LETTRE OUVERTE DE L’INAM A L’OCCASION DE LA JOURNEE DEDIEE A L’ENFANT AFRICAIN CELEBREE LE 16 JUIN DE CHAQUE ANNEE.

16 juin 2012

Actualités

A leurs Excellences,
- Madame la Ministre Nationale du Genre, Famille et Enfant à KINSHASA ;
- Monsieur le Gouverneur de Province du Sud-Kivu à BUKAVU ;
- Monsieur le Ministre Provincial de la Santé, du Genre, Famille et Enfant et Affaires
Humanitaires à BUKAVU ;
- A tous les Partenaires internationaux de protection des droits de l’enfant vivant avec
handicap en particulier et des droits de l’enfant en général ;

Vos Excellences, Mes dames et Messieurs,
En marge de commémoration de la journée mondiale de l’Enfant africain célébrée
le 16 juin de chaque année, dans le soucis d’attirer plus d’attention sur la protection,
l’éducation, la santé et le bien être des enfants, l’Initiative pour l’Avenir Meilleur, une
association sans but lucratif, de droit congolais, qui oeuvre en faveur des Droits des
Personnes Vivant avec Handicap, profite de cette occasion pour donner sa lecture sur la
situation de droit des enfants en République Démocratique du Congo et sensibiliser les
acteurs sur les devoirs du gouvernement congolais de protéger, respecter, promouvoir et
réaliser les Droits de l’Enfant Vivant avec Handicap.
Nous reconnaissons l’engagement que votre gouvernement a pris dans le passé
en mettant à notre disposition quelques différents instruments internationaux et nationaux
de protection des Droits de l’Enfant, en l’occurrence :
- La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en ses articles ; 1, 3 et 7 ;
- La Convention relative aux Droits des Personnes Handicapées des Nations-Unies en ses
articles 7 et 24 alinéa 2 qui n’est pas encore ratifiée par la RDC ;
- La Charte Africaine des Droits et du bien-être de l’enfant ;
- La Constitution de la RDC du 18 février 2006 tels que révisées en 2011 en ses articles 41
alinéas 3, article 42, 43 et article 123 alinéa 16 ;
- La loi numéro 09/001 du 10 janvier 2009 portant Protection de l’Enfant fixe les principes
fondamentaux relatifs à la protection et à la promotion des Droits de l’Enfant
conformément aux articles 122 alinéa 6, 123 alinéa 16 et 149 alinéa 5 de la constitution.
Nous saluons grandement ces démarches du gouvernement. Nous vous en
remercions, en raison de l’intérêt qu’elles peuvent susciter pour la situation des enfants
vivant avec handicap.
En dépit de ses démarches pertinentes au plan international et national, force est
de constater avec regret que beaucoup d’enfants continuent d’être confrontés à des
obstacles d’intégration dans leur vie quotidienne en général et en particulier ceux qui vivent
avec handicap.
Il s’est donc avéré que les droits cités par les instruments ci-haut évoqués sont
restés lettre morte au niveau de leur mise en oeuvre notamment :
- De recevoir une éducation,
- De se déplacer librement,
- D’obtenir les soins de santé appropriés,
- D’épanouissement, etc.
Pour ce qui est de la situation particulière du Sud-Kivu notre province, il n’existe
pas jusqu’à ces jours un système coordonné de collecte, d’analyse et de centralisation des
données concernant la politique à mettre en place en faveur des enfants vivant avec
handicap et cela les vulnérabilise de plus en plus, voire même les agences de système des
Nations-Unies et les organisations internationales semblent oublier l’intégration de la
dimension de l’Enfant Vivant avec Handicap dans leurs interventions.
Il serait donc important d’envisager sous l’angle des résultats à atteindre, les
actions à entreprendre de manière urgente afin de garantir à l’enfant vivant avec handicap
les droits consacrés par les différents instruments juridiques.
De ce qui précède, nous proposons ce qui suit :
a) Aux familles : de valoriser les aptitudes de tous les enfants sans aucune distinction
liée à l’handicap et de veiller au respect des droits de leurs enfants en situation
d’handicap et à leur épanouissement ;
b) Au gouvernement : de mettre en place un cadre de concertation sur les actions en
faveur de cette catégorie vulnérable en collaboration avec les structures oeuvrant
dans ce domaine, par la mise en application de l’ensemble des textes juridiques
relatifs aux droits des enfants vivant avec handicap ;
- De décreter la gratuite de l’enseignement à tous les cycles aux personnes vivant avec
handicap ;
c) Aux organisations internationales : d’appuyer le gouvernement et la société civile
dans l’application et la mise en oeuvre des programmes en faveur des enfants vivant
avec handicap.
« Il ne s’agit pas de demander un régime de faveur. Il s’agit au contraire d’équilibrer
les chances entre tout le monde. Il s’agit d’équité, d’égalité des chances »
Veuillez agréer, Vos Excellences, Mes dames et Messieurs, l’expression de notre
parfaite considération.
Fait à Bukavu, le 12 juin 2012
Pour l’INAM/Asbl,
BULONZA Blaise de St Michel
Coordonnateur

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22