Comprendre pour gagner

26 novembre 2012

Au fil des jours

Comprendre la nature des guerres faites en RDC et les moyens de les gagner. ‏

Depuis des temps les plus reculés, le Kongo n’a pas encore cessé de souffrir des atrocités qui endeuillent des milliers de ses familles. Ces atrocités sont récurrentes et ont un point commun : le nombre élevé des victimes avant que la communauté internationale commence timidement à les évoquer. Il fallait attendre que la moitié de la population soit décimée pendant la colonisation pour que les voix extérieures s’élèvent ; il fallait une trentaine d’années de cruauté soutenue pour que l’on reconnaisse la dictature néocoloniale de Mobutu, il y a à peine huit millions des morts en une décennie depuis que le Congo est envahi par des forces étrangères connues que cette communauté internationale traine les pas à condamner sévèrement. Nulle part ailleurs ça n’aurait été gardé sous silence comme il en est le cas malheureusement sur lui. Beaucoup des guerres à basses intensités nous sont faites depuis la colonisation jusqu’en plein 21ème siècle, qu’elles fussent déclarées ou silencieuses. Elles se succèdent les unes après les autres, changeant d’épithètes, dans un schéma de pérennisation qui vise la déshumanisation systématique et complète du peuple Congolais. Pour tout dire l’humiliation du peuple congolais est devenue une normalité aux yeux des hommes et femmes de ce monde dit civilisé.

Et beaucoup (y compris une frange des Congolais) pensent naïvement que le redressement de ce Congo est une parfaite équation incertaine. Nous sommes de ceux qui croient le contraire. Il se fait que temporairement nos ennemis gagnent, nous dominent, pillent, tuent et violent mais ils n’arrivent et n’arriveront jamais (par concours des circonstances indescriptibles) à cette ultime finalité de nous exterminer.

Pour voler nos richesses (du caoutchouc au coltan en passant par le diamant et l’or ou le sol aride du Kivu), des astuces d’une barbarie extrême sont évoquées pour diminuer la population congolaise. Même des maladies mortelles crées aux laboratoires (SIDA) et semées dans la population s’avèrent inefficientes. Si le monde entier entre en complot contre nous ou ne peut que contempler nos misères, Les Cieux, eux, braquent ses yeux sur nous et veillent. La lumière ne stoppera de briller sur le Congo et la joie resplendira les cœurs de ses Filles et ses Fils.

La victoire d’un peuple sur un ennemi, un occupant et un agresseur, écrit notre compatriote Djamba Yohé, ne se gagne pas toujours au regard de l’arsenal des armes qu’il concentre dans sa base logistique, la volonté est plus forte que toute crainte supputé par la banque des fusils et des munitions de l’armée devant soi ou du guerrier auquel on fait face (Source : Djamba Yohé [hinterland1] Tue, 20 Nov 2012, Déclaration de guerre au Rwanda). D’autres facteurs outre que militaires entrent en jeu pour assurer cette victoire. Par le passé, nous Congolais, avons montré de quoi nous sommes capables militairement devant les troupes matériellement mieux équipés pour que nous rééditions plus des exploits de cette nature, ajoute-t-il. Faut-il que nous nous engagions pleinement tout en désobéissant aux échelons supérieurs qui sabotent ce qu’il y a encore de nôtre dans l’armée dite nationale. Aussi il ne nous manque pas ces facteurs exogènes aux combats armés qui puissent nous garantir du succès dans la lutte de libération que nous menons. La justice, la vérité, les droits de possession et les promesses prophétiques de nos Anciens sont ces facteurs sur lesquels nous comptons (par ce qu’ils sont de notre côté), et en vertu desquels nous confessons la victoire finale congolaise. En un tout comme en mille mots, le dernier mot sera congolais en dépit du nombre et de la qualité de ce qui se constitue ennemi du Congo sur le sol congolais.

