31/08/12/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE VENDREDI

(CongoForum)

Ce jour appartient à la catégorie la plus désagréable pour ceux qui ont été assez fous pour accepter de se charger d’une revue de la presse : la journée où l’on y cherche en vain un ou des thèmes dominants. L’on parle encore des événements de la semaine qui s’achève et qui a été marquée par les séances de la Commission des Sanctions de l’Onu sur la Guerre de l’Est et la décision de F. Hollande concernant le Sommet de la Francophonie. On s’aperçoit soudain que le mois de Septembre, c’est demain et que peut-être il y aura des problèmes à la Rentrée de Classes. Il ne faut pas oublier non plus la question toujours pendante de la légitimité d’un pouvoir mal élu qui pousse le gouvernement à insister sur ses activités pour renforcer le « coup d’Etat du fait accompli »

Gouvernement

Les élections du 28/11/11 ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli. Il est donc essentiel d’insister sur le fait que le gouvernement gouverne et que la machine tourne.

Nul doute que c’est ce souci qui a poussé la Primature a expliquer « ce qu’a été la réunion du groupe thématique « secteurs productifs » présidée par Matata Ponyo » ( Nous reprenons e texte à Digitalcongo).
« Communiqué de presse de la réunion du Groupe thématique « secteurs productifs »
Il s’est tenu ce lundi 27 août 2012, à l’Hôtel du Gouvernement à 11 heures, la réunion du groupe thématique « secteurs productifs ». Ce groupe constitué de 14 ministres, est présidé par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Plus spécifiquement, cette instance rassemble les ministres ayant les secteurs liés directement ou indirectement aux activités productives. Elle vise notamment, à se focaliser sur l’augmentation des biens et services pour améliorer le vécu quotidien de la population à brève échéance. La réunion de ce lundi 27 août a porté sur les points ci-après :
La relance des groupes thématiques sur le Document de Stratégie pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSCRP 2);
La conversion des anciens titres forestiers en contrats de concession ;
La lutte contre l’exploitation frauduleuse du bois et le braconnage ;
Dossier d’acquisition de 300 bus neufs de transport en commun ;
Accompagnement des transporteurs en communs détenteurs de bus d’occasion.

Les décisions suivantes ont été prises :
Les présidents des groupes thématiques sur le Document de Stratégie pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSCRP 2) sont tenus de clôturer les travaux au plus tard le 10 septembre 2012 afin de permettre au Gouvernement de prendre des décisions qui s’imposent;
Le ministre du Plan devra soumettre un projet de réduction du nombre de groupes thématiques (actuellement 20) et un rapport pour formaliser leur fonctionnement afin d’assurer leur efficacité ;
Le ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme a été chargé d’assainir les mœurs dans l’exploitation du bois en impliquant aussi bien les Gouverneurs de province que les autres acteurs et un rapport circonstancié sera présenté lors de la prochaine réunion de ce lundi 4 septembre ;
Le ministre des Transports et voies de communication a été chargé d’étudier un nouveau dossier d’acquisition de 300 bus de transport en commun à livraison plus courte par rapport à la première commande de 200 bus Mercedes, et de remettre en état de fonctionnement, dans les meilleurs délais, le transport ferroviaire sur les différents axes urbains de Kinshasa ;
Une commission est mise en place pour étudier les mécanismes d’accompagnement que le ministère des transports et voies de communication devra mettre en œuvre pour encadrer les détenteurs des bus et minibus de transport en commun.
L’objectif étant d’améliorer la couverture du transport en commun dans la ville avant que des structures pérennes ne soient opérationnelles. Il sera prévu un fonds spécial de soutien au financement des bus en faveur desdits propriétaires.

