23/08/12/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI

(CongoForum)

Les sujets ne varient guère, même s’ils évoluent. Ainsi, le message du Cardinal Monsengwo à la jeunesse de son diocèse contre la balkanisation de la Rdc ou les commentaires sur le voyage de Didier Reynders se rattachent au grand sujet de la guerre à l’Est. Les nouvelles concernant le procès Chebeya et certains propos du Ministre belge sur la démocratie se rattachent à la question toujours pendante de François Hollande et de la Francophonie. A cela s’ajoutent, parmi les sujets dominants de l’actualité en ce jeudi 23 août la bancarisation de la paie des fonctionnaires et la fièvre du virus Ebola qui sévit dans le district du Bas-Uélé dans la Province Orientale.

Procès Chebeya et Francophonie

Le Potentiel titre « Procès Chebeya : le détenu Daniel Mukalay sollicite la mise en liberté provisoire».
Accusé d’avoir participé à l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, le colonel Daniel Mukalay clame son innocence et réclame sa mise en liberté provisoire pour les grands services rendus à la nation, écrit Le Potentiel. Relatant l’audience du mardi 21 août, le journal rapporte que pour sa défense, le colonel prévenu a tenu le même langage que ses avocats. Il a fait remarquer à la Haute cour que lorsque le ministère public avait fait venir le général Unyon au premier degré; ce dernier avait déclaré qu’il entretenait des relations d’inimitié avec son adjoint le colonel Mukalay. Le Colonel Mukalay a rappelé que le directeur des renseignements, avait pourtant dit non, lorsqu’on lui avait demandé s’il pouvait faire partie d’une association de malfaiteurs.
Concernant sa requête de mise en liberté provisoire, le colonel Daniel Mukalay a déclaré qu’il a été arrêté sur base de rumeurs, et qu’il avait dit au premier juge qu’il était victime de sa bonne foi. Cela, pour la simple raison que c’est Chebeya qui lui avait demandé le service de lui ménager une rencontre avec le général John Numbi, explique le Colonel Mukalay dont les propos ont été repris dans Le Potentiel.
(Le colonel n’est pas bête ! Puisque toute la tactique de la Cour, visiblement chargée de faire du procès en appel la photocopie de celui de première instance, consiste à écarter des faits nouveaux comme le témoignage de Mwilambwe comme étant « des rumeurs », pourquoi ne pas étendre le principe à tous les témoignages ? NdlR)

En dehors du procès comme tel, l’affaire Chebeya est un élément de la question du XIVe Sommet de la Francophonie, qui doit se tenir à Kinshasa en octobre prochain. Un bien mauvais endroit et un très mauvais moment pour le président François Hollande, qui hésite encore à se rendre en République démocratique du Congo (RDC). Paris a demandé des gages à Kinshasa sur le dossier des élections « frauduleuses » de 2011 et le procès Chebeya. Il semble peu probable que les autorités congolaises fassent la moindre concession. En se rendant à Kinshasa, François Hollande sera perdant sur tous les tableaux.

Afrikarabia résume ainsi la situation : « L’assassinat de ce célèbre militant des droits de l’homme en juin 2010 avait profondément choqué l’opinion internationale. L’enjeu principal de l’appel consiste à remonter à John Numbi, le « commanditaire » présumé du meurtre. Chef de la police congolaise à l’époque, Numbi était aussi le monsieur sécurité du président Kabila. Mis « au vert » par Kabila lui-même, les parties civiles demandent sa comparution devant le tribunal… en vain. Paris souhaitait également dans ce dossier que la justice puisse faire son travail. Mais il y a peu de chance de retrouver John Numbi dans le box des prévenus. Il y a déjà eu une tentative d’arrestation (peu médiatisée) de Numbi à la mi-juillet 2012 à Lubumbashi, au Katanga. L’ancien chef de la Police a été brièvement interpelé pendant deux jours, puis relâché après « une longue discussion avec Joseph Kabila ». Comme Mulunda, il semble donc peu probable que le président congolais laisse tomber Numbi après l’épisode de la tentative d’arrestation ».
Le second point de friction, c’est évidemment la fraude électorale. Les élections du 28/11/11 ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli.

