20/10/11 / REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

20 octobre 2011

Aujourd'hui dans la presse

(CongoForum)

L’actualité de ce jour est plutôt maigre. Quant au processus électoral, on en est à la dernière étape avec l’impression de bulletins de vote en Afrique du Sud. Les commentaires à ce sujet consistent donc surtout en suppositions, rumeurs et spéculations. Un autre sujet important focalise l’attention de la presse congolaise : la 3ème conférence de chefs coutumiers qui se tient à Kikwit. Enfin, le Sénat a voté la loi portant statut des policiers.

Elections

Radio Okapi rend compte d’une conférence de presse de Ngoy Mulunda du mercredi 19 octobre.  Le président de la Ceni a tenu ce point de presse au lendemain de son retour d’Afrique du Sud où il a assisté au lancement de l’impression des bulletins de vote pour l’élection présidentielle du 28 novembre. Exhibant l’échantillon d’un bulletin de vote, il a assuré que ce rendez-vous serait respecté.        
 Coupant court à la polémique autour de l’audit du serveur central de la Ceni, le président de la Commission électorale nationale indépendante  a affirmé lors de celle-ci: «Que les gens se mettent en campagne. On ne va plus utiliser le serveur lors des élections. ». Daniel Ngoy Mulunda en a également profité pour contredire les rumeurs sur un éventuel report des scrutins, prévus le 28 novembre.  
Devant la presse, Daniel Ngoy Mulunda a loué l’initiative du législateur congolais  instituant un comptage manuel des voix, qui devra être  exécuté devant les témoins des différents partis politiques. Il a affirmé : «Il est important que les partis politiques et les militants sachent que le vote est manuel. Le serveur ne votera pas. On peut le brûler aujourd’hui, mais vous allez toujours voter et vous allez contrôler [les opérations de vote]. C’est vous qui certifiez les résultats en signant sur les PV, (…) vous, les témoins des partis politiques.»  
 La compilation des résultats des élections ne sera pas informatisée non plus, a tenu à préciser le pasteur  :  « Au niveau du bureau de la Ceni, on ne va pas centraliser [les résultats électoraux]. On va faire la sommation  (comprendre : « la somme ») de onze colis [venant de onze provinces du pays]. Tous les membres du bureau vont signer et moi, votre serviteur, je vais annoncer.» 
 Ngoy Mulunda a  ainsi  fermement démenti la rumeur selon laquelle les élections seront reportées : « Je veux encore rassurer tout le monde, il n’y aura pas de report, même pas d’une heure du temps. Les observateurs internationaux qui viennent et qui disent que la Ceni n’est pas prête. Non ! Nous, on est prêt.»    
Selon lui, quatre vingt dix mille urnes fabriquées en Chine arrivent en RDC le week-end prochain. Dix vols sont prévus à cet effet. Par ailleurs, le président de la Ceni a convié tous les chefs d’antenne de la Ceni à une rencontre, la semaine prochaine, à Kinshasa pour valider la nouvelle cartographie des bureaux de vote.

Tout ceci n’empêche pas Le Potentiel de demeurer inquiet et de titrer : « Le scrutin à 2 tours à l’ordre du jour ». Selon ce quotidien, les signaux sont là, vers des élections découplées. Preuve ? Les dernières déclarations du président et du vice-président de la CENI. Ce qui conduirait à un scrutin à « deux tours ». La révision constitutionnelle aura été battue en brèche. Le confrère rapporte qu’en séjour en Afrique du Sud, le président de la CENI, Daniel Ngoy Mulunda, a laissé entrevoir que si la date du 28 novembre était respectée, les élections ne seraient pas du tout couplées. Simplement parce que sur place, il n’avait fait imprimer que des bulletins de vote pour la présidentielle. D’où la question de savoir comment la Ceni a fractionné l’impression des bulletins de vote pour des élections couplées, lesquelles doivent se dérouler le même jour ?   Pour Le Potentiel, la CENI n’est pas encore sortie de l’auberge, à moins d’un miracle, pour réussir son pari des élections couplées le 28 novembre 2011.  

Le Palmarès signale à propos des élections 2011, «  Kinshasa doit se préparer à la guerre de l’Ouest ! ». Il faut vraiment prendre en compte le climat de suspicion et de méfiance qui s’est installé entre Kinshasa et certains de ses voisins de l’Ouest, estime ce journal. Selon Le Palmarès, en dépit des apparences, l’instabilité du pays ne partira pas de l’Est. Le contexte régional ne permet pas une seule aventure militaire dans les Kivu. En revanche, avec le spectre de la contestation après le 6 décembre, le pire est à craindre à l’Ouest.     