A l’heure actuelle, aucune autorité politique de par le monde n’ose dire que le Kongo est agressé ; tout au moins ils parlent de viol qui n’est qu’une conséquence d’une guerre sauvage qui nous est faite injustement. Tout ça c’est par ce que le leader mondial l’a causée, la soutient et pourvoit. Les autres nations et peuples capitulent devant son arrogance et demandent forfait, meurent dans leurs consciences ou s’associent finalement dans un élan de pessimisme patent dans la salle besogne. Les vrais Congolais ne se permettent pas ce caprice. Audacieusement, ils défendent leur nation en disant la vérité telle qu’ils la vivent, même si par occasions ils utilisent un peu de diplomatie, de courtoisie. Car ils savent et sont poussés par une promesse divine faite à un de nos Ancêtres : cette humiliation sera effacée, non par une armée humaine mais céleste, au temps prévu. Ils estiment qu’il n’y a pas de bravoure ni de dignité à trahir les siens pour quelques motifs qu’ils soient. Surtout qu’au bout de cette trahison il y a bain de sang, viol et déshumanisation de ses compères. La trahison faite s’apparente à une auto-malédiction.

Nous avions pu nous moquer malencontreusement des « rêveurs » qui ont cru à cette thèse, seulement par ce que ce temps prévu n’étaient pas ceux qu’ils ont présenté. Ceci ne remet pourtant pas en cause la théorie de libération du Kongo. Nous pouvons nous aussi nous tromper cette-fois en disant la même chose mais les circonstances qui entourent la situation générale du Congo (ex- Zaïre) depuis 2010 nous poussent à dire avec conviction que le succès tant attendu n’est pas loin de nos nez pour ne pas dire que l’an 2013 est celui qui se fera parler de lui dans le sens de cette forme de libération. Et même si nous nous trompions, la résistance continuera jusqu’à la libération totale qui elle est inéluctable.

Au fait, nos réactions militaires aux attaques que nous subissons valent ses raisons offensives. Avec prudence nos militaires doivent répondre aux ordres de la hiérarchie constituée, pour raison d’occupation, d’ennemis internes. A moins d’un sursaut d’engagement révolutionnaire comme dit ci-haut ou d’une coupure totale avec cette hiérarchie, sinon par quelle force militaire les Congolais peuvent-ils se libérer en face d’une alliance planétaire dont le leader mondial tient la commande ? Surtout lorsque le supposé « commandant en chef » est le premier à piéger à répétitions ses troupes ou à contenir la progression de celles-ci en positions favorables?

C’est pourquoi, par ce que, à raisons :

· Les faiseurs des rois sont toujours aux commandes [Mbelu Babanya Kabudi];

· Les nègres de services (aux services de ces faiseurs des rois) sont nombreux en activités éhontées, les uns piégeant nos troupes les autres les trahissant ;

· Nous avons, en légitime défense, le droit de déclarer la guerre aux assaillants, en particulier au Rwanda [Djamba Yohé];

· Nous devons faire partir toute irrégularité à la destinée de notre pays [Jeanne-Marie Sindani] ;

· La RDC ne pourra vaincre et enfin trouver la stabilité durablement qu’à condition de faire partir Kabila et ces n rééditions du piège libérateur posé par le Rwanda (AFDL, PPRD, CNDP, RCD, M23, et consorts) à la suite de notre lutte, nous Congolais [RDC Global-view].

· Dans certains cas nous devons continuer à réagir militairement aux attaques afin de défendre notre souveraineté territoriale, etc.

Nous osons croire que nous devons multiplier des recherches sur nos forces spirituelles originelles bien heureusement différentes de celles dont se servent les autres nations qui nous attaquent, violent, pillent et tuent si fréquemment. Peut être découvrirons-nous le déclic qui, en présence de nos luttes habituelles (militaires, manifestations et diplomatiques), fasse part de disjoncteur de notre libération, ce facteur exogène qui intervient souvent au succès d’une guerre.

Les finances et les politiques internationales ainsi que les multinationales quant à elles, font du Kongo une vache-à-lait de bonne réputation dans des salons obscurs mais dont la discussion sur la place publique les rend mal à l’aise. Les petits bons discours parsemés sont fait pour amuser la gallérie car ils croient bien qu’il faut laisser le Kongo dans ces conditions précaires pour assurer leurs avancées économiques. Beaucoup de leurs discours sont des paroles veines, une pure démagogie de mauvais goût que les Congolais devraient se refuser d’entendre et de faire échos. En eux, ce sont des mots vides sans impacts réels pour paraitre corrects devant l’humanité en général et les Congolais en particulier qui se verront amadoués. Bien des rapports accablants sont restés lettres mortes sans qu’aucun état soit-il du Conseil de sécurité ne soit ému et pèse de son poids pour voir la tragédie congolaise prendre fin. « Les amis de la richesse congolaise », ou les « amis du Congo » (comme ils se veulent passer) tergiversent depuis plus de dix ans pour prendre une décision contre toute invasion étrangère que subit le Congo. Allez-y croire !