Afrikarabia poursuit : « Selon des observateurs de la région, François Hollande sera « perdant-perdant » en rendant à Kinshasa. Selon un spécialiste, « le président français risque de perdre sur tous les tableaux : sur les concessions qu’il n’obtiendra pas, sur le dossier rwandais et enfin (peut-être le plus important) sur ses propres principes (démocratie, bonne gouvernance, droits de l’homme… ) ». Faire le Sommet de la Francophonie à Kinshasa, c’est « récompenser les mauvais élèves au détriment des bons ». Toujours selon ce spécialiste, « d’autres pays auraient d’ailleurs pu accueillir le Sommet de la Francophonie : le Sénégal, où les élections se sont déroulées convenablement ou encore en Tunisie, où il faut au contraire appuyer une transition politique. La solution aurait pu être de délocaliser le Sommet comme pendant la crise de Madagascar en 2010″ (le Sommet s’était tenu en Suisse, ndlr).
La diplomatie ayant horreur de la « chaise vide », le boycott du Sommet de la Francophonie semble exclu par le président français, « personne ne comprendrait » aurait-on dit à l’Elysée. Reste la délocalisation ou le discours « musclé » sur la démocratie et les droits de l’homme. La première solution serait sûrement la bonne, mais un peu tardive, la seconde risque de placer François Hollande devant ses propres contradictions : vouloir donner une « leçon à l’Afrique », comme un certain Nicolas Sarkozy à Dakar en juillet 2007 ».

Est

« Le Cardinal Monsengwo met la jeunesse en garde », titre Le Potentiel. Dans une tournée pastorale à travers l’Archevêché de Kinshasa, le Cardinal Laurent Mosengwo Pasyna a durant 3 jours, invité les jeunes à faire échec au complot visant la balkanisation de la Rdc.
Cette rencontre de l’Archevêque de Kinshasa et la jeunesse rentre dans la droite ligne de la Conférence épiscopale nationale de la Rdc (Cenco) de mener un certain nombre des actions pour dire « non » à la Balkanisation et au pillage des ressources du pays, explique ce journal.

De son côté, L’Avenir remarque que c’est : « le statuquo dans l’Est de la République ».
Il dit observer le statu quo sur la ligne de front depuis un certain temps. Les troupes de la Monusco et celles des FARDC sont déployées autour de Goma pour empêcher toute incursion d’éléments du M23 et de protéger la ville ainsi que ses habitants.
L’Avenir se demande combien de temps cette situation va perdurer alors que le M23 s’est doté d’un gouvernement. Une façon pour Paul Kagame ainsi que tous ses relais en RD Congo de fouler aux pieds les dernières conclusions de la réunion des ministres de la Défense de la Conférence internationale pour la Région des Grands Lacs (CIGRL), estime ce quotidien. Le journal rapporte que le redéploiement tactique des FARDC au Nord-Kivu a créé un vide sécuritaire à travers la province. Cela aurait conséquemment favorisé la recrudescence des activités des FDLR et des Maï-Maï Raia Mutomboki dans les territoires de Kahele, Walungu, Mwenga, shabunda et Fizi dans la province du Sud-Kivu.

Dans un autre titre, L’Avenir annonce que les FARDC ont lancé une opération de recherche dans les alentours du chef-lieu du Kasaï-Occidental pour retrouver le Colonel John Tshibangu, celui qui a fait défection pour une destination inconnue.

