28/06/12/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

(CongoForum)

Politiquement parlant, l’événement le plus important du jour est la prolongation du mandat de la MONUSCO. Il ne fait cependant pas encore l’objet de beaucoup de commentaires dans la presse congolaise, tout simplement du fait du décalage horaire. L’événement dominant dans la presse congolaise est la réplique donnée lundi par le Premier ministre en réponse aux remarques formulées par la représentation nationale sur le projet de budget du gouvernement. Le deuxième sujet porte sur la redondante et récurrente crise à l’Est de la RDC dont les journaux rapportent les derniers développements. Et le troisième sujet est relatif au choix du porte-parole de l’Opposition.

Monusco / Est

Le conseil de sécurité des Nations unies a prorogé le mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco) jusqu’au 30 juin 2013. La décision a été votée à l’unanimité au siège de l’ONU à New-York. Le conseil de sécurité des Nations unies demande à la Monusco de protéger prioritairement les civils et de maintenir une force de réserve capable de se redéployer rapidement dans le pays. Dans sa résolution, le conseil de sécurité réaffirme que le gouvernement de la République démocratique du Congo est le premier responsable sur le plan sécuritaire, de la reconciliation nationale ainsi que de la consolidation de la paix et du développement du pays. (Pour lire l’intégralité de la résolution du CS, se rendre à http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=2&newsid=187726&Actualiteit=selected)

(Il faut remarquer que la prorogation a été cette fois d’un an. Le gouvernement de RDC, après avoir il y a quelques semaines commencé son habituelle campagne de dénigrement des « touristes » de la Monusco, l’a abandonnée. D’autre part, il est clair que le mandat s’écarte de plus en plus de l’irréaliste mission de départ – maintien de la paix dans un pays post-conflit, où l’armée nationale était un élément mis sur le même pied que les autres, au nom de « l’équidistance » pour se rapprocher de la réalité : il faut aider l’armée congolaise à éliminer les « forces négatives ». NdlR)

Au cours de la conférence hebdomadaire des Nations unies, le porte-parole de la Monusco Madnodje Mounoubai a affirmé que le mandat de la Monusco qui s’achève est positif, car la Mission onusienne a correctement rempli ses obligations en RDC, citant notamment son apport dans l’organisation des élections, la réforme du secteur judiciaire et sécuritaire ainsi que la protection des populations civiles. « Il nous a été demandés d’apporter un appui technique et logistique aux élections, je pense que tout le monde a apprécié ce que nous avons fait. Nous avons eu aussi comme mandat d’apporter un soutien au système judiciaire et sécuritaire de ce pays. Chaque semaine qui passe, nous vous rendons compte de différentes formations que nous avons, que ce soit au niveau des forces armées, de la police ou de la justice. Il y a aussi le secteur de protection des civils. Je pense que chaque semaine le porte – parole vous fait le compte rendu de ce que la Monusco fait », a déclaré Madnodge Mounoubai.
Le porte-parole de la Monusco a également indiqué que le Premier ministre Matata Ponyo s’est félicité du travail de la Monusco dans l’est de la RDC lors de sa visite dans cette partie du pays il y a deux semaines. « Le Premier ministre a pu ainsi voir de lui-même le travail que fait la Monusco sur le terrain et il a apprécié ce travail. Comme dans tout travail humain, on peut toujours faire mieux, mais on fait toujours ce que l’on peut et de son mieux », a conclu Mounoubai.
Avant son retour à Kinshasa samedi 9 juin, le Premier ministre Matata Ponyo s’est dit satisfait du partenariat entre les militaires congolais et les forces de la Monusco dans la préservation de la paix et de la sécurité dans l’Est de la RDC. Ces forces conjointes protègent notamment la cité stratégique de Bunagana contre d’éventuels assauts des mutins du mouvement du 23 mars.

Ce bilan positif de la Monusco n’est pas partagé par tous les Congolais. La participation onusienne à l’organisation des élections du 28/11/11 est-elle un fait positif, étant donné qu’elles ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli.

