26/07/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MARDI

26 juillet 2011

Aujourd'hui dans la presse

 (CongoForum)

Deux principaux sujets dominent l’actualité dans la presse congolaise : la concertation de l’Opposition aux fins de mettre au propre les préalables avant la signature du Code de Bonne conduite et la série de congrès préélectoraux des partis, notamment celui qu’organise le MSR à Kinshasa.

Elections

« Elections apaisées – L’opposition pose des préalables ». Ce titre en deux temps du Climat Tempéré résume assez bien ce qui se passe. (Et, en dehors des faits précis, il faut bien remarquer que « ce qui se passe » résulte avant tout du choix de dates. Lorsqu’on cherche un climat apaisé, en matière électorale, on n’attend pas d’être à la veille des élections pour se concerter sur ces choses comme un code de bonne conduite, le nettoyage du fichier électoral, etc… Tout ce qui regarde les élections doit être traité et fixé longtemps avant une échéance électorale. Comment veut-on trouver l’esprit de conciliation et d’objectivité que demande un « climat apaisé » quand les partis en sont à préparer la campagne officielle et que le Congo, par ailleurs, vit depuis plus d’un an dans une ambiance de campagne électorale de fait dont l’initiative a été prise par le pouvoir ? NdlR)

Le Climat Tempéré constate que « le champ politique est entré en ébullition depuis  le week-end dernier ». L’on a assisté à plusieurs rendez-vous politiques. Le MLC, de Bemba a tenu son  congrès. L’Union des Forces du Changement de Léon Kengo wa Dondo a fait sa sortie officielle.  D’un autre coté, François Muamba, ancien secrétaire général du MLC, a lancé une nouvelle plateforme « Alliance pour le Développement et la République  ».  Un point commun: l’affirmation de la nécessité pour l’opposition de s’unir pour présenter un candidat consensuel lors de la prochaine présidentielle. Dans le camp de la coalition au pouvoir,  il  faut noter l’une des rares sorties du patriarche Antoine Gizenga : «  Le PALU soutiendra le candidat nationaliste de Gauche qui présentera un programme de gouvernance conforme aux valeurs et principes auxquels les Nationalistes – Lumumbistes croient et tiennent pour le progrès du Congo-Kinshasa». D’autre part, Pierre Lumbi a ouvert hier lundi, au Jardin Botanique de Kinshasa, les travaux du premier congrès de son parti le MSR qui se tiendront jusqu’au 28 juillet.

Pendant ce temps, l’UDPS, poursuivant sa logique visant à contraindre la CENI à donner  suite à ses revendications au sujet de la présence des experts des partis aux opérations de nettoyage du fichier électoral, a une nouvelle fois organisé un sit-in devant le siège de la l’administration électorale. Ceci se passait au moment où le président de la CENI invitait tous les partis politiques à un Forum au Palais du peuple pour discuter précisément des questions ayant trait au processus électoral.

« Les préalables de l’opposition » ? De quoi s’agit-il ?

Le lundi 25 juillet 2011, s’est ouvert le Forum des partis politiques, un cadre de concertation pour des élections apaisées en Rd-Congo, présidé par le président de la CENI, Ngoy Mulunda, et son vice-président, Jacques Djoli. Etaient également présents le vice-Premier ministre de l’intérieur et sécurité, Adolphe Lumanu, le chargé d’affaires de l’ambassade US et Roger Meece de la Monusco.

L’objectif primordial est de réajuster le code de bonne conduite des partis politiques de la CEI, adopté le 18 juin 2005. « Ce code qui a montré ses limites nécessite une mise à jour par les partis politiques avec l’aide des experts nationaux et internationaux en éducation civique et électorale », dit Ngoy Mulunda. Il a signifié qu’il s’agit  pour  ces partis politiques de s’engager dans un processus pour des élections apaisées, avant de souligner que l’implication de tous les acteurs est de mise. Quant aux préparatifs des élections générales, Ngoy Mulunda a profité de l’opportunité pour annoncer qu’à la date du 24 juillet, la Commission a enrôlé 32.024.640 électeurs soit 103% d’enrôlés sur toute l’étendue du territoire national.

