a ni de dents à grincer, ni de cils ou sourcils à se frotter, lorsqu’il s’agira d’affronter, avec courage et détermination, les prochaines échéances électorales. Tout s’est su mercredi 20 juillet, sur le terrain de la municipalité de Masina devant une foule compacte constituée de cadres, militants et sympathisants, indique le journal.

Du côté du pouvoir en place, Aubin Minaku, le tout nouveau secrétaire exécutif de la MP s’est fixé un seul objectif, gagner les élections de 2011. C’est ce que révèle ce matin  L’Avenir. Et donc, à la Majorité Présidentielle le décor est désormais planté et « l’équipe de choc » a été choisie, celle qui a reçu comme mission de faire triompher Joseph Kabila aux élections de 2011.

Entre- temps, rapporte Le Phare, Joseph Kabila cible le Bandundu, en se référant à la nomination d’Aubin Minaku au poste de secrétaire exécutif de sa plate-forme. La montée au « pouvoir » d’un originaire de Bandundu, analyse le confrère proche de l’Opposition, serait la conséquence du sentiment de plusieurs dignitaires de la Majorité Présidentielle que l’électorat de l’ancienne province de Léo, avec le trio Bas-Congo/Kinshasa/Equateur, ne serait pas en harmonie avec la législature en cours finissante. (Il semble bien que la vieille carte consultée par le Phare ait été sale au point d’être difficilement lisible. Si le Bandundu correspond bien, en effet, à la province coloniale de Léopoldville, l’Equateur n’en a jamais fait partie. Au reste, ce n’est pas une découverte : le trio Bandundu/Kinshasa/Equateur échappe plus ou moins à la mainmise de la MP. NdlR)

Belgique / RDC

Le 21 juillet, Fête Nationale belge, il est de tradition que le Roi adresse un message à la Nation. Peut-être est-il utile de rappeler que ces messages royaux ne sont pas des écrits personnels que le Roi rédigerait à sa fantaisie, mais doivent être approuvés par le gouvernement. Comme la Fête Nationale est en principe un événement de nature plutôt intérieure, le message royal du 21 juillet est en général avant tout consacré à la politique intérieure belge. C’est d’ailleurs encore le cas cette année et, compte tenu de la crise gouvernementale prolongée, il faut bien reconnaître qu’il y a, comme dit le bon peuple, « de quoi faire ». Il est donc remarquable que ledit message comporte un paragraphe entier consacré à la RDC.

Voici ce paragraphe : « Par ailleurs, nos problèmes internes ne doivent pas nous conduire vers un repli égoïste sur nous-mêmes et nous faire oublier le monde qui nous entoure. A ce propos, je voudrais partager avec vous l’émotion que j’ai ressentie lors de la remise du prix Roi Baudouin pour le développement au médecin congolais Denis Mukwege. Dans des conditions très difficiles, il soigne et vient en aide aux femmes qui sont victimes de terribles violences dans l’Est du Congo. J’appelle notre pays, l’Union européenne et les Nations Unies à travailler efficacement avec les autorités du Congo, et des pays voisins, pour mettre fin à ce drame. Nous ne pouvons pas rester indifférents à de telles situations. » (On peut consulter http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=2&newsid=178952&Actualiteit=selected pour le texte complet. NdlR).

Encore que cela tranche heureusement avec la tiédeur généralisée des réactions européennes à propos du sort des Congolaises, en particulier à l’Est, en particulier devant des manifestations comme la marche Paris-Bruxelles, il faut se garder de tout optimisme excessif quant à la signification d’un message royal. La prudence le plus extrême est en général leur caractéristique dominante. Que vont faire  notre pays, l’Union européenne et les Nations Unies qui sont, au mieux complices, souvent coupables de l’organisation des pillages qui sont à l’origine des crimes que l’on dénonce ? Comment pourraient-ils travailler efficacement avec les autorités du Congo tout aussi coupables et complices, que feront-ils avec les autorités des pays voisins, notamment du Rwanda, principal relais régional de l’impérialisme américain et de l’hégémonie mondiale du capitalisme sauvage ?

Albert a bien parlé. Ce ne sont que des mots !

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22