Une certaine opinion reproche aussi à la mission onusienne d’être passive face au regain de l’insécurité observée depuis le mois d’avril dans l’Est de la RDC et de soutenir les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). Cette frange de la population estime que la Monusco a failli à sa mission principale de protection des civils estimant qu’elle assiste sans intervenir aux massacres des civils. Pour sa part, la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations unies en RDC, Mme Leïla Zerrougui, a qualifié ces accusations « d’extrêmement graves et ridicules». Elle a aussi affirmé que les populations concernées par la menace des groupes armés saluent l’action de la Monusco et demandent plus de présence des casques bleus (Radio Okapi).

Le Phare sous le titre « Monusco : nouveau mandat sur fond de guerre à l’Est » montre dans sa manchette de ce matin que la prorogation du mandat de la Monusco intervient à un moment délicat caractérisé par une guerre à l’Est du pays où les FARDC s’empoignent « farouchement aux mutins du M23». Au même moment, de nombreuses voix s’élèvent plutôt pour dénoncer les élans bellicistes du Rwanda voisin.
A ce sujet, le journal rappelle que le Conseil de sécurité de l’Onu a été saisi d’un rapport intérimaire du groupe d’experts. Ceux-ci affirment avoir des preuves que trois des plus hauts gradés de l’armée rwandaise soutiennent la mutinerie du M23. Dans ce contexte de déstabilisation de la RDC et face aux difficultés récurrentes rencontrées par la plus grande opération de maintien de la paix dans le monde, une opinion largement partagée tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays demande la revisitation de ce nouveau mandat pour plus d’efficacité sur terrain, conclut Le Phare.

(Il nous semble important de préciser que si, bien évidemment, le fameux « rapport à charge du Rwanda » fait partie du contexte de la discussion, il ne s’est agi ici que d’une échéance prévue depuis longtemps : le maintien ou le retrait de la Monusco et son mandat. Il ne s’est donc pas agi de discuter les récentes doléances cogolaise, ni le fameux rapport lui-même. NdlR)

« La situation sécuritaire au Nord-Kivu est tendue, selon la Monusco », annonce DigitalCongo.
Les rebelles du M23 continuent, à en croire la Monusco de maintenir leurs positions à Runyoni, Tshangu et Mbuzi. Les Maï Maï Raïa Mutombika, dont on ne sait qui ils défendent, ont mené des attaques contre la Police nationale congolaise, au village Kihuna et contre les Fardc à Katoyi.

Budget

Le Potentiel titre à la Une : « Projet de budget 2012 : des choix inappropriés ».
Ce journal pense que le gouvernement a mis la barre très haut en proposant à l’appréciation du parlement un budget de près de huit milliards de dollars américains. Il note que le Premier ministre, Matata Ponyo a misé gros, pour la première année de son quinquennat, tellement gros que des dépenses allouées à certaines institutions ont été sensiblement revues à la hausse au détriment des secteurs prioritaires tels que la défense, l’éducation et la santé. Des choix inappropriés qui traduisent la faiblesse d’un instrument censé être porteur d’espoir pour la population, renchérit Le Potentiel.

Toujours au sujet du budget 2012, La Prospérité titre : « Voici les six suggestions de Batumona à Matata ! »
Bien que le Budget soit jugé recevable et transmis à la Commission Economie et Finances de l’Assemblée Nationale pour enrichissement, l’Honorable Député Laurent Batumona Kandi Kham n’a pas hésité, hormis le fait qu’il n’ait pas pris la parole à l’occasion du débat général, de présenter six suggestions au Premier Ministre, Matata Ponyo, auquel il souhaite, par ailleurs, beaucoup de chances de réussite dans l’exécution de ce Budget.
Ce quotidien rapporte que l’élu de Funa à Kinshasa propose au Gouvernement de motiver suffisamment les fonctionnaires mobilisateurs des recettes afin d’éviter la corruption et le détournement. Il demande aussi au Premier ministre d’être à l’écoute de la population plutôt que de rester enfermé. Il ajoute qu’il faudra publier mensuellement l’exécution du Budget, note La Prospérité.

