Ngoy Mulunda sous pression…

23 janvier 2012

Actualités

Pression sur Ngoy Mulunda : Majorité et Opposition au banc des accusés !
(La Prospérité 23/01/2012)

Ayant eu vent du vote-sanction du peuple et ce, à travers l’ensemble du pays, la machine de la corruption en aval s’est mise, depuis, en branle. Cette puissante et cynique machine aurait impliqué, pour plus de succès, les Gouverneurs des provinces qui, usant de tous les moyens à leur disposition, ont mis à l’aise mais également mal à l’aise, les responsables des CLCR. Il était question, semble-t-il, de manipuler à souhait des résultats des urnes en vue de proclamer les candidats de leurs obédiences. Point n’est besoin de dire clairement qu’il s’agit d’une stratégie des ‘‘hommes forts’’ du pouvoir, laquelle serait élaborée à l’issue d’une messe obscure dite dans la ville haute. Le Pasteur Daniel Ngoy Mulunda n’a-t-il pas dénoncé maintes fois, la présence des Ministres, agents de sécurité et autres dignitaires du régime dans les CLCR ? Daniel Ngoy Mulunda n’entend pas porter seul le chapeau de la débâcle électorale.

Car, n’étant pas omniprésent, ni omniscient, ces attributs étant réservés à Dieu seul, il ne peut porter la responsabilité de la tricherie et de la falsification des résultats de certains responsables des CLCR véreux, manipulés et corrompus par certains responsables de la Majorité au pouvoir. L’opposition n’est pas en reste. Elle, également, placerait le Pasteur dans une situation où il peut rendre le tablier à tout moment. Le Bureau de la CENI jouerait-il à la prolongation ? La question est sur toutes les lèvres tant à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays où l’opinion attend, avec impatience, la publication de ce qui reste des résultats des législatives des provinces autres que Kinshasa. Même pour la Capitale, rien n’indique en tout cas que le Bureau de la CENI soit prêt le jeudi 26 janvier prochain. La CENI serait-elle dépassée, au regard du volume de travail ? Rien de tout ça. D’autant plus que c’est une institution mieux structurée au niveau central et aussi des autres subdivisons du pays. Seulement, depuis que les Centres Locaux de Compilation des Résultats sont entrés dans la danse, les candidats ou, mieux, les politiciens ont perdu tout sommeil. Ayant eu vent du vote-sanction du peuple et ce, à travers l’ensemble du pays, la machine de la corruption en aval s’est mise, depuis, en branle. Cette puissante et cynique machine aurait impliqué, pour plus de succès, les Gouverneurs des provinces qui, usant de tous les moyens à leur disposition, ont mis à l’aise mais également mal à l’aise, les responsables de CLCR. Il était question, semble-t-il, de manipuler à souhait des résultats des urnes en vue de proclamer les candidats de leurs obédiences. Point n’est besoin de dire clairement qu’il s’agit d’une stratégie des ‘‘hommes forts’’ du pouvoir, laquelle serait élaborée à l’issue d’une messe obscure dite dans la ville haute. Le Pasteur Daniel Ngoy Mulunda n’a-t-il pas dénoncé maintes fois, la présence des Ministres, agents de sécurité et autres dignitaires du régime dans les CLCR ? N’a-t-on pas vu et entendu des gros poissons de la majorité dénoncer la tentative d’équilibrage des élus par patois, en donnant des résultats qui ne reflètent pas la vérité des urnes ? N’est-ce pas la raison qui a amené le Pasteur Président de la CENI à faire arrêter les responsables des CLCR suspectés ou attrapés en flagrant délit ? Toutes ces mesures ont été prises au niveau de la Centrale Electorale pour rassurer tout le monde, assurer la transparence et surtout la crédibilité des résultats publiés par la CENI. Mais c’était sans compter avec les pressions de toute sorte qui, tombant soit sur les responsables des CLCR ou encore sur les membres du Bureau. Ces pressions, il convient de le souligner, proviennent de tous bords, opposition comme majorité. Mais c’est du côté de la Majorité où elle est plus forte d’autant plus qu’il faut à tout prix, obtenir une majorité confortable, et surtout se positionner au prochain Gouvernement. Non pour servir, mais pour se servir. Ngoy Mulunda refuse de porter seul le chapeau Des fortes rumeurs ont circulé le week-end dernier, faisant état de la menace brandit par le Président de la CENI de jeter l’éponge, au regard des pressions qui lui viennent de partout, alors qu’il est foudroyé à longueur des journées par les mêmes politiciens qui l’accusent d’avoir foutu dans la merde dans le processus électoral. Dans l’entre-temps, on le pousse à la faute, à publier les noms des Députés non élus par le peuple. On jette un discrédit sur le processus. L’on apprend, des sources concordantes, que l’homme de Dieu est à bout de sa patience et si jamais ces pêcheurs en eaux troubles, ces gens qui ne s’imaginent pas en dehors des institutions, ne lâchent pas prise, il n’aura d’autre choix que de rendre le tablier. De ce qui précède, Daniel Ngoy Mulunda n’entend pas porter seul le chapeau de la débâcle électorale. Car, n’étant pas omniprésent, ni omniscient, ces attributs étant réservés à Dieu seul, il ne peut porter la responsabilité de la tricherie et de la falsification des résultats des certains responsables des CLCR véreux, manipulés et corrompus par certains responsables de la Majorité au pouvoir. Voilà qui l’a poussé à dépêcher les équipes de supervision du travail de compilation à travers toute la République. De ce travail, des conclusions ont été tirées, des réclamations également. Aussi, la synthèse de la CENI, au niveau de la Centrale risque de changer la donne. Des faux élus risquent d’être invalidés au profit des vrais. En tout cas, l’homme de Dieu est décidé de corriger les erreurs. C’est ce qui fait peur. La vérité, rien que la vérité des urnes Une certaine opinion demande à Daniel Ngoy Mulunda de demeurer ferme et de ne publier que les résultats issus du vote. Ce qui attire la foudre à Ngoy Mulunda, c’est le fait pour lui d’avoir procédé à l’arrestation des responsables véreux de la CLCR qui auraient été de mèche avec certains responsables de la Majorité dont la visée est d’être coûte que coûte proclamés gagnants alors qu’ils sont désavoués par le souverain primaire. D’autres analystes vont plus loin, en soutenant que le Pasteur Mulunda aurait mieux fait de publier les noms des candidats corruptibles attrapés dans certains CLCR et, surtout les invalider pour dissuader les semblables potentiels. Il est certes vrai que le processus a connu beaucoup de couacs. Mais, il n’est pas question de jeter toute la saleté sur le Pasteur Ngoy Mulunda qui ne pouvait être au même moment partout, sur un territoire de 2.345.409 Km²

La Pros.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22