L’Observateur titre : « La société civile du Nord-Kivu accuse : plus de 250 écoles pillées ou incendiées par le M23 ».
Les faits se sont déroulés lors des combats livrés depuis le mois de mai par le M23 contre l’armée régulière, précise le journal qui cite des sources de la société civile. Selon elle, d’autres écoles sont encore occupées par des déplacés. L’Observateur reprend les attentes de la société civile du Nord-Kivu. Elle demande au Gouvernement de réhabiliter les écoles concernées et de trouver d’autres lieux d’hébergement pour les déplacés, sinon la rentrée scolaire devra être reportée au Nord-Kivu.

Le Phare titre «Recrutement dans l’armée : erreurs interdites ».
«Nos compatriotes viennent d’apprendre avec joie et apaisement que l’état major- général des Forces armées de la Rdc (Fardc) se trouve depuis le début de ce mois, dans une vaste campagne de recrutement des jeunes de 18 à 25 ans à travers le pays ».
Ce journal ajoute : «Même si la hiérarchie militaire soutient que cette opération n’a pas de lien direct avec la guerre nous imposée à l’Est, l’on ne peut s’empêcher d’y voir en filigrane les leçons tirées de cette page noire de notre histoire ».
Pour Le Phare, «Le recrutement en cours devrait tenir compte des moyens financiers mobilisables par le Trésor public dans le but de doter le pays d’une armée digne de nom. Les espoirs sont permis pour les générations futures si le clientélisme politique ne se mêle pas dans la nouvelle volonté de réforme de l’armée nationale ».

Toujours en rapport avec la guerre, Le Phare titre encore : « Kivu : la guerre dont seuls les paysans ne profitent pas ». Que se passe-t-il au Kivu où la guerre a été relancée par le M 23 ?
Sauf les paysans, tous y trouvent intérêt, dénonce un connaisseur du terrain, écrit Le Phare qui reprend un article au journal belge La Libre. (http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=3&newsid=188551&Actualiteit=selected pour lire l’article original en entier)
Il poursuit : « La Rébellion peut donc exister, enrichir de nombreux acteurs dont les officiers des Fardc, les rebelles, les vendeurs d’armes et de munitions, conforter la présence es Ong humanitaires et de la Monusco, appauvrir et menacer la vie des centaines de milliers de Congolais, tant que la ville de Goma et son aéroport restent sous contrôle gouvernementale et reste accessible à l’ensemble des acteurs-y compris les dirigeants rebelles du M 23 qui y séjournent sans problème aucun ».
(On peut fort bien ne pas partager toutes les pinions émises par cet article à propos des différents intervenants sur le terrain. Son intérêt est de mettre en évidence que la guerre n’est pas un épisode momentané, mais au contraire une méthode d’exploitation durable et que, tout autant que l’agresseur rwandais et des intérêts financiers occidentaux lointains, des fractions importantes de la bourgeoisie congolaise portent de lourdes responsabilités dans cette situation. NdlR)

Le Ministre Reynders (cruellement qualifié encore « de Liège » alors qu’il voudrait tant être « d’Uccle » où il y a plus de riches à l’oreille de qui chuchoter…) s’est fait remonter les bretelles sur Internet, non par des Congolais mais par une internaute belge, pour avoir décrit sa mission sur son propre blog en disant que « La mutinerie du groupe M23 dans l’armée congolaise a causé le déplacement de plus de 220.000 personnes ». http://www.didierreynders.be/2012/08/18/mission-au-congo-et-au-rwanda-pour-un-apaisement-rapide-de-la-situation-au-nord-kivu/
Et de commenter « Un Ministre des Affaires étrangères qui fait cette déclaration sur son blog le 18 août 2012 est soit incapable, soit compromis. Dans les deux cas de figure, la sanction est la-même : démission ».
(Il faut quand même nuancer un brin : il est exact que beaucoup de soldats du M23 sont Rwandais. Il suffit de lire les noms des « responsables politiques » publiés hier pour voir aussi que les Ougandais ne sont pas absents. Il reste qu’ils étaient bien « dans l’armée congolaise ». Et ce n’est pas on plus Didier Reynders qui a inventé de ne jamais parler du Rwanda que pour « son soutien à la rébellion », non pour une agression directe. Il n’a fait qu’imiter ses homologues congolais ! NdlR)

