07/06/12/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

(CongoForum)

Le gouvernement est sur la sellette dans les colonnes des journaux, tant avec la présence d’une forte délégation interministérielle qui séjourne à Goma dans le Nord-Kivu – à propos de laquelle la thématique « gouvernement » rejoint celle relative à la guerre de l’Est – qu’à propos de son budget ou des inquiétudes, en partie irationnelles, que continue à susciter l’émission de « gros billets ». Mais il y a d’autres sujets, tels que le calendrier des élections provinciales – qui s’accompagne du refus par Ngoy Mulunda, de toute réforme sérieuse de la CENI, l’organisation du Test national de fin d’études primaires ce jeudi, l’insolvabilité de deux fils Mobutu incapables de payer leur loyer, la déchéance du gouverneur Kabasubabu et, bien entendu, le sport…

Gouvernement

Le titre le plus général au sujet des inquiétudes que continue à susciter le gouvernement des « jeunes technocrates surdoués » de Matata Ponyo est paru dans La Tempête des Tropiques. Ce journal estime que « Deux mois après son investiture, le gouvernement Matata s’est bloqué ». D’après lui, jusque là, il n’y a ni texte ni règlement ni ordonnance portant fonctionnement et attributions dans les ministères. Ce qui rendrait, selon le journal, rend difficile de nommer les collaborateurs des ministres. « C’est donc un pilotage à vue », conclut La Tempête des Tropiques.

Le Potentiel titre ce matin: « Budget 2012, 8 milliards USD pour quelles priorités ? »
Ce quotidien croit savoir que ce budget a été arrêté en équilibre à 8 milliards USD dans le projet adopté en Conseil des ministres réuni en séance extraordinaire mardi dernier à Kinshasa, sous la présidence du chef de l’Etat, Joseph Kabila. Sauf imprévu, précise ce journal, il devrait être déposé ce jeudi à l’Assemblée nationale.
A six mois de la fin de l’année, écrit Le Potentiel, il va se poser logiquement un problème de classification des priorités, dont la première est naturellement la pacification des provinces de l’Est. En effet, « toute l’œuvre de la reconstruction nationale que le peuple congolais a contribué à rendre réalisable, sous le leadership du président de la République, chef de l’Etat, ne serait qu’un château de sable si elle ne reposait pas sur la sécurité publique et la paix à nos frontières, et sur l’étendue du territoire national. Et le gouvernement ne peut donc en rester indifférent », a affirmé le Premier ministre cité par Le Potentiel.

Monnaie

Le Phare titre sur la mise en circulation de nouvelles coupures des billets de banque : « Coupures de 1000, 5000 et 10.000fc, Matata fait peur aux gagne-petit ».
Depuis l’annonce de la mise en circulation à partir de 2 juillet de nouvelles coupures de francs, écrit le quotidien, les gagne-petit sont inquiets en RDC. Ils se demandent si les caisses de l’état sont effectivement pleines, si la production agricole et industrielle a été effectivement relancée et si la BCC dispose suffisamment des devises pour prévenir une éventuelle inflation. Selon le journal, les gagne-petit sont pessimistes et se souviennent encore des billets d’un million de Zaïre sous le régime Mobutu.
(L’impression de billets à haute valeur faciale peut correspondre à une demande qui n’est as celle de la circulation monétaire quotidienne. Ce sont souvent les banques qui réclament ce genre de billets parce qu’il est évidemment plus facile de compter des millions en billets de 10.000 qu’en petite monnaie. Les gagne-petit, eux, ont un raisonnement plus simple et se disent que, si le gouvernement prévoit des billets avec beaucoup de zéros, c’est qu’on en aura besoin dans la vie ordinaire, ce qui lui rappelle évidemment la débâcle monétaire à la fin de l’ère Mobutu. De plus, « monnaie » et « gouvernement » dans la même phrase amène l’idée « impôt », qui suscite rarement les sourires… NdlR)

L’Avenir titre : « Contrôle parlementaire : les ministres Raymond Tshibanda et Kin Kiey Mulumba interpellés à l’Assemblée nationale ».
A en croire ce quotidien, les deux ministres membres du Groupe parlementaire « Terre d’Avenir » devaient répondre aux deux questions orales avec débat : l’une, concernant Thsibanda, sur l’organisation du Sommet de la Francophonie et l’autre sur la non connexion de la Rdc à la fibre optique qui regarde Tryphon Kin Kiey Mulumba le « jeune technocrate surdoué » de 62 ans.

