Enquêtes

27 décembre 2011

Non classé

Par Le Potentiel
Le gouvernement de la République démocratique du Congo, qui « se préoccupe de la violation des droits des communautés locales qui vivent dans les sites où sont implantées les entreprises minières au Katanga », annonce des « enquêtes en cours ».

« Les enquêtes sont en cours. Ce que nous devrions faire ensemble, c’est que, assez rapidement, nous puissions nous rencontrer pour qu’un compte rendu soit fait à l’opinion, parce que le peuple a le droit de savoir comment les choses évoluent en matière de droits de l’homme », réagit le ministre de la Justice au rapport de l’ONG Action contre l’impunité pour les droits de l’homme.

L’Acidh, basée à Lubumbashi (Katanga), accuse cinq entreprises minières de violer les droits des communautés locales vivant dans les zones minières dans les lieux où elles sont implantées. «Vous savez, les magistrats ne parlent pas. Ils sont tenus par le devoir de réserve. Lorsque nous aurons le rapport sur l’évolution judiciaire de ce genre de dossier, il est bon, je crois, que nous communiquions ensemble pour que l’opinion puisse être informé de l’évolution de ce que sa justice est entrain de faire », explique Luzolo Bambi Lessa.

Cependant, le traitement réservé à des enquêtes antérieures inquiète quelque peu l’opinion publique dans la mesure où, selon le gouvernement, « c’est depuis un temps que le parquet n’a pas de frais de fonctionnement comme il se doit », en précisant que « les cours et tribunaux sont dépourvus des moyens pour mener les enquêtes »

Par ailleurs, certaines enquêtes liées à l’opération « Tolérance zéro » sont bloquées par « les immunités dont sont couvertes certaines personnes visées ». Et c’est, en vain que l’opinion publique attend les procès y afférents. « Cela est peut-être dû à la nature des infractions que ces hautes personnalités commettent. Les détournements, par exemple, sont des infractions intellectuelles d’apparence douces mais nuisibles à terme. Cela donne l’impression que le gouvernement est moins sévère vis-à-vis de ces personnalités», selon le ministère de la Justice.

Et quand bien même l’instruction de ces infractions nécessiterait beaucoup de temps, le peuple congolais ne peut se contenter de telles explications pour justifier l’absence d’ouverture de procès relatifs aux enquêtes ouvertes sur des sociétés ou de hautes personnalités.

Plus prosaïquement, on ne sait toujours pas à quoi ont abouti les enquêtes relatives aux évasions spectaculaires de grands criminels dans les prisons du Katanga, du Kivu, de la Province Orientale et de Kinshasa. Dans le même contexte, rien n’est dit au peuple congolais en rapport avec de fréquents détournements des salaires des agents et fonctionnaires de l’Etat, la découverte des kits destinés aux militaires dans des marchés publics à Kisangani, les fortunes spontanées ou les violations des droits de l’homme maintes fois dénoncées.

En tout état de cause, les enquêtes apparaissent aujourd’hui comme étant des extincteurs utilisés pour rassurer les bonnes consciences. Sans plus.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22