Ntaganda nie toute implication dans les combats à l’est.

2 mai 2012

Actualités

De ALBERT KAMBALE, AFP, 1er Mai 2012

GOMA — Le général Jean-Bosco Ntaganda affirme ne pas être impliqué dans les violents combats qui opposent dans l’est de la République démocratique du Congo l’armée à des mutins ex-membres de la rébellion dont il était chef d’état-major, et qui provoquent d’importants déplacements de populations.

« Je ne suis pas impliqué dans les affrontements qui se passent entre les FARDC (Forces armées de la RDC) et les militaires qui ont fait défection » début avril dans les provinces instables des Nord et Sud Kivu (est), a affirmé en swahili à l’AFP le général Ntaganda, interrogé mardi par téléphone. « Je suis dans ma ferme près de Mushaki. Ma hiérarchie militaire sait que je suis là et m’a autorisé d’y rester. Même le chef de l’Etat (Joseph Kabila) le sait », a souligné l’ex-chef d’état-major du CNDP recherché par la Cour pénale internationale (CPI), habituellement basé à Goma, la capitale du Nord-Kivu.

Depuis plusieurs jours, la localisation général Ntaganda était incertaine, favorisant les rumeurs sur son implication dans la défection de plus d’une dizaine d’officiers supérieurs, ex-membres de la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), qui ont déserté avec quelques centaines d’hommes.

Cette thèse est « totalement incorrecte et manipulatrice » puisque Jean-Bosco Ntaganda « continue à travailler sous le commandement de la hiérarchie des FARDC », a expliqué lundi, sans le nommer, la direction politique du CNDP, parti né des accords de paix signés avec Kinshasa en 2009 -les mêmes ayant permis l’intégration du général et des ex-rebelles dans l’armée.

Depuis dimanche, de violents combats opposent l’armée aux mutins qui résistent au Nord-Kivu, surtout dans les territoires de Masisi -où se trouve Mushaki- et Walikale, où des soldats ex-rebelles se sont alliés à une milice d’auto-défense Maï Maï accusée d’avoir participé dans la zone aux viols de près de 400 personnes l’été 2010.

Les Maï Maï de Sheka Ntabo Ntaberi et les mutins ont pris le contrôle de Luvungi, où les viols massifs ont été perpétrés, Niankuli et Mutakato, mais « on est en train de prendre des dispositions pour essayer de contrôler la situation dans ce secteur-là également », soulignait lundi le colonel Sylvain Ekenge, porte-parole des FARDC pour les Kivu.

De sources militaires, les affrontements ont fait dimanche à Mweso (Masisi) six morts chez les mutins et 3 blessés chez les FARDC, et dans la nuit de lundi à Kirumba (territoire de Lubero) une femme et une fillette sont mortes. Quatre militaires ont par ailleurs été blessés.

Plusieurs témoins affirment que des soldats ex-rebelles progressent vers Goma. « La résurgence qui prévaut actuellement trouve ses racines dans l’échec évident du processus d’intégration des éléments issus des mouvements politico-militaires au sein des Forces armées » de la RDC, estime dans son communiqué la direction politique du CNDP.

« Cette situation désastreuse provoque des morts d’hommes, des pillages et des déplacements massifs des populations civiles innocentes », est-il ajouté.
Un correspondant de l’AFP a constaté des déplacements importants de populations, surtout de femmes et d’enfants, qui ont regagné Saké, Mungunga -où ils occupent des salles de classe- et Mubambiro, où se trouvent un centre de commandement militaire et des troupes de la Mission de l’ONU (Monusco).

Beaucoup ont aussi fui au Rwanda. « D’après les derniers chiffres, 2.092 nouvelles personnes sont arrivées en provenance de la RDC au centre de transit de Nkamira », à 22km du Nord-Kivu, a déclaré Céline Schmitt, porte-parole du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU à Kinshasa, précisant que « plus de 50% » sont des enfants.

L’armée tente de reprendre des positions perdues dimanche

L’armée de la République démocratique du Congo (FARDC) a annoncé lundi la reprise d’une position perdue dimanche lors de violents affrontements avec des soldats ex-rebelles et s’apprête à en regagner une autre.

