Lettre de l’Abbé Olivier Nkulu à Son Eminence le Cardinal Monsengwo

28 décembre 2011

Actualités

« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : « C’est moi », ou encore « Le moment est tout proche ». Ne marchez pas derrière eux ! » (Luc 21, 8)

A son Eminence Cardinal Monsengwo Archevêque Métropolitain de Kinshasa

Eminence, au nom de l’Esprit-Saint que nous avons reçu à notre baptême, qui nous a été donné dans le sacrement de Confirmation et dont l’onction nous a établis, vous et moi, prêtres de Dieu, acceptez que je puisse réagir à votre choquante déclaration pontificale sur les résultats des élections dans notre immense et beau pays, la République Démocratique du Congo.

Je me présente : je suis Olivier Nkulu Kabamba, prêtre du diocèse de Kamina, Docteur en Théologie, Docteur en Philosophie, Docteur en Ethique médicale, actuellement professeur d’Université au Canada. Par mon incardination, j’appartiens pleinement au diocèse de Kamina dans notre belle province ecclésiastique du Katanga dont la métropole est Lubumbashi. Je suis l’auteur du livre « Monseigneur Eugène Kabanga Songa Songa, le pionnier et les diocèses de Katanga » (Bruxelles, Editions Memor, 2006).
Vous souviendrez certainement de moi à partir de ce livre biographique que j’ai consacré à l’ancien archevêque de Lubumbashi, Monseigneur Eugène Kabanga Songa Songa, livre dont je vous avais adressé un exemplaire en 2007. Dans votre accusé de réception de ce livre, vous m’écriviez ceci, (je vous cite) : « Tel maître, tel disciple », et vous aviez raison. « J’ai cru c’est pourquoi j’ai parlé (2 Cor 4 :13)» (1995), tel est le titre du mémorable livre que nous a légué celui que vous appelez mon maître, Monseigneur Kabanga.
Eminence, acceptez que je vous révèle une vérité plus qu’intime, une vérité qui vous dérangera peut-être. Monseigneur Kabanga nous a dit un jour à propos de vous Cardinal Monsengwo : « Prenez garde, cet homme m’a combattu, ce même homme vous combattra ». C’est une parole qui est restée à jamais gravée dans ma mémoire. Je vous livre cette confession intime car cette parole de Monseigneur Kabanga ne cesse de se réaliser. En effet, chaque fois que vous en avez l’occasion, Eminence, vous manifestez votre adversité contre le Katanga et les Katangais. Et vous venez encore une fois de l’illustrer par votre déclaration sur les résultats des élections au Congo.
Le président Joseph Kabila Kabange dont vous contestez la réélection est originaire du Katanga ; le Pasteur Ngoy Mulunda président de la CENI dont vous n’appréciez pas le travail, est aussi ressortissant du Katanga ; les résultats des élections qui sont actuellement pointés du doigt dans le rapport des observateurs de Centre Carter auquel vous vous référez dans votre déclaration, sont les résultats des élections présidentielles au Katanga qui donnent un avantage considérable au Candidat Joseph Kabila. Eminence, je ne peux douter un seul instant que votre adversité contre tout ce qui provient du Katanga n’est pas étrangère à votre réaction dans la déclaration que vous venez de faire.
Eminence, je ne m’attarderai par sur les faux chiffres contenus dans votre déclaration. Car, unanimement, tous les rapports, mêmes ceux qui sont fournis par les partisans du Candidat Tshisekedi qui a votre préférence, indiquent que vous vous êtes trompé. Si la justice et la vérité sont des vertus que nous enseigne notre maître Jésus, il nous enseigne aussi l’humilité. Accepteriez-vous d’être humble à l’image de Jésus, et de dire aux Congolais que vous vous êtes trompé sur les chiffres contenus dans votre déclaration. « Si la vérité nous rend libres, seule l’humilité nous rapproche véritablement de Jésus » dit Sainte Thérèse de Lisieux.
Eminence, nous sommes dans ce temps béni de l’Avent où nous nous préparons à accueillir Dieu lui-même dans la fragilité et l’humilité de l’enfant de Bethléem. Et pour préparer nos coeurs à cet heureux événement, le prophète Jean Baptiste nous invite à la conversion : « Produisez du fruit qui témoigne de votre conversion » dit-il (Mt 3,8). Espérant que cette parole retentisse aussi dans votre coeur de pasteur, je ne puis terminer cette lettre, en vous demandant au nom de l’Evangile, de bannir en vous la division qui amène la haine et l’exclusion de l’autre.
Eminence, je me réjouis que vous receviez cette lettre en mains propres, et je ne doute pas que vous y réserverez une réponse à votre meilleure convenance. Néanmoins, soyez assuré, je la rendrai publique après en avoir transmis copie à votre confrère dans l’épiscopat, Monseigneur Jean Anatole Kalala, Evêque de Kamina qui est mon évêque.
Recevez, Eminence, mes salutations fraternelles dans le Christ. Abbé Olivier Nkulu Kabamba, prêtre du diocèse de Kamina au Katanga

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22