Porte-parole de l’Opposition

D’après AfricaNews : « Porte-parole, schémas Makila-Kengo : Consensus ‘tout sauf Kamerhe’ ».
Des négociations sont en cours entre les groupes parlementaires les plus significatifs de l’opposition afin de dégager un consensus sur un candidat autre que le leader de l’UNC quand les diplomates occidentaux en poste à Kinshasa plaident pour que le maroquin revienne à l’Udps.
Déjà, le premier principe accepté par tous, indique AfricaNews, c’est de ne jamais confier le poste à l’ancien secrétaire général du PPRD.

(Le poste de « porte-parole de l’opposition » est une absurdité pure et simple. De deux choses l’une, ou bien l’on se trouve dans un état démocratique où les droits, notamment à la sécurité et à la liberté d’expression, sont respectés et aucun parlementaire n’a besoin de plus de droits et privilèges que ceux qui découlent de ses qualités de citoyen et de parlementaire ; ou bien l’on est dans un régime où règne l’arbitraire, et mieux vaudrait lui offrir un gilet pare-balles.
L’institution même est absurde par rapport à la RDC, parce qu’elle n’a de logique que dans un système à deux partis, comme en Grande Bretagne. Cela n’a pas de sens dans un système à multipartisme votant à la proportionnelle comme en RDC. Ce que l’on a fait dans ce domaine était purement circonstanciel : il s’agissait, en 2006, de donner des garanties à JP Bemba après un épisode où le canon avait parlé. Mieux vaudrait laisser cette pantalonnade sombrer dans l’oubli qu’elle mérite. NdlR)

Divers

« Volée lundi : la jeep du ministre Kibala de la Fonction publique retrouvée et son chauffeur arrêté à Moanda », écrit Le Phare. D’après lui, cette jeep retrouvée avait été voilée au Palis du Peuple avant-hier.

L’Avenir annonce : « Diomi Ndongala rechérché : le patron de la DC en fuite pour viol sur mineures ».
Des sources proches du procureur général de la République, on apprend que l’honorable Eugène Diomi Ndongala a été attrapé en flagrant délit de viol sur deux enfants mineurs de moins de 16 ans. Pour notre confrère, deux raisons militaient en faveur de son arrestation, avant qu’il ne puisse prendre la fuite. Il s’agit du caractère flagrant de l’infraction ainsi que la nécessité de lui assurer une protection, d’autant que tout était fait pour le lyncher.

La Démocratie chrétienne ne présente pas les chose de la même manière dans sa «MISE AU POINT DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE CONCERNANT LES ALLEGATIONS DE CERTAINS ORGANES DE PRESSE PROCHES DU POUVOIR VISANT A SALIR LA CREDIBILITE DU PRESIDENT NATIONAL DE LA DC, EUGENE DIOMI NDONGALA » (Voir http://www.congoforum.be/fr/nieuws.asp?actualiteit=selected pour le texte intégral)

En voici l’essentiel : « Depuis le 26/06/2012 à environ 22h00, un groupe de policiers aux ordre du Colonel Kanyama, alias esprit de mort, sont descendus au nombre de 40 éléments au siège de la Démocratie Chrétienne sur Avenue Colonel Ebeya, où pendant toute la journée il y eu une grande affluence de militants et sympathisants en vue de l’organisation prévue le 27/06/2012 à la Cathédrale Notre Dame de Fatima de la cérémonie de signature de la Charte Constitutive de la MPP, Majorité Présidentielle Populaire, par plus de 40 partis politiques de l’opposition. Le Secrétaire General de la DC, Freddy Kita, a demandé à l’avocat de la DC de prévenir l’auditorat militaire de la présence abusive de ces nombreux militaires armés dans l’enceinte du siège national de la DC. L’auditorat a constaté les faits, tout en demandant au Colonel Kanyama des explications que celui –ci n’a jamais données, ne répondant pas à la demande de réquisition du Procureur général. L’état de siège des locaux de la DC a durée jusqu’au lendemain matin. C’est avec surprise et étonnement que les militants de la Dc ont été informés par des organes de presse proches du pouvoir kabiliste qu’une accusation de viol pendait sur le chef du Président Diomi Ndongala. En particulier, le journal direct.cd s’est illustré à divulguer ces fausses informations. En effet, les dirigeants de la DC tiennent à souligner ce qu’il suit :

Le Président Eugène Diomi Ndongala n’a rencontré que des délégations politiques qui devaient prendre part à la cérémonie de signature de la Charte Constitutive de la MPP pendant toute la journée du 26/06/2012. Il a quitté le siège du parti avec le véhicule d’un militant de la DC car sa voiture était en panne.