En plus de ces points, d’autres aspects informationnels ont été abordés, à savoir :
Le point sur les travaux portant interdiction de la production, la commercialisation et l’utilisation des sachets non biodégradables ;
L’imminence de la signature du contrat de concession entre la société américaine Global ITC et le Gouvernement pour la relance de la société SOSIDER ;
Le rapport sur l’état d’avancement des travaux de la campagne agricole : à la date d’aujourd’hui, plus de 15 millions de dollars sont déjà disponibles dans un compte spécial pour financer l’achat et la distribution des semences, l’achat de petits outillages aratoires, la réhabilitation des certaines infrastructures de transport, notamment, celles de l’hinterland de Kinshasa, etc. Un rapport d’étape sera transmis ce lundi lors de la prochaine réunion du groupe.
Commencée à 11 heures, la réunion a pris fin à 12h33 ».
(On serait impressionné, s’il n’y avait la dernière phrase ! Si l’on tient compte de ce qu’une réunion entre Congolais passe au minimum la moitié du temps à des phrases creuses et à des politesses sans fin, quel véritable travail a pu être accompli pendant ces 93 minutes ? NdlR)

L’Avenir titre « Matata Ponyo lance le reboisement du boulevard du 30 juin ». Tout juste après avoir accordé une audience aux hommes d’affaires chinois, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a lancé le reboisement du boulevard du 30 juin et la pose des poubelles de rue. L’idéal est de rendre la ville très propre, nous dit ce journal.

La Prospérité titre à la Une: «dégradation de la qualité des services : Kin-Kiey rappelle à l’ordre Tigo, Vodacom, Airtel, CCT & consorts!»
Tryphon Kin-Kiey Mulumba est sorti de toutes ses réserves, pour taper du poing sur la table face à la dégradation sérieuse de la qualité des services rendus, par les entreprises de téléphonie cellulaire mobile, à la population congolaise. Dans une lettre, Kin-Kiey les rappelle à l’ordre et leur brandit, en même temps, la menace des sanctions, indique le quotidien.Le ministre signale particulièrement à l’attention des directeurs généraux de toutes ces sociétés des télécommunications opérant en RDC, qu’en raison de toutes ces perturbations au détriment des usagers, leurs services ne correspondent pas à la «publicité tapageuse distillée à travers les médias et qui paraît, de ce fait, mensongère et abusive», souligne le journal. Et pourtant, ces entreprises sont soumises au devoir de performance et de qualité, conformément aux lois édictées par le régulateur, rappelle le journal. Tout en les mettant en garde contre toute pratique commerciale qui consiste à placer le bon et mauvais service au même tarif, Kin-Kiey exige, enfin, que la qualité de leurs services soit rétablie endéans une semaine.

ONU

Jeune Afrique parle d’une « offensive diplomatique » de la RDC.

Augustin Matata Ponyo, le Premier ministre congolais, se rendra au cours de la première quinzaine de septembre à Paris, Bruxelles, Berlin, Genève et Londres. Il souhaite notamment obtenir des soutiens pour résoudre la crise qui secoue l’est de son pays.
Pour sa première sortie à l’étranger, Augustin Matata Ponyo, le Premier ministre congolais, se rendra au cours de la première quinzaine de septembre à Paris, Bruxelles, Berlin, Genève et Londres. Dans la capitale française, où il compte rencontrer le président François Hollande, il devrait s’entretenir avec ses interlocuteurs des préparatifs du prochain sommet de la Francophonie, prévu en octobre à Kinshasa. Il sera aussi question, comme d’ailleurs dans les autres capitales, des grandes orientations du gouvernement qu’il dirige depuis le mois d’avril, mais également du soutien qu’il souhaite obtenir pour résoudre la crise qui secoue l’est de son pays. Le différend congolo-rwandais sera en effet abordé lors de la prochaine Assemblée générale des Nations unies, au cours de la seconde quinzaine de septembre.