Est

Dans un reportage de Colette Braeckman, paru dans Le Soir, un passage confirme les succès des FARDC dans l’Est et jette jette un peu plus de lumière sur l’affaire des prisonniers rwandais. Le voici :
« Dans la ville de Sake, Bwindo, militant d’un mouvement associatif, nous confie sa surprise au lendemain des combats: « les militaires congolais, membres de la force d’intervention rapide (un bataillon formé à Kindu par des instructeurs belges) se comportent correctement avec la population. Ils ne quémandent rien et rassurent les civils au lieu de les rançonner. » D’autres sources confirment que les forces congolaises ont engrangé des victoires significatives contre les rebelles, s’emparant de stocks de munitions et d’armes lourdes. Delphine, une vieille amie retrouvée à Goma, ne cache pas son enthousiasme : « pour la première fois, nous sommes fiers de notre armée. Elle démontre que, bien encadrés, nos soldats peuvent faire du bon travail… »
Ces avancées militaires marquent cependant le pas : dans la région de Rutshuru, à Runyoni sur la frontière rwandaise, les mutins qui, hier, n’étaient que quelques centaines et avaient été forcés de battre en retraite, apparaissent soudain plus pugnaces et surtout plus nombreux et mieux équipés ; les armes lourdes qu’ils avaient abandonné dans le Masisi ont refait surface. Des témoignages recueillis au siège de la Monusco (Mission des Nations unies pour le Congo) agitent Goma depuis huit jours et ils jettent une autre lumière sur les évènements. Durant plusieurs jours, en présence de représentants onusiens, deux délégations, congolaise et rwandaise, ont écouté et passé au crible des récits de jeunes déserteurs ayant fui les rangs des rebelles. Leur premier témoignage a été recueilli par la Monusco, une seconde audition, en présence de témoins rwandais et congolais, a fait l’objet d’un procès verbal et d’un enregistrement video, mais la partie rwandaise a rédigé sa propre version. Selon l’un des témoins, présent aux deux audiences, les hommes ne se sont ni dédits ni contredits, livrant la même histoire, au grand dam de la délégation venue de Kigali qui a tenté de minimiser les informations recueillies.
Onze de ces déserteurs, ayant quitté les rangs des mutins, s’étaient réfugiés auprès du bataillon indien de la Monusco à Rugari (sur la frontière) dix autres s’étaient rendus aux forces congolaises et n’ont pas été auditionnés.
Le premier groupe se compose de dix adultes rwandais, qui ont précisé qu’ils étaient motards ou chômeurs, tous Hutus, d’un jeune de quinze ans, Tutsi.
D’après les dires de ces hommes, c’est en février dernier (donc bien avant l’éclatement de la rébellion en avril ) que ces individus ont été recrutés à Mudende au Rwanda. Ils ont expliqué que, désireux d’échapper à la pauvreté et de trouver un emploi stable, ils souhaitaient devenir militaires dans l’armée rwandaise et, dans cet espoir, se laissèrent circonvenir par des inconnus. Après un passage par le camp militaire de Bigogwe au Rwanda, ils furent déposés dans un hôtel à Kinigi, tenu par le frère de Bosco Ntaganda, lieu d’origine de la famille.
Depuis cet endroit, des militaires portant l’uniforme rwandais dirigèrent le groupe vers un autre lieu où leur furent retirés papiers d’identité, téléphone et argent rwandais, contre promesse de récupérer plus tard ces effets personnels.
Dans un dépôt de munitions, le petit groupe se vit confier des caisses à transporter. Toujours escortés par des militaires rwandais, les recrues traversèrent la forêt jusqu’à ce qu’elles rencontrent d’autres hommes portant cette fois l’uniforme de l’armée congolaise. Arrivés à Runyoni, en territoire congolais, on leur déclara qu’ils allaient recevoir une formation militaire de deux semaines.
Quant aux autres déserteurs, recueillis, eux, par l’armée congolaise, leurs témoignages ont été collationnés par cette dernière mais n’ont pas été soumis à la Monusco. Il apparaît que, sur un groupe de 13 hommes, deux étaient d’anciens rebelles hutus. Ces derniers avaient été, voici plusieurs mois déjà, rapatriés au Rwanda par la Monusco. Ils vivaient à Kinigi, d’où ils furent embarqués de force dans un camion, en compagnie d’autres recrues. Eux aussi arrivèrent à Runyoni, au Congo, où on leur ordonna de participer à la construction d’un nouveau camp militaire. D’après les récits de ces déserteurs, ces hommes recrutés au Rwanda n’ont pas seulement été chargés de transporter des caisses de munitions, (210 boîtes, d’après l’un d’entre eux), ils ont aussi amené de l’autre côté de la frontière des armes lourdes, dont une arme anti-aérienne : « c’est pour abattre les hélicoptères de l’armée congolaise » leur aurait déclaré l’un des militaires du M23…
Les observateurs ont constaté en effet que l’armée congolaise n’a pas lésiné sur les moyens, bombardant les positions rebelles avec des chars et des hélicoptères de combat, utilisés jusque dans le parc des Virunga.
Initialement révélées par un document interne de la Monusco, et diffusées par la BBC à la suite d’une fuite, confirmées ensuite par les dépositions des déserteurs recueillies à Goma, ces informations ont causé un embarras considérable dans la région, même si les déserteurs n’ont été utilisés que comme porteurs et hommes de main ».