Les filles qui se promènent encore aujourd’hui en compagnie du Colonel Kanyama, n’ont été jamais reçue ni par le Président Diomi ni par aucun autre membre du protocole du parti.

Des témoins oculaires ont aperçu le soir du 26/06/2012, avant la descente massive de la police au siège de la DC, le Colonel Kanyama en compagnie de deux filles près de l’entrée du siège de la DC. De plus, même celui qui par la suite a été reconnu comme le père de ces deux filles a été aperçu en compagnie du Colonel Kanyama avant sa descente au siège de la DC.

4. Il est quand même étonnant que les policiers du Colonel Kanyama se soient déplacés au nombre de plus de 40 éléments armés de leur propre initiative et qu’ils aient rencontré prétendument dans l’enceinte du siège de la Dc les deux filles à base du complot. En d’autres termes, sans que personne n’ait porté plainte, les hommes de Kanyama auraient comme par hasard fait une descente en force de 40 éléments armés pour « surprendre » la présence de deux filles à l’extérieur des locaux de la DC et cela étant un élément constitutif de viol dans le chef du président du parti au détriment duquel ils s’apprêtaient, par la suite , à détruire le siège légal et effectuer une perquisition sans mandat. L’outrecuidance du Colonel Kanyama est arrivée au point de vider les bureaux de la Dc de son contenu, casser les portes des bureaux et placer des cadenas à toutes les portes.

5. Le matin du 27/06/2012, les curés de la cathédrale Notre Dame du Congo a reçu lui aussi la visite de policiers du Colonel Kanyama, qui l’ont menacé lui intimant de ne pas permettre la tenue de la manifestations de la MPP dans l’enceinte de la Cathédrale Notre Dame du Congo.

Le président Diomi Ndongala ayant appris par des militants que le policiers apostés près de Notre Dame du Congo étaient dispersés par la police et que l’abbé avait été menacé, a décidé de se rendre de personne sur place pour voir s’il était encore possible de tenir la manifestation de la MPP qu’il organisait depuis longtemps: depuis lors, on a perdu ses traces au point qu’on craint qu’il ait été enlevé par les services de sécurité du régime Kabila.

Depuis ce matin, une véritable campagne de lynchage médiatique est orchestrée par les organes de presse kabilistes pour salir l’honorabilité du Président Diomi Ndongala qui ne se reproche absolument rien du tout, à part le fait d’être l’initiateur de la MPP, famille politique du président Elu, S.E. Etienne Tshisekedi wa Mulumba ».

Le même journal L’Avenir nous informe que le ministre des Finances publiques Matata Ponyo vient d’annoncer l’adhésion de la République démocratique du Congo à l’Ohada. Il est souligné dans cet article que les instruments de gestion relatifs à cette adhésion seront déposés dans les tout prochains jours au siège de cette organisation à Dakar.
« Révolution de la modernité dans les Télécoms : Kin-Kiey Mulumba lance la vente de la licence G3 » note La Prospérité.
Les opérateurs de la téléphonie mobile ont été informés de l’effectivité de cette opération, le mardi 26 juin dernier, au cours d’une réunion avec le ministre Kin-Kiey,. 15 millions de dollars américains, c’est le prix de revient de cette licence.

Il faut enfin citer deux dépêches ACP :

« Rdc-Australie : pour le renforcement de la coopération bilatérale ». Cette coopération, dit ACP , a été évoquée, mardi, entre le vice-ministre des Affaires étrangères, Célestin Tunda ya Kasende, et l’envoyé spécial du gouvernement australien, William Fisher.

En économie, l’ACP nous fait savoir par ailleurs qu’un délai de 30 jours vient d’être accordé aux étrangers pour abandonner le petit commerce. Cette mesure publié à travers un communiqué du ministère de l’Economie nationale et du Commerce est conforme aux dispositions de l’article 5 du Décret loi N° 0011/37 du 11 octobre 2011.

© CongoForum, le jeudi 28 juin 2012

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22