La Page revient sur la conférence de presse du chef de l’Etat. « Joseph Kabila : ‘Les manifestations de l’Opposition n’empêcheront pas la tenue des élections’ », titre à la Une cet hebdo. Il rapporte que le président de la République, J. Kabila, candidat à la présidentielle du 28 novembre, s’est dit « sûr et certain » de « ne pas perdre » les élections, tout en rassurant qu’il cèderait son fauteuil en cas de défaite.        

A en croire Le Phare, dès la semaine prochaine, « La CENI ouvre son serveur à l’Opposition ». A 8 jours du lancement de la campagne électorale, l’accès au serveur central de la CENI, pomme de discorde entre cette institution d’appui à la démocratie et l’Opposition, ne le sera plus dès la semaine prochaine. C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée mercredi 19 octobre par Ngoy Mulunda de retour d’un voyage de travail en Afrique du Sud où il s’était rendu pour mettre la dernière main avec l’imprimeur aux bulletins de vote tant de la présidentielle que des législatives et pour affirmer une fois de plus que les élections couplées sont irréversibles. Le Phare a calculé, par ailleurs, que le temps que mettra un électeur dans le bureau de vote est estimé à environ  3 minutes pour Kinshasa et  5 minutes pour l’intérieur du pays.

L’Avenir sous le titre « les bulletins de vote pour les candidats présidents déjà imprimés », relaye l’annonce du président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Ngoy Mulunda, indique que ces bulletins pourront arriver en RDC semaine prochaine. De retour d’un voyage en Afrique du Sud où les bulletins sont imprimés, Ngoy Mulunda a montré à la presse un échantillon de bulletin de vote pour la présidentielle.      
Concernant le serveur central de la Ceni, L’Avenir rapporte les propos du secrétaire d’Etat américain adjoint aux Affaires africaines. L’américain Johnnie Carson a déclaré, mercredi 19 octobre à Kinshasa, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa: « Le problème du serveur est technique et ne peut compromettre les élections». Selon le confrère, le diplomate américain séjourne en RDC pour évaluer le processus électoral en cours avec toute la crème politique du pays. Le représentant du gouvernement américain a dit que son pays soutient les élections congolaises à travers une aide bilatérale et multilatérale, précise le journal.

Le Potentiel indique que Johnnie Carson a fait remarquer qu’il y a encore «des défis à relever pour que les élections soient transparentes». Des défis qui, selon ce quotidien, méritent d’être relevés par la Ceni pour que les élections se déroulent dans un climat apaisé.

Chefs coutumiers

La Prospérité consacre sa manchette à la tenue à Kikwit de la 3ème Table ronde annuelle de chefs coutumiers. Ce journal note que venues de toutes les provinces de la République, plus de 500 autorités traditionnelles sont depuis mercredi 19 octobre 2011 à Kikwit où les a rejoint, à 15 heures, heure locale, Joseph Kabila, le président de la République. Ils y sont allés pour tenir la 3ème réunion annuelle des autorités coutumières. Thème retenu : « La place de l’autorité traditionnelle dans la reconstruction de la RDC et la modernisation des entités de base ».        