Les dépêches de Brazzaville annoncent « Conseil de sécurité : la défense du Rwanda jugée peu convaincante ».
Le Congolais Raymond Tshibanda et la Rwandaise Louise Mushikiwabo ont été entendus ce 29 août à la réunion du comité des sanctions de l’organe des Nations Unies à New York. La nouvelle offensive diplomatique de la République démocratique du Congo (RDC) en vue d’obtenir les sanctions de l’ONU contre les personnes impliquées dans le soutien accordé au M23 a fait face à une contre-offensive du gouvernement rwandais, désigné comme le principal instigateur de la déstabilisation du voisin congolais. Tour à tour le ministre congolais des Affaires étrangères et son homologue rwandais ont pris la parole pour donner leurs versions des faits. La veille, certains diplomates avaient jugé peu convaincant l’argumentaire d’un conseiller du président rwandais, Paul Kagame, pour dissiper les accusations portées contre son pays.
Le ministre Raymond Tshibanda n’a cessé de réclamer des sanctions contre plusieurs dignitaires du régime Kagame, en s’appuyant notamment sur le rapport du groupe d’experts des Nations unies et d’autres preuves réunies par le gouvernement congolais. Il peut également compter sur le soutien dudit groupe d’experts dont le rapport a déjà permis le gel de plusieurs aides destinées au Rwanda. De la nature des sanctions dépendra la stabilisation de la partie orientale de la RDC. L’on s’attend également, du côté congolais, à la prise d’une résolution renforçant le mandat de la Monusco pour lui permettre de mettre hors d’état de nuire le M23 et d’autres milices dans l’est du pays.
En juillet, la réplique du gouvernement rwandais au rapport des experts de l’ONU avait été balayée du revers de la main par le gouvernement congolais. Par ailleurs, cette réplique n’avait pas empêché les États-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne de prendre certaines mesures contre le Rwanda. Le réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) leur a emboîté le pas en appelant l’Union européenne et ses États membres à geler toute aide budgétaire au Rwanda et à limiter leurs interventions à des appuis programmes.

L’Observateur titre «Guerre à l’Est: le Rwanda non convaincant à New York».
Il relate la réunion où le Conseil de sécurité a entendu les trois parties concernées par le rapport de l’Onu sur le conflit dans l’Est de la RDC ; à savoir la RDC, le Rwanda et les experts qui l’ont rédigé. Selon le journal, un conseiller du président rwandais, Paul Kagame, a tenté par tous les moyens de blanchir son pays par rapport aux accusations des experts. Il a notamment soutenu que le camp militaire pointé par les experts et censé abriter les rebelles du M23 près de l’aéroport de Kigali, n’est pas adapté à des entraînements et que les munitions trouvées dans l’arsenal du M23 ne sont pas du même type que celles utilisées par l’Armée patriotique rwandaise.
Le quotidien rapporte que le Rwanda n’a pas convaincu le Conseil de sécurité. Les experts de l’Onu ont qualifié ces arguments de ” fragiles “. Dans la salle même, plusieurs représentants des pays membres du Conseil de sécurité, permanents et non permanents, ont jugé la défense du Rwanda peu crédible. Au regard de l’implication fâcheuse de Kigali dans la guerre de l’Est de la RDC, le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, a demandé au Conseil de sanctionner le gouvernement rwandais, note le journal.
L’Observateur reprend aussi le point de vue exprimé par la ministre des Affaires étrangères du Rwanda. Elle a accusé le chef des experts, l’Américain Steve Hege, de « mener une vendetta» contre son pays, avant de dénoncer la décision de plusieurs pays de suspendre leur aide à Kigali.
(Mme Mushikiwabo se heurte à un obstacle de taille : le calendrier. Ce que le Rwanda reproche aujourd’hui à Steve Hege c’est de ne pas avoir diabolisé les FDLR dans un article de février 2009. Mais il ne s’est pas opposé à sa nomination en 2010 et ne commence à faire du bruit à son sujet qu’en 2012. Autrement dit, l’article de 2009 n’est devenu « scandaleux » que quand le nom de Steve Hege, coordinateur du groupe d’experts de l’ONU a été associé au rapport dénonçant le Rwanda ! Voir http://www.congoforum.be/fr/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=188722&Actualiteit=selected pour plus de détails NdlR)
Après les auditions des trois parties, les membres du Conseil de sécurité ont soutenu les conclusions des experts. A huit-clos, ils ont adressé un message musclé à Kigali, lui demandant de cesser tout soutien aux rebelles du M23 et de respecter la souveraineté de la RDC, conclut L’Observateur.

