31/08/11/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE MERCREDI

 (CongoForum)

Désolé, chers amis, mais ça ne change pas ! L’actualité dans la presse congolaise est dominée par les élections. Cette fois, il s’agit de l’investiture de deux principaux candidats à la magistrature suprême en l’occurrence Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi par leur regroupement politique respectif. Second sujet : les dépêches divulguées par Wikileaks montrent que les Américains se soucient de la montée, dans l’opinion congolaise, du thème de la « balkanisation ».

Le Grand Duel ?

Il y a, dans le journalisme, des « étonnements » qui sont étonnants. Voici plus d’un an que le camp présidentiel a, par un matraquage totalement dépourvu de discrétion, dans le genre « Joseph marche sur l’eau », commencé de facto la campagne électorale. Il y a bien six mois que l’on sait que Tshisekedi se présentera et l’on connaît tout de même suffisamment le personnage pour savoir qu’il se considère depuis longtemps comme le représentant de droit divin de toutes les oppositions qui se sont succédées depuis trente ans. On a cependant attendu que JKK soit investi candidat (on a même parfois précisé « candidat unique » !) de la Majorité et qu’ETwM reçoive le soutien d’une brochette de petits partis de l’Opposition pour s’apercevoir que les élections pourraient être un duel Kabila / Tshisekedi !

« Kabila gagnerait. Les opposants baliseraient une voie pour la MP », titre à la Une L’Avenir. Il note « pendant que la Majorité Présidentielle (MP) a désigné et investi son candidat Joseph Kabila Kabange lors de la réunion du Bureau politique à Kingakati, l’Opposition peine encore à se trouver un candidat qui recueillera l’assentiment de toutes les tendances ».
Lorsque les opposants s’entre-déchirent et ne parviennent pas à émettre un seul son, un boulevard serait en train d’être balisé pour Joseph Kabila, qui va ainsi l’emporter sans forcer, souligne L’Avenir. Il signale qu’entre-temps, 82 partis politiques de l’Opposition ont investi mardi son candidat, Etienne Tshisekedi, qui promet de déposer sa candidature le 5 septembre 2011. Mais lors de cette désignation, on a remarqué l’absence du MLC, de l’UNC et de l’UFC. 

Le Palmarès reprend la même information sous le titre : « Candidature commune : Tshisekedi met fin au suspense ! ». Le confrère rapporte que Etienne Tshisekedi a officiellement pris acte de sa désignation comme candidat commun de l’Opposition mardi en sa résidence de la 10ème Rue Limete. Plus de 80 partis de l’Opposition sont venus lui annoncer sa désignation. Mais, le MLC, l’UNC et l’UFC contestent les assises de Fatima et tiennent à une démarche plus consensuelle et à leurs exigences.

La Prospérité, qui affiche en manchette : « Opposition : Kanku exhorte Tshisekedi », fait état d’un appel aux concertations sérieuses. Plus de 80 partis de l’opposition ont remis, mardi, une copie de la carte de la République Démocratique du Congo à Etienne Tshisekedi en symbole de la prise du pouvoir et de l’unité du pays. Le leader de l’UDPS a saisi cette opportunité pour exprimer toute sa gratitude à ses pairs et souhaité que son investiture comme candidat commun de l’opposition à la présidentielle de 2011 soit l’expression de l’unité de toute la nation congolaise. ‘‘Merci à tous les vrais opposants et rendez-vous dans quelques jours’’, a lancé le leader maximo.

L’heure est grave, constate ce journal. L’Opposition, souligne La Prospérité, est laminée par un vent bipolaire alors que les jours sont comptés. Voilà pourquoi Clément Kanku, député national, président du Mouvement pour le Renouveau et Coordonnateur de l’Union pour la Nation, a exhorté dans une lettre ouverte Etienne Tshisekedi à engager des concertations sérieuses avec les leaders des partis et regroupements politiques acquis au changement afin de bénéficier de l’adhésion de tous. « Ce que tu as à gagner est supérieur à ce que tu as à perdre » fait remarquer à Tshisekedi le député Clément Kanku non sans rappeler cette sagesse biblique, l’humilité précède la gloire.