Il a rappelé à ses interlocuteurs que la CENI se prépare à la réception et au traitement des candidatures pour les élections présidentielle et législatives nationales. A cet effet, il a demandé aux candidats éventuels de préparer tous les documents nécessaires.

Par ailleurs, le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis en RDC a lu la déclaration du Sous secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines, Johnnie Carson, qui félicite la CENI pour la réussite de l’opération de révision du fichier électoral. Et de conclure « l’ambassade des Usa encourage tous les partis politiques à signer le Code de bonne conduite électorale et encourage davantage les partis politiques à participer paisiblement aux élections et à ne pas les boycotter ».

Le vice-président de la CENI, Jacques Djoli a fait noter que l’évolution de l’environnement juridique et le nombre croissant des partis politiques (396 à ce jour) font que l’ancien Code de bonne conduite demande des modifications.

Alors, le président de Convention de la démocratie chrétienne (CDC), Jean-Pierre Lisanga Bonganga a, au nom de l’opposition, exigé du président de la CENI des concertations préalables avant de se constituer en atelier pour l’amendement  dudit code. Une requête qui a été soutenue par l’un des membres de la plate forme politique l’Union pour la Nation, Jean-Baptiste Bomanza. Ce dernier  a déclaré : « sans cette concertation, l’opposition ne signera pas ce code de bonne conduite, et nous allons boycotter la rencontre ». Pour le président de la CENI, ce Forum était le cadre  approprié et les préoccupations de l’opposition pouvaient être soumises à l’intention de toute l’assemblée. Et d’insister : « ce cadre de concertation est un lieu privilégié de dialogue franc entre acteurs politiques et le pouvoir organisateur des élections ». Malgré ce consensus, une frange des membres de l’opposition quitte la salle.

« L’opposition a dit qu’elle a des préalables à présenter, pour qu’il y ait des élections apaisées, avant d’examiner le Code de bonne conduite », a confié le leader national du Front Commun des nationalistes, Gérard Kamanda wa Kamanda, au Climat Tempéré.  Elle est sortie de la salle, explique-t-il, pour harmoniser ses points de vue, de manière à les présenter à la CENI. Les ténors de l’opposition devraient se retrouver ce mardi pour approfondir leurs discussions sur ces préalables. Certaines personnes ont accusé l’opposition d’avoir déjà établi son plan, car dès leur entrée dans la salle, quelques membres s’étaient réunis pour arrêter leur plan d’attaque. La  sortie de l’opposition n’a pas du tout empêché la poursuite des travaux en atelier.  La signature du nouveau Code de bonne conduite des partis politiques devrait intervenir à la date du 2 août prochain.

Sous le titre « Fichier électoral : toujours le doute », Le Phare note que la CENI a été de nouveau interpellée par l’Opposition politique, toutes tendances confondues, au sujet du flou qui entoure le fichier électoral. Contacté par Le Phare, le député Jean-Claude Vuemba a laissé entendre que plusieurs préalables ont été soulevés par les membres de cette famille politique avant d’engager le débat de fond autour du projet de « Code de Bonne conduite » des partis politiques qui devait être discuté au Palais du peuple. Il y a, dans le lot, celui relatif au mécanisme ayant permis au « pouvoir organisateur » des élections de passer de 32 à plus de 31 millions de personnes enrôlées, à l’affichage des statistiques. Ce mardi matin, il est prévu une nouvelle concertation entre opposants aux fins de mettre au propre les préalables et amendements avant de les envoyer au Bureau de la CENI, qui a promis de retarder l’adoption du Code de Bonne conduite afin de prendre en compte les suggestions de l’Opposition.
Le Phare, pour sa part, reste dans le but de ce forum. Ce forum, écrit-il, conçu comme  un cadre  franc de dialogue entre les partis politiques et le pouvoir devait amender les textes du  code de bonne conduite des partis politiques de 2006 élaboré  avec le concours de l’Eisa devenu caduc qui a  montré ses  limites pour l’adapter au contexte de l’heure avec l’apport des experts tant nationaux qu’internationaux  en matière d’éducation civique et électorale.

