RDC: 200 mutins tués et 250 blessés depuis avril, selon l’armée

7 juin 2012

Actualités

KINSHASA – Les combats depuis avril entre les mutins et l’armée congolaise dans l’est de la République démocratique du Congo ont fait 200 morts et 250 blessés côté mutins et 40 morts et 93 blessés côté forces armées, selon un bilan officiel publié mercredi.

Les mutins sont d’anciens rebelles opérant dans l’est et qui avaient intégré l’armée régulière suite à un accord de paix avec Kinshasa en mars 2009.

Ces chiffres ont été livrés au gouvernement congolais lundi à Kinshasa par le chef d’état-major des armées, le général Didier Etumba, entendu sur les opérations militaires dans l’est du pays au cours d’un conseil des ministres, dont le compte-rendu a été publié mercredi.

Les désordres graves créés par la mutinerie de Bosco Ntaganda et sa bande vont être très bientôt totalement circonscrits grâce à la vélocité des Forces armées de la RDC (FARDC), indique le compte-rendu.

Outre le nombre de tués et blessés de chaque camp, le général Etumba a donné le chiffre de 374 mutins qui se sont rendus, dont 25 citoyens rwandais.

Une importante quantité d’armes et de munitions ont été récupérées par les FARDC, est-il ajouté sans autre précision notamment sur le nombre de mutins qui sont regroupés sur plusieurs collines dans le parc national des Virunga, dans la province du Nord-Kivu, bordé par la Rwanda et l’Ouganda, à une soixantaine de km environ au nord-est de Goma la capitale provinciale.

Les forces loyalistes mènent fréquemment des attaques, notamment avec des hélicoptères de combat, contre les mutins qui résistent.

Kinshasa accuse le général Bosco Ntaganda, en fuite depuis début avril, d’être l’instigateur de cette mutinerie de soldats ex-combattants du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Ntaganda était le chef d’état-major du CNDP avant son intégration comme général dans les FARDC, en dépit d’un mandat d’arrêt contre lui émis en 2006 par la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d’enfants soldats au début des années 2000 quand il était dans une autre milice.

Les mutins se réclament du M23 (Mouvement du 23 mars), crée début mai par le colonel Sultani Makenga (ex N.3 du CNDP) après avoir fait défection. Ils revendiquent la pleine application des accords de 2009, notamment en ce qui concerne leur intégration. Ils dénoncent des problèmes de salaires, de nourriture, de santé, d’obtention de grades et de fonctions.

Le M23 a toujours nié tout lien avec Ntaganda.

L’ONG Human rights watch (HRW) a accusé lundi l’armée rwandaise de soutenir la mutinerie, d’avoir approvisionné le général Ntaganda en armes et de lui avoir fourni 200 à 300 recrues, dont des civils enrôlés de force et des enfants de moins de 18 ans.

Kigali a qualifié ces accusations d’irresponsables. Kinshasa a dit attendre les résultats d’enquêtes, dont l’une conjointe avec le Rwanda, pour se prononcer sur la présence de Rwandais parmi les mutins.

(©AFP / 06 juin 2012 16h16)

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22