Entretien avec ASFCO

27 août 2012

Au fil des jours

Ce lundi 27 aout 2012 à 16h.00 via Skype

Kakaluigi: Nous venons de nous entretenir avec Asfco et changer nos réflexions sur la situation qui prévaut en RDC en ces jours, surtout dans l’Est du pays où des rumeurs de guerre semblent se faire entendre. Et alors je lui demande quels sont les nouvelle du coté social et politique, en général, mais en particulier celles de la guerre?

Asfco: Je vous en remercie pour cette question. Je vous réponds par étape et je commence en abordant le coté social : car c’est la rentrée scolaire qui préoccupe plus d’un et plus d’autre chose en ce moment où nos enfants s’apprêtent à revenir sur les chemins de nos écoles, soient en ville, comme aussi dans nos campagnes.

Kakaluigi: Ces enfant auront besoin de pas mal de choses, et en plus l’Etat n’a rien fait pour pouvoir épargner les parents à payer les primes et les autres taxes scolaires. Mais combien cette rentrée coutera aux familles?

Asfco: Comme les années passées, les mêmes problèmes reviennent et ne trouvent pas de solutions pour l’éducation des enfants et de la jeunesse dans notre pays le Congo. On ne sait quoi faire pour réveiller l’état sur la problématique scolaire. Oh, elle coute très cher. Les fournitures scolaires coutent aussi chers que les uniformes avec le système adopté par plusieurs écoles de faire vendre elles-mêmes les uniformes à leurs élèves incluant ainsi les couts du tissus et de la couture, et les prix varient selon les écoles. Il y a tout un marché autour de cela, que personne ne peut ni vérifier, ni contrôler. Ces écoles obligent aussi le payement anticipé de la prime; en prenant le dernier montant payé au dernier trimestre de l’année passée comme référence. Donc c’est la même scène qui se répète tous les ans depuis de décennies maintenant… et entre temps le niveau d’éducation en pâtit considérablement avec ce système…la gratuité n’est qu’un vain slogan…

Kakaluigi: La rentrée scolaire c’est encore le casse-tête des parents, surtout qui non ni travail, ni aucune revenue salariale. Mais combien peut couter en argent? Donner des chiffres, surtout pour ce qui concerne la Province du Sud-Kivu, pourrait bien nous donner une référence capable d’en profiter pour lancer un message à nos politiciens de la RDC.

Asfco : En argent ça dépend d’une école à une autre. Chaque école fait de sa propre maniéré, tenant compte aussi des différents services que l’école pourrait donner aux élevés. En RDC il y a des écoles pour les riches, et des autres pour les pauvres. Ne discrimination intolérable ! Chaque école fait ses lois… même si chacune de ces école dépende de son réseau conventionné, qu’elles soient catholique, protestantes, musulmanes, kibanguistes, officielles, etc… Mais pour une école moyenne, il faut avoir à disposition pour chaque enfant une somme entre 50 et 80$ USA. Pour des grandes écoles où l’avance de la prime exigée revient à un minimum de 120- 150$ USA . Ca peut donc aller au-delà. Si je prends le cas d’une fille des Ecoles Primaires au lycée Wima, l’avance exigée est de 45$, uniforme (jupe + blouse) à 25$, ketchs (1paire) 10$, sac au dos 5$, tenue gymnastique 15$,…Faites un peu la somme et vous allez voir… il s’agit là 100 USD tout court. Et avec le climat de Bukavu, on est obligé de payer deux ou trois paires de souliers, deux ou trois ensemble d’uniforme et pas moins d’un sac au dos…si non, l’enfant une fois mouillé risque de rater les cours le lendemain. C’est donc très dur…

Kakaluigi: C’est vraiment triste. Après toute les batailles syndicalistes et les journées de grevé, rien à pu pousser le gouvernement à prendre des mesures. Comment un papa sans travail peut faire tout cela pour tous ses enfants? Il doit s’endetter, mais quand payera ses dettes ? Et le Gouvernement dort, n’intervient pas pour soulager un peu les familles. Les enfants ont un droit inaliénable à l’éducation et à la formation scolaire. Et alors je dois dire à nos politiciens, de partout dans le monde entier, de grâce ne dites plus dans vos discours que la jeunesse est l’avenir du pays, si vous-mêmes ne vous donnez pas la peine de trouver tous les moyens pour son éducation et sa formation scolaire. Probablement il faut penser à quelque chose d’autre pour que le gouvernement puisse se rendre compte de la situation et puisse intervenir en toute urgence. Mais quoi?

Asfco : Vraiment, il le faut…Mais quoi? Le printemps arabe peut être… mais mes frères et sœurs congolais seraient capables de faire cela ?

Kakaluigi: Et pourquoi non plus une saison des pluies du Congo. Et ne sont pas les parents à prendre en main la situation? Ne sont pas les parents à s’impliquer davantage… sans crainte aucune. Je ne sais pas pourquoi l’Eglise catholique de la RDC, malgré toutes ses prises de position et ses documents, continue à accepter cette injustice vis-à-vis de la jeunesse.

Asfco: Mais quelle Eglise? Beaucoup de gens ne croient plus à l’Eglise, ou mieux à ce type d’Eglise qui se voit présente au Congo, à Bukavu, au Sud Kivu. A nos yeux de laïcs catholiques elle est toute infiltrée et dominée par la recherche du lucre…divisée sur plusieurs points.

Kakaluigi. Merci. C’est un problème capital que toute la société congolaise doit résoudre avec urgence, mais aussi avec une grande compétence, loin de tout intérêt. En ces jours nous avons lu que ce nouveau mouvement politique le M23 est en train de recruter jeunes de tout âge pour les enrôler moyennant la somme de 150USD. Du coté politique qu’elle est la situation actuelle ?

Asfco : Du côté politique c’est un peu calme, Ici au Sud Kivu. Il y a des rumeurs, mais les armes semblent être encore loin de nous, même si nous partageons des frontières avec le Rwanda et le Burundi. Il y a seulement une vague de députés nationaux qui viennent en vacances parlementaires. Contrairement à la législature passée où ils ne venaient presque pas, pour ces premières vacances ils sont déjà une vingtaines qui sont rentrés…on dirait qu’ils ont tirés les leçons de leurs prédécesseurs qui avaient boycotté le peuple et ont été sanctionnés par les électeurs.
Du côté sécurité, dans la ville c’est un peu calme ces jours. A l’intérieur de la province on reporte des accrochages entre FARDC et raimutomboki du côté de Kalehe (hauts plateaux de Kalehe)
A Bukavu, mis à part les cas d’attaques nocturnes, c’est un peu calme dans la population, mais jusqu’à quand. Nous sommes très préoccupés
Mais revenons sur la rentrée scolaire. Pas tous les enfants ne peuvent se permettre de se payer l’école. Il faut voir comment certains s’y rendent, presque nus…et si on est mouillé, on sèche les habits et ketch au feu du brasero. C’est dur et triste !

Kakaluigi : Merci pour votre franchise. C’est l’espoir de lendemains meilleurs qui nous pousse à dénoncer et à inviter les gens à bien réfléchir. Le pays est tous. A la prochaine.

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22