Elections / Opposition

A propos de la candidature unique, Le Palmarès analyse comment l’Opposition est piégée. Le confrère constate que la famille de l’Opposition ne cesse de s’élargir au fil de temps.
Selon ce journal, l’émergence de nouvelles forces se réclamant de l’Opposition complique davantage la possibilité d’une candidature unique. Par ailleurs, la nouvelle donne, celle où un parti comme le MLC choisit le statu quo, n’est pas pour un arrangement imminent de la situation. Ce parti a choisi de faire cavalier seul en soutenant la seule candidature de son président national J. P. Bemba.
Un autre fait qui complique l’équation est le fait que dans certains partis politiques de l’Opposition, on enregistre les cas des aigris qui ont décidé de créer leurs propres partis politiques. Autant leur dissidence inquiète, autant leur mutisme effraie. Certains utilisent les mêmes stratégies que les partis souches. Les observateurs parlent plutôt d’une digression. L’objectif étant de divertir les militants de l’Opposition et les entraîner vers le camp adverse.

Pour L’Avenir, l’opposition cultive tellement l’obscurantisme qu’elle pense embarquer tout le monde à voir rouge ce qui est rose. En multipliant les plaintes auprès des chancelleries, ajoute le quotidien, notamment à travers des tournées et de mémorandums remis à toute personnalité de l’Occident en séjour en RDC, l’opposition pense que toutes ces personnes n’ont pas de mécanismes personnels de vérification

Elections / Majorité

Du côté de l’actuelle Majorité, les informations du jour concernent le congrès du MSR et les rapports MP-PALU après les dernières déclarations de Gizenga.

La Prospérité consacre sa manchette au congrès qu’organise le Mouvement social pour le renouveau (MSR)  «  l’appel de Lumbi pour des élections apaisées ». D’après ce quotidien, le MSR a saisit l’opportunité de son congrès pour actualiser son contrat Social à la lumière des pressantes attentes de la population congolaise. Le point d’encrage de ces assises, selon les sources de ce journal, sera particulièrement consacré à l’option à lever sur le candidat du MSR à l’élection présidentielle.
En effet, c’est en présence de son Autorité morale, Pierre Lumbi, que le MSR a ouvert, lundi 25 juillet 2011 au Jardin Botanique, les travaux de son tout premier congrès. Les participants venus de toutes les provinces et de l’extérieur du pays évaluent le bilan de cinq ans d’exercice du pouvoir de leur parti, aux côtés de leurs partenaires de la Majorité présidentielle.
Le MSR se saisit, par ailleurs, de cette opportunité pour actualiser son Contrat social à la lumière des pressantes attentes de la population congolaise. Le point d’ancrage de ces assises sera particulièrement consacré à l’option à prendre sur le candidat du MSR à l’élection présidentielle.

L’Avenir voit «  le Congrès du MSR placé sous le signe de la justice »

D’après l’Avenir, le président par intérim du Mouvement social pour le renouveau, Yves Mobando a émis les vœux de voir tous les partenaires au processus électoral remplir leurs engagements afin de pérenniser l’acquis démocratique que sont les élections. Lundi 25 juillet à l’ouverture du congrès de ce parti au jardin botanique de Kinshasa, Yves Mobando a fustigé les incidents malheureux post ou pré électoraux de certains pays d’Afrique afin que la RDCs’écarte pour toujours d’un schéma macabre et antidémocratique et tire des leçons.

Le Potentiel : la RDC n’est pas un gâteau à partager

En manchette, Le Potentiel reprend une phrase-clé du discours de Pierre Lumbi, fondateur du MSR : « La RDC n’est pas un gâteau à partager ».  Un peu pour dire que Pierre Numbi a d’ores et déjà annoncé les couleurs lorsqu’il met en garde contre toute tricherie, selon le journal. Le constat du quotidien est bien simple : En cinq ans de communion au sein dela MP, le MSR a pu imposer sa marque, offrant à la famille politique du chef de l’Etat ses plus vaillants cadres pour l’accompagner dans le vaste plan de reconstruction.