Forum des As titre : «  Kabila- chefs coutumiers : opération séduction à Kikwit ». Joseph Kabila mercredi 19 octobre 2011 à Kikwit avec les chefs coutumiers et les gouverneurs de toutes les provinces de la RDC. Le chef de l’Etat a reçu un bain de foule à l’entrée de la ville. Fidèle à sa tradition, Joseph Kabila a ensuite abandonnée sa jeep pour entrer à pied dans la ville à travers une marche qui a duré une quinzaine de minute. Voilà qui fait dire à bon nombre d’observateurs que le président- candidat se trouve en pleine « opération séduction » dans le Bandundu. « Quelle aubaine que celle de s’assurer le soutien des chefs coutumiers lors de la grande bataille électorale, ne cessent de se demander les observateurs. Tous ceux qui connaissent le rôle combien important que peuvent jouer les chefs coutumiers dans des joutes électorales font déjà le lien avec les assurances données par le chef de l’Etat, lors de sa conférence de presse, de battre l’opposition le 28 novembre prochain.        
Car, indique-t-on, on ne peut plus dissocier le président de la République du candidat Joseph Kabila à l’approche de la grande bataille électorale. Le Raïs tenterait donc de mettre toutes les chances de son côté à travers ses sorties…      
Mais, pourquoi avoir choisi de lancer les travaux du barrage de Kakobola juste à moins de vingt jours du début de la campagne électorale? Pour les observateurs avertis, l’opération séduction lancée par Joseph Kabila, ne se limite pas seulement aux chefs coutumiers, mais elle s’étend également aux militants du Palu à travers le fief d’Antoine Gizenga Fundji (Gungu) et pourquoi pas à l’ensemble de la province du Bandundu.
Le lancement des travaux du barrage tant attendu pourrait contribuer à relever la cote du candidat Joseph Kabila dans cette opinion généralement difficile à convaincre. Ce sera aussi la preuve, si besoin en était encore, que le Raïs et le patriarche de Gungu ne font qu’un dans la bataille. Antoine Gizenga, on se souviendra, a déjà invité les militants de son parti à voter pour J. Kabila.   
Ainsi donc, l’alliance entre Joseph Kabila et le Palu de Gizenga tient à remporter la victoire en novembre 2011 au nom des nationalistes. Outre les assurances données par le Palu à Kinshasa, Kabila va lui-même à la conquête de la population du Bandundu en partant d’un lieu symbolique (le territoire de Gungu) et avec, dans sa gibecière, une oeuvre de longue date dont il assure la réalisation (le barrage de Kakobola).     
Si cette opération séduction atteint son objectif, Joseph Kabila aura ainsi réussi, avant la campagne électorale dont le début reste prévu pour le 28 octobre prochain, à s’assurer le soutien d’une bonne partie de la population du Bandundu et économiser ses forces lors de la campagne proprement dite. Vu sous cet angle, Kabila aurait une longueur d’avance sur tous ses adversaires ».        

(Il est vraiment étrange d’entendre si fréquemment faire état de la date officielle  d’ouverture de la campagne électorale. Il y a peu, c’était au sujet des affichages à Kinshasa, aujourd’hui, à propos de la conférence de Kikwit. Ceci, alors que JKK est en campagne électorale depuis les fêtes du Cinquantenaire, c’est-à-dire depuis un an et demi !       
Mais il convient de reconnaître qu’il est économe de ses moyens. Le site de Kakobola lui a déjà servi pendant la campagne de 2005, où il a annoncé qu’on y construirait un barrage. On peut imaginer que ce barrage n’a pas fini de servir : annonce du futur barrage en 2005, lacement des travaux en 2011. Et puis ? Achèvement du gros œuvre en 2016 ? Annonce de l’arrivée prochaine des turbines en 2021 ? Inauguration en 2026 ? Ce barrage aura djà bien servi, lontemps avant de donner de l’électricité ! NdlR)

L’agence ACP rapporte, pour sa part, que le président Joseph Kabila a projeté le regroupement des villages en centres viables, de développement, de production et de création des richesses en vue de remédier aux conditions de précarité dans la campagne où la commodité la plus élémentaire fait défaut. Le chef de l’Etat l’a annoncé, mercredi, à l’ouverture de la 3ème conférence des chefs traditionnels de la RDC qui se tient à Kikwit dans la province de Bandundu.     

Policiers

Au Sénat, a eu lieu le vote de la Loi portant statut du Policier. Le Potentiel rapporte que c’est à l’unanimité que les 55 sénateurs en plénière, mercredi 19 octobre, ont voté cette loi. Il signale tout de même que c’est depuis le début de la session du mois de septembre appelée aussi session budgétaire, que le quorum peine à être atteint au Sénat. Dans les couloirs du Palais du peuple, renseigne Le Potentiel, on explique l’absence de plusieurs sénateurs du fait qu’ils sont occupés à préparer la campagne pour les prochaines législatives.

L’Observateur rapporte que cette loi compte 264 articles répartis en sept titres. Elle fixe le statut du personnel de carrière de la Police nationale congolaise (PNC) le dotant d’un cadre réorganisé et fonctionnel adapté à la vision portée par la loi fondamentale. Le journal rappelle que cette loi sur le statut du personnel de carrière de la Police nationale a été déjà adoptée à l’Assemblée nationale.

Le Phare constate, de son côté, une innovation qui fait de la Police un service public, civil, républicain et professionnel. Ce qui fait qu’elle doit désormais opérer avec des matraques sans armes à feu au regard de la loi, commente le confrère. Cette loi sera bientôt envoyée au chef de l’Etat pour promulgation.

© CongoForum, le jeudi 20 octobre 2011

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22