Le Phare souligne que « La vraie bataille a commencé ». Le face à face Tshisekedi-Kabila à l’élection présidentielle du 28 novembre 2011 vient de se préciser. Alors que le lundi 29 août 2011 à Kingakati, dans la banlieue est de Kinshasa, le Bureau politique de la Majorité Présidentielle (MP) venait d’investir Joseph Kabila comme candidat unique de cette famille politique dans la course à la magistrature suprême du pays, l’Opposition politique a choisi pour sa part la résidence d’Etienne Tshisekedi, à Limete, mardi 30 août 2011, pour remettre à ce dernier le procès-verbal de la réunion du 24 août 2011 à la paroisse Notre Dame de Fatima l’ayant désigné comme « Candidat commun » pour la même compétition.
Selon ce journal, fortement motivé dans sa peau d’opposant, Etienne Tshisekedi ne semble pas du tout se préoccuper de l’agitation que tentent d’entretenir, autour de sa candidature, ses prétendus partenaires politiques dont certains siègent encore au sein des institutions de la République. Les coups fourrés à répétition reçus à l’époque de l’USOR (Union Sacrée de l’Opposition Radicale) et de l’USORAL (Union Sacrée de l’Opposition Radicale et Alliés) l’ont certainement aguerri.
Le Phare révèle aussi que, pour confirmer l’unité de l’opposition, une vingtaine de leaders des partis politiques, absents à Fatima, lors de la prise de la décision désignant E. Tshisekedi comme candidat commun, sont venus signer à leur tour pour officialiser leur adhésion à cette position. On a ainsi noté la signature de Joseph Olengha Nkoy des Fonus et Dr Kabamba de G14.

Christophe Rigaud, dans son billet sur Afrikarabia (« Kabila candidat à sa succession »), constate qu’une semaine après l’investiture de son propre parti, JKK a été investi comme l’unique candidat de la MP, pendant que l’opposition ne parvient toujours pas à se mettre d’accord sur le nom d’un candidat commun. Le président sortant sera donc l’unique candidat de sa famille politique pour cette élection à un seul tour, alors que  l’opposition congolaise n’est toujours pas encore parvenue à s’accorder sur une candidature unique.
Le 24 août dernier, plusieurs partis
 avaient désigné Etienne Tshisekedi comme candidat unique de l’opposition. Mais le reste de l’opposition, notamment le MLC ( Bemba) l’UNC (Kamerhe) et l’UFC (Kengo), se sont désolidarisés de cette démarche, estimant que la priorité est la mise sur pied d’un programme commun, non le choix du candidat à la présidence.
L’épreuve de force continue donc entre Etienne Tshisekedi et les trois autres µ. Tshisekedi s’estime en effet le plus légitime à représenter l’opposition à Joseph Kabila, fort de son expérience et de son appui populaire. Candidat « coûte que coûte » et « jusqu’au boutiste » à la présidentielle, le patron de l’UDPS espère faire plier ses concurrents, quitte à leur faire porter la responsabilité d’un échec.
En attendant, l’UNC, le MLC et l’UFC ont mis sur pied une commission mixte chargée d’élaborer un programme commun de l’opposition et qui aura aussi à négocier avec les autres partis, dont l’UDPS, sur la question de la candidature unique.

(La préparation de la campagne 2011 a fatalement été fort marquée par le souvenir des élections de 2006 où, au second tour, l’effet « Tout sauf Kabila » avait amené Bemba très près de la montre en or. On pouvait alors se dire qu’en 2011, JKK perdant des voix par l’érosion du pouvoir, l’effet TSK jouerait encore mieux en faveur d’un « challenger » ayant l’air moins antipathique que Bemba. La révision de la constitution ramenant le scrutin à un tour a privé l’Opposition de cette facilité, car c’était le premier tour qui lui fournissait le candidat unique en faveur de qui jouerait l’effet TSK.

Malgré la « nouvelle donne » du scrutin à un tour, c’est toujours derrière ce « Grand Duel » que l’on continue à courir, alors que la candidature unique de l’opposition ne garantirait nullement qu’il n’y aurait pas d’autres candidats, farfelus ou suscités par l’adversaire.

Or, le scénario du « Grand Duel » n’est pas le seul possible. Pour que Kabila soit battu, il suffit qu’il arrive deuxième. Rien ne dit que, dans un scénario à candidatures multiples, ce ne serait pas le cas. Ensuite, une victoire présidentielle de JKK pourrait s’accompagner d’un succès de ‘Opposition aux législatives, provoquant une cohabitation qui pourrait très bien déboucher sur une destitution du président.

La spécificité des élections africaines, c’est le « vote de précaution » : le suffrage émis en faveur du vainqueur probable, pour éviter les ennuis, même si en réalité on ne souhaite pas sa victoire. En ce sens, l’attitude de Tshisekedi qui fait étalage de sa popularité et se comporte comme si sa victoire ne faisait aucun doute et ne pouvait être empêchée que par des tricheries, est peut-être bien daptée à son public  même si, à distance, elle a un air de rodomontade. NdlR)