Selon Le Phare, le MSR a aussi parlé de la CENI qui milite pour des élections apaisées et  tout travail humain  étant perfectible, le MSR a félicité la Ceni d’avoir remporté la première manche. A cet effet, il invite tous les partenaires  bi et multilatéraux, après la réalisation par le gouvernement  central de sa part de concrétiser leurs promesses d’appui financier, matériel et logistique de manière à permettre à la Ceni de disposer des moyens de son action.

Le Climat Tempéré, au sujet du « Tête-à-tête Kabila-Gizenga », estime qu’il n’avait pas tort d’avoir annoncé, dans l’une de ses livraisons, que le Parti lumumbiste unifié est non partant à la présidentielle de novembre 2011. En effet, Antoine Gizenga a, en personne, levé le voile à ce propos samedi dernier au cours d’une matinée politique. Le patriarche a, à cette occasion, lancé à sa base, que «le PALU soutiendra le candidat nationaliste de Gauche qui présentera un programme de gouvernance conforme aux valeurs et principes auxquels les Nationalistes – Lumumbistes croient et tiennent pour le progrès du Congo-Kinshasa». (Ce qui est surtout manifeste, au vu des réactions très diverses à la déclaration de Gizenga, c’est que, si l’intention du Patriarche était de faire une déclaration qui ne veut rien dire, il y a très bien réussi, car tout le monde y trouve ce qu’il désire y trouver. Les réactions, sur l’Internet congolais s’échelonnaient de « Hourrah ! Il n’a pas dit de soutenir Kabila ! » à « Youpie ! Il n’a pas pris parti pour l’Opposition ! ». NdlR)

Dans les milieux proches du parti lumumbiste, l’on indique que les hautes instances de cette formation politique ont d’ores et déjà pris l’option de battre campagne en faveur du président sortant de la RD Congo. Des sources dignes de foi font savoir que Joseph Kabila a dernièrement reçu, en privé, Antoine Gizenga, accompagné de ses deux lieutenants : Dovel Mpango, secrétaire permanent du Palu, et Godefroid Mayobo, secrétaire permanent adjoint et porte-parole de ce parti politique.

Les deux personnalités ont, à cette occasion, tenté de jeter les bases du nouveau contrat politique qu’elles envisagent sceller incessamment. Les mêmes sources laissent entendre que Joseph Kabila a bien apprécié le cadeau politique que son interlocuteur lui a offert : la renonciation officielle à la présidentielle, en vue de militer pour sa réélection. En contrepartie, font-elles savoir, le «Raïs» lui a promis un soutien –financier?- au Palu, en vue de lui permettre de rééditer, à défaut d’améliorer, ses exploits électoraux de 2006. Si cette alliance venait à porter les fruits escomptés, le Palu pourra de nouveau participer à la gestion de la res publica à la prochaine mandature.

Cependant, renseigne-t-on, des ténors du Parti du Peuple pour la Démocratie et la Reconstruction ne voient pas de bon œil ce rapprochement Kabila-Gizenga. Le parti présidentiel redoute sans nul doute le spectre de voir la primature lui échapper, comme en 2006, quelle que soit la performance électorale qu’il pourrait réaliser. Depuis son université de septembre 2010, le PPRD ne cesse d’afficher sa détermination de s’adjuger la majorité des sièges au Parlement et, partant, d’être aux commandes du pays avec une infime coalition, à défaut de contrôler seul le gouvernement.

Une ambition politique, du reste légitime, qui ne semble pas être de nature, pour l’heure, de favoriser le renouvellement de l’alliance entre la MP et le Palu. « … le PALU a proposé des projets d’entente politique à ses partenaires potentiels. Hélas, jusqu’à ce jour, aucune réponse notable ne nous a été donnée. Aucun projet de construction politique véritablement nationaliste ne nous a été présenté. Et aucun accord politique conséquent, appelé à remplacer celui de 2006, n’a été conclu, malgré la disponibilité permanente affichée par le PALU».

A entendre des observateurs politiques, ces propos tenus samedi par Antoine Gizenga laissent entrevoir un malaise entre le Palu et le PPRD, première force politique au sein de la MP. Joseph Kabila serait-il en train de prendre ses distances avec sa propre famille politique ? Il est peut-être tôt d’y répondre.

© CongoForum, le mardi 26 juillet 2011

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22