Le Potentiel titre sur le « virus d’Ebola en Province Orientale avec: 15 cas cumulés dont 10 décès ».
Le journal rend public ce qui ressort de la dernière réunion du comité de crise qui s’est tenue à Kisangani sous la présidence du ministre provincial de la Santé. Un total de 15 cas cumulés avec des signes hémorragiques dont 10 décès a été rapporté le 20 août 2012 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soit un taux de mortalité de plus de 60%. L’épidémie de fièvre hémorragique d’Ebola dans cette province, déclarée par le ministre de la Santé publique, prend de plus de plus de l’ampleur. « Elle s’étend sur les zones de santé de Pawa et de Viadana dans le district du Bas-Uelé », précise ce journal.

L’Avenir titre, au sujet de cette dangereuse maladie: « Pour renforcer la lutte contre l’épidémie d’Ebola, le Ministre de la Santé Publique et le Représentant de l’OMS en RDC attendus à Isiro ». Ils sont attendus ce jeudi 23 août pour une mission d’évaluation rapide en vue de renforcer la lutte contre cette épidémie, rapporte ce journal.
«La fièvre hémorragique à virus Ebola est une maladie grave, contagieuse et très meurtrière provoquée par un virus. 60 à 90% des malades décèdent des suites de cette maladie. Il n’existe ni traitement, ni vaccin contre cette maladie. Les singes, chimpanzés, gorilles, rats et chauve-souris jouent un grand rôle dans la transmission du virus à l’homme », prévient L’Avenir.

Paie des fonctionnaires

Au sujet de la paie des fonctionnaires par voie bancaire, Le Potentiel titre: «Le paiement des salaires des enseignants par voie bancaire devient effective (sic) » .
Il relève que le deuxième mois du paiement des salaires des enseignants des écoles du primaire et du secondaire par voie bancaire se passe normalement par rapport au premier mois où on observé des bousculades aux portes des banques.

Toujours à ce sujet, L’Avenir titre : « Le Gouvernement bénéficie d’un reliquat de 1,6 milliards des Francs congolais ».
Il rapporte que « Le gouvernement reste déterminé à réussir le processus de la paie par voie bancaire des agents et cadres de l’Administration publique. Le constat fait sur terrain démontre l’engagement du gouvernement à améliorer la situation des fonctionnaires de l’Etat ».

L’Avenir revient sur le sujet dans un autre article, sous le titre : «Après les enseignants et les fonctionnaires, cap vers la Police et l’Armée ».
Il estime que le reliquat permettra soit de réajuster tant soit peu la rémunération des agents de fonctionnaires de l’Etat, et pourquoi pas d’affecter ces ressources à d’autres secteurs prioritaires.

La Prospérité titre : « Matata à la recherche des maffieux ! ».
« Longtemps cachés derrière de longs listings de paie, les agents et fonctionnaires moulés dans la philosophie du vol et détournement des deniers publics seront bientôt traqués », note ce journal. Des noms fictifs, des listes gonflées ainsi que des chiffres tripatouillés, des procédés utilisés jusqu’ici, pour affaisser l’Etat, en le vidant de l’essentiel de ses ressources, grâce à l’intrusion dans la chaîne de gestion de la paie, des brebis galeuses, dénonce ce journal. Ainsi, La Prospérité revient sur l’annonce d’un futur audit par le vice-premier ministre chargé du Budget, Daniel Mukoko Samba. « En effet, 1,3 milliard de Francs Congolais a été sauvée de ces griffes aiguisées des fonctionnaires et agents payeurs impénitents après un mois de bancarisation. L’audit pourra de démanteler tous les réseaux visibles et invisibles », selon le ministre, paraphrasé par La Prosperità.

© CongoForum, le jeudi 23 août 2012

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22