Le Potentiel titre: «Les parrains de Kigali dos au mur»
L’oral passé devant le Comité des sanctions des Nations unies par la délégation rwandaise n’a convaincu personne. Face à des preuves indémontables, la ruse de Kigali n’a pas trouvé preneur, souligne le journal. Les parrains viennent de prendre la mesure des égarements du régime Kagame. Face à ces évidences, les USA et la Grande-Bretagne sont soumis à une épreuve de choix entre un soutien aveugle aux conséquences humanitaires dramatiques et des sanctions plus coercitives contre Kigali, indique Le Potentiel.
Le quotidien évoque un retournement de la situation. Par le passé, il aurait suffit que le Rwanda embouche la trompette du génocide pour que les éternels parrains se montrent insensibles aux justifications venant d’ailleurs. Il se faisait même que la partie congolaise soit privée de tribune après tout passage des émissaires de Kigali.
Dépourvu de moyens de défense devant un auditoire presque acquis à la cause de Kigali, il était apparu que la cause congolaise ne pouvait trouver un écho favorable. Plus de dix années passées, les parrains du Rwanda sont revenus à la raison. Le génocide, fonds de commerce maintes fois présenté, ne fait plus recette au sein de la communauté internationale. Les parrains de Kigali ont maintenant compris que cette ruse servait les intérêts d’une bande d’affairistes déterminées à se servir des richesses congolaises au détriment de la paix et de la cohabitation pacifique entre les deux peuples, estime Le Potentiel.

Est

L’Avenir titre « Pendant que l’on note une accalmie sur la ligne de front : Masisi dans les projecteurs du M23 ».
D’après lui, le M23 se prépare à lancer une attaque d’envergure sur Masisi, Goma, Bukavu, Uvira, Kisangani et plus tard la ville de Kinshasa. La décision a été prise à Bunagana le mardi 28 août 2012 vers 11 heures, précise le journal. Pour y arriver, 3.000 jeunes ont été recrutés et formés par un certain Séraphin Mirindi.

« Une délégation de chefs des confessions religieuses de la Rdc en route pour New York » rappelle l’ACP.
Cette importante délégation conduite par le président de l’Eglise du Christ au Congo (Ecc), a quitté Kinshasa mardi pour le siège de l’Onu, à New York. Elle est porteuse d’une pétition contre la balkanisation de la Rdc auprès de l’Onu.

En ce moment où il semble que les combats vont reprendre, France24 pose une question cruciale : « Intégrer l’armée congolaise : « fierté » ou « désolation » ? »

« Soucieuse, dit-elle, de rajeunir ses troupes, l’armée congolaise a lancé début août une vaste opération de recrutement de jeunes à travers toute la République démocratique du Congo. L’enregistrement des volontaires est en cours à Goma, la capitale du Nord-Kivu (est). Dans une région ravagée par la guerre, deux Observateurs expliquent leur choix de se porter, ou non, candidat.

Une centaine de jeunes se sont présentés, mardi 28 août, devant les officiers chargés du recrutement à Goma. Au cours de cette phase d’enregistrement, les volontaires âgés de 18 à 25 ans doivent d’abord prouver leur identité puis passer une série d’examens médicaux pour déterminer leur aptitude à effectuer un service militaire. Des tests physiques, ultime étape du processus, sont prévus vendredi, après quoi les jeunes sauront s’ils partiront en formation pour six mois.

L’état-major des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a assuré que cette opération n’était pas liée à la guerre menée à l’est du pays contre les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) mais à une volonté de rajeunir ses rangs. Si la hiérarchie militaire a jugé utile de le préciser, c’est que l’armée régulière est depuis des années la cible de fortes critiques, exacerbées ces derniers mois par les désertions en cascade. On lui reproche son incapacité à assurer la sécurité des populations à l’est, terrorisées par des groupes armés qui, depuis quinze ans, font la loi dans cette région.

L’armée est aussi décriée pour sa manière de traiter ses soldats. Peu payés (environ 45 euros par mois, quand les salaires sont versés), ces derniers sont aussi mal nourris (les rations alimentaires sont détournées) et mal équipés (il arrive que plusieurs soldats se partagent une arme). Cette misère explique, en partie, que les militaires se soient rendus coupables à maintes reprises depuis une dizaine d’années de pillages et d’exactions et qu’ils cherchent à mettre la main sur les richesses naturelles dont regorgent les sous-sols de l’est du pays.