Direct.cd va même jusqu’à parler de « La Machine à perdre de l’Opposition ». Il écrit : « Même si les acteurs de l’opposition ne cessent de se rassurer quant à la nécessité de garder l’unité et d’arriver à la -désignation d’une candidature consensuelle, à chaque fois qu’un débat public les oppose, ils ne cessent d’étaler des positions apparemment inconciliables. Au point même de se tromper d’adversaire et de se rentrer dedans les uns les autres. Dans un face à face, la semaine dernière, sur radio Okapi, Christian Badibangi, de la Dynamique Tshisekedi président, et Germain Kambinga, du MLC, ont été à deux doigts de se dire des gros mots, alors que l’un et l’autre campaient chacun sur ses positions. Mis aussi côte à côte, dans une émission à grande audience sur RTVS1, Franck Diongo, de la DTP, et Me Mayo Mambeke, de l’UNC, se sont séparés dos à dos. Pour Franck Diongo, «il est exclu que Tshisekedi puisse ne pas se présenter au profit d’un autre et la définition du programme commun ou de la candidature consensuelle doit se faire autour de Tshisekedi ». Cependant que Me Mayo rétorquait en déplorant l’arrogance et le mépris pour les autres, avant de donner clairement à entendre que l’UNC n’est pas du tout prête à se faire trainer par le bout du nez derrière un quelconque candidat messianique, providentiel. Cette semaine s’annonce de tous les enjeux pour l’opposition. La machine à perdre va-t-elle continuer à s’emballer? »

D’après ce périodique, cela contraste avec l’impression d’unité que l’on avait vue à propos du mémo sur les préalables à la tenue des élections transparentes, crédibles, et apaisée, pour interpeller le président de la République sur ses responsabilités à garantir un processus électoral, pour exiger des réponses satisfaisantes son exigence de voir tenir un audit du fichier électoral, autour d’un mémorandum à la MONUSCO sur les responsabilités de la Communauté internationale dans la marche du processus électoral et la préparation de l’acceptation à terme des résultats électoraux.

(Cela tenait peut-être à ce que des initiatives de ce genre ne demandent en fait aucune unité : chacune de ces démarches consistait à additionner les revendications de chacun. Le résultat était un pot-pourri comprenant des revendications que a CENI ne peut satisfaire : ni le vote de certaines lois, ni la relaxe de manifestants arrêtés ne relèvent de ses compétences. Elle ne peut doc faire qu’une réponse qui sera interprétée comme un refus, empêchant du même coup toute plus ample démarche sur la seule question réellement essentielle qui était posée : la possibilité de vérifier le bon fonctionnement du terminal. NdlR)

Wikileaks

Le Potentiel fait état d’une révélation de Wikileaks, ce site twiter qui s’est rendu célèbre en publiant des câbles diplomatiques de plusieurs Etats. « La balkanisation de la RDC préoccupe les USA », rapporte ce quotidien, ce qui n’a rien d’étonnant car il est lui-même abondamment cité, avec des adjectifs avantageux, par les dépêches américaines ainsi divulguées.
En date du 29 août 2011, Wikileaks a publié un câble de l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa. Câble diplomatique qui démontre que les Etats-Unis sont réellement préoccupés par la « théorie du complot de la balkanisation de la RDC ».
La mission diplomatique américaine, selon Wikileaks, s’emploie à connaître les intentions des Congolais sur cette question et considère qu’aborder « la balkanisation doit être un élément important de la stratégie à déployer dans les efforts de rayonnement de la Mission (diplomatique) ».
La mission diplomatique américaine est donc en train d’identifier ceux qui sont pour et contre cette théorie du fait que les Etats-Unis sont cités parmi ceux qui soutiennent les agresseurs de la RDC et que « les intérêts américains supportent les efforts supposés du Rwanda d’annexer le Kivu et de monopoliser les ressources de la région », selon le câble de l’ambassade américaine à Kinshasa cité par Wikileaks.

(Ce faisant, Le Potentiel ne fait que reprendre la démarche d’un journaliste congolais indépendant, Alex Engwete, qui a diffusé d’abord le texte original de WikiLeaks, puis sa traduction, sur son blog. Le journal kinois l’en crédite d’ailleurs. Reste a question : fat-il accorder de ‘importance à WikiLeaks ? Outre la possible diffusion de « hoax », que nous apprend cette « nouvelle » ? L’ambassade US lit la presse et se soucie de savoir quelle est l’opinion congolaise. Sinon, à quoi servirait une ambassade ? Les Américains ont remarqué les articles sur la balkanisation et le bandeau « Non à la balkanisation »  qui orne la Une du Potentiel. On doit tout de même supposer que si l’on imprime des journaux, c’est pour qu’on les lise ! L’Ambassade s’en inquiète car cela donne une mauvaise image des USA et se soucie de combattre cette influence. Encore une fois, pourquoi y aurait-il une ambassade si elle ne le faisait pas ? Les Américains vont-ils changer de politique ? Evidemment que non ! Le souci de l‘Ambassade est « d’expliquer », c’est-à-dire de faire prendre aux gens des vessies pour des lanternes. Alors ? … NdlR)

©CongoForum, le mercredi 31 août 2011

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22