Neuf ministres et deux vice-ministres (donc, au total, onze jeunes technocrates surdoués) du gouvernement Matata sont en mission de travail à Goma pour des solutions durables aux problèmes sécuritaires du Nord-Kivu, nus apprend DigitalCongo.
A l’aéroport où il a été accueilli par le Gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, le ministre Richard Muyej Mangez qui conduit cette délégation, a indiqué que le Gouvernement Central est préoccupé par l’insécurité, la désolation qui sévit dans cette partie du pays.

Le Potentiel titre « Conflit en Ituri, l’arbre qui cache la forêt ».
Pour ce quotidien, la création de la « Coalition des groupes armés de l’Ituri (Cogai) » n’est, en réalité, que l’arbre qui cache la forêt.
Il s’agit, soutient-il, d’un énième épouvantail qu’agite l’Ouganda afin de jouer, comme le Rwanda, sa partition dans le plan de balkanisation de la RDC. Les « prédateurs » poussent Kampala à annexer les localités de la Province Orientale riches en or, pétrole, diamant,
Au-delà du conflit identitaire entre Hema et Lendu qui mine depuis des années le district de l’Ituri (Province Orientale), croit savoir le Potentiel, des forces invisibles agissent dans l’ombre pour le contrôle des ressources naturelles de cette partie de la RDC, principalement l’or et le pétrole du lac Albert.

« Joseph Kabila rappelle aux éléments des Fardc leur mission de défendre la paix et la sécurité », écrit l’ACP.
C’était au cours d’une causerie morale que le commandant suprême des Fardc et de la Police nationale a tenue, mercredi à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, à l’intention de 126 officiers généraux, supérieurs et subalternes de toutes les régions militaires, qui ont pris part, du 24 au 30 mai dernier à Kinshasa, à la 2ème session du séminaire sur la réforme de l’armée.

Affaires électorales

Les dates des prochaines élections locales sont désormais fixées. Il y a lieu de distinguer ami les informations à ce propos entre
1 – le calendrier qui a été annoncé par la CENI
2 – ce qui a été dit, à la même occasion, quant à la réforme de la CENI.
3 – Les commentaires de la presse.

1 – Provinciales et Sénatoriales sont fixées en février et juin 2013. Les élections provinciales se dérouleront le 25 février 2013, alors que les Congolais éliront leurs sénateurs le 5 juin 2013. Prévues en 2012, ces élections ont été reportées à la suite des nombreuses irrégularités des élections présidentielle et législatives de novembre 2011.
Le long cycle électoral entamé fin 2011 par les élections présidentielles et législatives, prendra fin en juin 2013, avec une année de retard sur le calendrier fixé par la Commission électorale (CENI).
Les députés des onze provinces de République démocratique du Congo se feront élire le 25 février 2013, les résultats provisoires seront publiés le 12 avril et les définitifs le 20 juin. Les élections sénatoriales se dérouleront le 5 juin 2013, les résultats provisoires seront donnés le jour même et les définitifs le 13 août. L’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, prévue le 22 juin 2013, se fera avant les scrutins locaux pour les conseillers urbains (5 février 2014), les chefs de secteurs et bourgmestres (30 mars) et les maires (31 mars 2014).
2. Réforme pour rire de la CENI.
Les élections du 28/11/11 ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Après les nombreux dysfonctionnements et les irrégularités des élections présidentielle et législatives de novembre 2011, la Commission électorale (CENI) avait décidé, sous la pression internationale, de reporter les autres scrutins. Les missions d’observations de l’Union européenne et du Centre Carter avaient sévèrement critiqué l’organisation des élections de novembre, remettant en cause la crédibilité du scrutin. L’opposition congolaise, qui conteste a réélection du président Joseph Kabila demande la démission de la CENI qu’elle juge partiale. Le député Emery Okundji a déposé mardi dernier au bureau de l’Assemblée nationale, une proposition de loi pour demander l’introduction des activistes de la société civile dans ce bureau et une plus grande représentativité de ce corps au sein de l’assemblée plénière de la Ceni. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli.
Il saute aux yeux que la CENI occupe une place essentielle dans le mécanisme de ce coup d’Etat. Il ne faut donc pas s’étonner si aucune réforme sérieuse n’est envisagée. Lors de la présentation de ce calendrier réaménagé, le président de la CENI, Daniel Ngoy Mulunda, s’est engagé à mettre en application toutes les recommandations de l’atelier d’évaluation du processus électoral dans le souci, a-t-il dit, « de crédibiliser la suite de ce processus ». (C’est-à-dire d’appliquer TOUTES les recommandations d’u ateier dont les conclusions nt été MINIMALISTES. En français ordinaire : « Réformes ? Allez vous faire f… ! ». NdlR)
Il a notamment promis que le bureau ainsi que toutes les structures techniques de la Ceni s’emploieront désormais à :
- fiabiliser et stabiliser le fichier électoral en y ajoutant les omis.
- actualiser la cartographie des bureaux de vote en partenariat avec tous les acteurs de terrain.
Le président de la Ceni se dit convaincu qu’en observant ces recommandations, la suite du processus électoral subira des améliorations par rapport aux précédentes échéances électorales. (S’il est vraiment convaincu, il est bien le seul. NdlR). Plusieurs organisations nationales et internationales, des partis politiques, certains partenaires de la RDC et même le président « réélu » Joseph Kabila ont reconnu que les élections présidentielle et législatives du 28 novembre 2011 avaient été entachées d’irrégularités. Des voix se s’étaient élevées pour réclamer la restructuration du bureau de la Ceni. Certaines organisations de la société civile ont même récolté des signatures pour pousser l’Assemblée nationale à démettre le bureau de la Ceni.
(Ces deux paragraphes sont une compilation de donées fournies par Afrikarabia et Radio Okapi).