Les FARDC ont été constituées après la guerre de 2003 par l’intégration de plusieurs mouvements rebelles dans les troupes régulières. Mais ce processus de « brassage » et de « mixage », sur lequel misait Kinshasa pour pacifier le pays, a rapidement montré ses limites. En effet, les antagonismes entre les anciennes rébellions rivales sont restés vifs. Le M23, né en mars dernier de la défection d’anciens rebelles enrôlés en 2009, est le dernier exemple d’une stratégie de regroupement qui n’a pas fonctionné.

Au printemps, plusieurs ONG locales et internationales ont exhorté les autorités à entreprendre une réforme de l’armée, un appel réitéré le 22 août dernier par la Belgique (dont la RDC est une ancienne colonie), qui estime que seule une réorganisation des FARDC mettra fin à la guerre dans le pays »

Quelques journaux reviennent sur les enquêtes des Nations unies concernant les allégations de violations des droits de l’homme dans le Nord Kivu.

Le Potentiel titre «L’ONU enquête sur les allégations de massacres au Nord Kivu»,
«Des allégations portant sur plusieurs centaines de morts sont en train d’être vérifiées», a déclaré la Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Navi Pillay, dans un communiqué diffusé, le mercredi 29 aout, à Genève. Selon Jeune Afrique, l’Onu a ouvert des enquêtes sur ces massacres ayant fait plusieurs tués au début du mois (août) sur le territoire de Masisi, au Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo. «Des rapports préliminaires suggèrent qu’un nombre important de personnes – pour la plupart des femmes et des enfants – auraient été massacrés. La brutalité même de ces tueries dépasse l’entendement. Dans certains cas, les attaques contre des civils pourraient constituer des crimes contre l’humanité», a ajouté Navi Pillay…. «La détérioration des conditions de sécurité dans le Nord-Kivu, consécutive à la mutinerie du M23 et aux attaques impitoyables envers les civils, est extrêmement alarmante», a déclaré Roger Meece, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC. Ce dernier est cité dans un rapport de l’Onu soulignant la montée des violences depuis le début du mois d’août avec le massacre systématique de la population dans des villages du Nord-est du pays».

La Tempête des Tropiques titre «Nord Kivu : l’ONU enquête sur les allégations des massacres des civils».
«Un communiqué conjoint MONUSCO-BCNUDH, publié le mercredi 29 août, indique que certains de ces attaques auraient été menées par des miliciens du groupe Rahiya Mutomboki et des rebelles rwandais des FDLR, parfois en coalition avec le groupe armé Nyatura»

Rentrée scolaire

L’éditorial du Potentiel juge les «responsables d’écoles trop gourmands ! »
La rentrée scolaire 2012-2013 est prévue le 3 septembre, rappelle l’éditorialiste. Cette rentrée va consacrer le retour des élèves dans les salles de classe, après une période de vacances passées dans des conditions que l’on sait. Avec elle, toutes les conséquences fâcheuses contre des parents d’élèves qui ne savent pas à quel saint se vouer, plaide le quotidien. Il ne serait pas superflu de rappeler que la grogne a déjà gagné plus d’une centaine de familles et l’incertitude se lit sur tous les visages. Du moins pour les parents moins nantis, fait remarquer le journal.
En effet, le système de “prise en charge des enseignants par les parents “ a asphyxié plus d’un foyer, surtout ceux qui ont trois ou plus d’enfants à scolariser. De plus, selon Le Potentiel, certaines écoles obligent les parents à verser la totalité ou au moins la moitié des frais scolaires pour cette année solaire.