A Mushaki, dimanche après-midi, ils ont bougé nos positions jusque vers Karuba, que nous avons perdu dans la nuit de dimanche à lundi. Au moment où je vous parle, nos troupes ont récupéré Karuba et avancent vers Mushaki, a déclaré à l’AFP un haut gradé qui suit les opérations.

Dimanche, les ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) ont attaqué les FARDC à Mweso et Mushaki, dans le territoire de Masisi, au sud de la province instable du Nord-Kivu (est). Ce sont des collines qui séparent Karuba de Mushaki, on est en train d’avancer colline par colline, a ajouté le responsable se refusant de donner la suite des opérations pour traquer les ex-rebelles qui restent confinés dans le secteur de Kitshanga.

Ceux qui ont fait défection, ils ne sont pas nombreux (…) (Ils représentent) une goutte d’eau dans l’océan des FARDC, a déclaré lundi matin le colonel Sylvain Ekenge, porte-parole militaire des provinces instables des Nord et Sud Kivu. Nous sommes nombreux!, a affirmé à l’AFP un soldat ex-rebelle. C’est environ deux régiments qui sont en activité. Nous sommes bien organisés et nous allons donner d’ici peu le nom de notre mouvement, a-t-il ajouté, alors que des témoins font été de leur progression vers Goma.

Selon les FARDC, les affrontements de dimanche ont fait 6 morts chez les mutins et 3 blessés chez les forces loyalistes. Le soldat ex-CNDP n’était pour sa part pas en mesure de donner un bilan. Les violents combats -les FARDC ont entre autre utilisé des mortiers- ont entraîné des déplacements de populations notamment en direction de Goma, la capitale provinciale. Les sources humanitaires jointes sur place n’étaient pas encore mesure de donner une estimation.

D’après un journaliste de l’AFP, plusieurs centaines de personnes, surtout des femmes et des enfants, ont fui Karuba ou Mushaki pour regagner Saké, Mubambiro -où se trouvent un centre de commandement militaire et des troupes de la Mission de l’ONU (Monusco)- et Mungunga, où des déplacés occupent des salles de classe.

Nous avons fui Karuba parce que nous avons entendu des tirs à l’arme lourde et nous avons fait 6h de marche pour arriver ici, à Saké, témoigne Jeanne, 22 ans, assise avec son bébé de 4 mois, et qui assure que les mutins étaient nombreux et qu’ils ont tenté de les empêcher de fuir.

A côté de ses deux petites chèvres, Juliette, 32 ans, qui a perdu la trace de ses enfants et de son mari, explique: J’ai vu deux maisons qui étaient brûlées quand on fuyait Mushaki. Nous sommes arrivés sans rien, car nous croyions que les affrontements n’allaient pas durer.

Certains ont trouvé refuge à l’étranger. On a une estimation de 1.000 personnes qui ont traversé vers le Rwanda. Pour l’instant, on ne peut pas dire si c’est une tendance. C’est trop récent pour qu’on puisse dire s’il y a des flux réguliers, a déclaré à l’AFP Céline Schmitt, porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU (UNHCR).
Nos collègues là-bas sont en train de voir comment on peut accueillir les personnes qui arrivent, et leur assurer protection et assistance, a-t-elle ajouté, précisant que pour l’instant les raisons précises de cette fuite restent inconnues.

Début avril, plus d’une dizaine d’officiers supérieurs, ex-membres du CNDP, ont déserté avec quelques centaines d’hommes dans les provinces instables des Nord et Sud Kivu (est). Plusieurs officiers ont réintégré leurs unités ou se sont rendus, et seuls quelques-uns étaient traqués par l’armée, selon un militaire.

Les soldats qui ont fait défection sont proches de Jean-Bosco Ntaganda, ex-chef d’état-major du CNDP recherché par la Cour pénale internationale (CPI), et ont été intégrés comme lui dans l’armée régulière début 2009 après un accord de paix avec Kinshasa.
(©AFP / 30 avril 2012 19h49)

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22