3 – La presse n’a, jusqu’ici, eu le temps de faire que des articles très factuels. Les commentaires de fond viendront plus tard.

Le Potentiel écrit « La Ceni fixe les élections provinciales au 25 février 2013 ».
D’après le calendrier y afférent, les opérations en rapport avec ces élections vont commencer à partir du 25 juin de l’année en cours, avec la mise à jour de la cartographie des bureaux de vote et des listes des électeurs.

La Prospérité consacre sa Une au réaménagement du calendrier des prochaines échéances électorales : « Elections Provinciales, Sénatoriales et des Gouverneurs 2013 : la CENI dévoile le calendrier revu et actualisé ! ».
Ce journal rapporte que la CENI a publié, hier 6 juin 2012, le calendrier réaménagé pour l’organisation des élections provinciales et a donné le chronogramme complet des élections urbaines, municipales et locales. Dans ce calendrier réaménagé, relève ce quotidien, l’on retiendra que les élections provinciales auront lieu le 25 février 2013 ; les sénatoriales le 5 juin 2013 tandis que les Gouverneurs des provinces seront élus le 22 juin 2013.

Divers

La Prospérité annonce « Test national de fin d’études ce jeudi pour les élèves finalistes du primaire ».
Les élèves du cycle primaire de l’année scolaire 2011-2012 passent, jeudi, le Test national de fin d’études primaires (Tenafep), sur l’ensemble du territoire national et dans les écoles des enfants réfugiés congolais en RCA et au Soudan du Sud.

« Le gouvernement du Kasaï Occidental déchu par motion de censure de députés », titre Forum des As.
Pour FdA, il s’agit là d’une motion de censure déposée par un groupe de députés provinciaux, au cours de la plénière de mercredi. Initiée par 25 députés, la motion a recueilli, lors du vote, 30 voix contre 3, indique-t-on. Il est reproché à l’exécutif provincial du Kasaï Occidental plusieurs griefs, notamment l’opacité dans la gestion des régies financières locales, l’absence de la visibilité des travaux des cinq chantiers, de nombreux voyages à l’extérieur des membres du gouvernement provincial.

Parlant du dossier porte-parole de l’opposition, AfricaNews écrit : « Carton rouge de Vuemba à Kamerhe ».
Alors que la bataille pour la désignation du porte-parole de l’opposition fait rage, le député MPCR réclame l’application stricte de la loi, estime que le poste revient de droit à l’UDPS et interdit aux opposants candidats à la présidentielle 2016 de se lancer dans la course. Route barrée pour le leader de l’Unc, estime ce journal.

Le Phare écrit : « Arriérés de loyer, des factures d’eau et d’électricité : deux fils Mobutu traînés en justice ».
Nzanga Mobutu, président de l’Udemo et son frère Giala Mobutu, sont accusés de non paiement de loyer, des factures d’eau et d’électricité par Otelli Sola, propriétaire de l’immeuble qui abritait leur parti politique précité. Ledit immeuble se trouve sur l’avenue Pumbu n°4, dans la commune de la Gombe. D’après Le Phare, le Tribunal de Grande instance de Gombe est saisi pour confirmer le jugement rendu au Tripaix/Gombe. (Ce qui prouve que tout a une fin, même le pognon planqué dans les banques suisses. NdlR)

En sport, Le Palmarès signale la présence des Eperviers du Togo à Kinshasa depuis hier soir en prévision de leur match du dimanche 10 juin au stade des Martyrs contre les Léopards de la Rdc.

© CongoForum, le jeudi 7 juin 2012

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22