Divers

« En prévision du Sommet de la francophonie : Un assainissement de la conduite des usagers de la route s’impose » écrit L’Observateur.
Dans moins d’un mois, la ville de Kinshasa abritera les assises du 14ème sommet de la Francophonie,. Un événement comme on peut s’en rendre compte qui drainera dans la capitale congolaise un grand monde, venu de tous les horizons. « Conscient de l’importance que revêt une pareille manifestation, des dispositions à plusieurs niveaux sont, à ce propos prises en vue de réserver à nos hôtes un accueil conséquent et de ce fait soigner, en même temps notre image qui ne donne pas déjà une bonne impression à l’extérieur ».

Dans un communiqué officiel du cabinet du Président de la République publié par L’Avenir, on met en garde contre « toutes ces personnes inconnues qui prennent les risques de se présenter comme étant des proches collaborateurs du Chef de l’Etat et qui appellent au téléphone, envoient des SMS ou des mails à des personnes diverses en vue de les extorquer de l’argent en contre parties des promesses fallacieuses. Les récalcitrants seront sévèrement punis » renseigne le communiqué.

La Prospérité titre « Congrès des socialistes à Cape Town : l’Udps représente la Rdc à ces assises ».
C’est depuis hier jeudi 30 août que les socialistes du monde entier sont en congrès à Cape Town, en Afrique du Sud. Cette organisation va traiter des questions ayant trait à la politique, la diplomatie, l’économie et aux respects environnementaux de la planète. Etienne Tshisekedi de l’Udps y est représenté par M. Joseph Kapika.

Monitoring des radios et TV locales

Bunia

Radio canal révélation, RCR

1. Les victimes de l’inondation du débordement de la rivière Kisege à Kasenyi sont sans assistance a informé hier le chef de cette entité.

2. Une femme suspecté d’être contaminé du virus d’Ebola est morte hier à l’hôpital général de référence et a été enterré hier même par des infirmiers de cet hôpital. Entre temps à Isiro en district du Haut Uele il y a eu cinq nouveaux cas de cette maladie en plus de 20 précédents a informé le commissaire du district du Haut Uele.

3. Le chef de Bahema sud a déclaré hier à Bunia qu’il y a cinq nouveaux des malades de choleras à Rukwanzi et Kasenyi .

4. Les miliciens circulent librement en territoire d’Irumu et Djugu déplore le président de la société civile de l’Ituri ; jean bosco lalo a également informé que le comandant de la FARDC à Mabanga en territoire de Djugu est aux arrêts par ce qu’il n’avait pas réussi a résisté à l’assaut des miliciens de Djugu sur ses positions les semaines passées.

5. Un conflit foncier oppose le cercle sportif du territoire de Djugu et le club de football AJAS d’Iga-barrière sur la gestion du terrain de football d’Iga-barrière.

6. Les chefs des chefferies de tout l’ituri, se sont réunis hier dans la salle polyvalente de l’Ituri à Bunia pour adopter les statuts du conseil de consultation des chefs coutumiers de l’Ituri, CCCI.

7. 86 licenciés et gradué ont été lancé hier sur le marché d’emploi hier à l’issue de la ceremonie de collation des grades et la clôture officiel de l’année académique 2011-2012 à université du cepromad à Bunia .

Radio merveille de Bunia, RMB

1. Les ex-combattants et les veuves des militaires ont manifesté hier en cité de Bunia pour protester contre les faibles salaires qu’ils reçoivent allant de 800 à 1200fc le moi.

2. Le lotissement son suspendus en territoire d’Irumu et Mambasa selon le chef de ce service monsieur Masikini.

Radio télévision nationale congolaise, RTNC

1. Les honorables Autsai Asenga, Tibasima Atenyi et Adirodu sont arrivés hier à Bunia. Selon Autsai Asenga pour l’élection du prochain gouverneur de la province orientale, il faut un candidat rassembleur. L’honorable Tibasima a annoncé la réunion des tous les députés nationaux de l’Ituri en présence de la société civile de l’Ituri sur la situation sécuritaire en Ituri, il a aussi félicité le général Amuli du travail abattu par son équipe.

2. Le milicien Morgan Sadala dont le groupe opère en territoire de Mambasa serait blessé à la cuisse et se trouverait à Elota aux soins ; Son aide du camp a été tué et plusieurs villages ont été récupérés par la FARDC.

© CongoForum, le vendredi 31 août 2012

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22