Ils accueillent le Rwanda en « bon élève » du développement pour des bons services rendus dans la Région des Grands Lacs. Plébiscité meilleur, soutenu et protégé, le Rwanda continue de causer au Kongo, en leurs noms et places l’humiliation permanente voulue depuis des siècles. Nous en arrivons à saisir qu’il s’agit bien plus à cause de notre identité que de nos possessions. Soit pour les deux. Et, nous ne pouvons réussir de sortir de ce carcan que si nous les défendons tous deux simultanément. C’est de notre responsabilité. A cela l’armée céleste complétera ce que nous aurions planté : la foi en Nzambe-ya-Mpungu et le respect de nos valeurs traditionnelles.

Contrariant leurs discours publics, les actes et gestes qu’ils posent montrent à suffisance qu’ils nous haïssent. Le plan Sarkozy, le plan Cohen, élections de 2006 et de 2011, le cinquantenaire (2010), francopholie (2012), malgré les rapports onusiens (Rapport Mapping) … silence on tue les Congolais. « We will crush you » a bel et bien dit « Joseph Kabila » identifié Hyppolite Kanambe Kabange aux Congolais. Cà ferait couler le droit de véto si c’était dit ailleurs ; l’OTAN serait intervenu pour protéger les civils et l’ex-procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo à la Haye aurait des dossiers à construire mais c’est au Congo, vous comprenez, le président que la communauté internationale a imposé aux Congolais depuis 2001 jusqu’à ce jour est l’homme de cette situation.

Tenez cependant que pendant qu’ils cherchent la balkanisation de la RDC, ils récoltent la désintégration chez eux. C’est de cette façon que Bana ya Bilaka 4ème Génération devraient se discipliner dans leurs corps, esprits et leurs âmes. Les indépendances qui se déclarent avec acuité en Belgique, en Grèce, en Espagne ou en Angleterre et aux Etats Unis d’Amérique semblent être des processus irréversibles liés aux ambitions malsaines de scinder le Congo. Tout se paye ici-bas dit-on. Paradoxalement aux ambitions affichées, nous les verront se diviser les uns après les autres alors que le Kongo restera uni, grand et prospère au Centre du Katiopa (Afrique). L’Angleterre en particulier devra se souvenir de la manière extraordinaire qu’elle déposa l’Espagne de sa suprématie au 14ème siècle, pour qu’elle envahisse le monde d’une rancœur démesurée. Nous osons croire que les vestiges de l’armada espagnole découverte en fond de mer irlandaise cette année l’ont été faits en guise de rappel. Les vents violents (facteurs exogènes) ont mis en déroute la puissance espagnole avant que les Anglais n’en finissent du reste. Qui peut certifier que ces facteurs sont impropres aux Congolais ? Les envahisseurs du Kongo s’en prendront à eux-mêmes, au moment venu. Ils ont été prévenus à maintes reprises. Quand les peuples du Kongo commenceront à se libérer, tout pays qui osera attaquer le Kongo sera englouti sous les eaux. Ingeta ! A prendre ou à laisser ; pour notre part, nous y sommes…

En effet l’ambition écossaise présage de précurseur à l’émiettement du Royaume Uni. D’ici là nous entendrons les échos de la Bavière allant dans le même sens. La survie des Royaumes Belges et Britanniques sont sur une balance déséquilibrée en défaveur de l’ordre présent. Les grognes de scission d’une quinzaine d’états (une première) aux USA sont susceptibles de prédire la fin d’un système décrié. Une fin que les prédictions antérieures prévoyaient en l’an 2012 mais qui a eu du sursis non à cause de leur capacité de contourner le déclin mais surtout à cause de la négligence ou l’inefficience de la part de ceux qui ne sont pas du système à remplir de leur tâche dévolue. Il nous faut rapidement tourner nos énergies vers les valeurs traditionnelles qui apportent le développement humain intégral. Ce qui est certain c’est qu’au niveau spirituel tout a été scellé et que la force dominante actuelle a concédé sa défaite devant la Force devant conduire le monde : celle située au Nord de l’Angola (pour reprendre l’expression du chef suprême des forces négatives sur la terre). L’année 2013 qui commence verra le corps palper les accomplissements des œuvres spirituelles et du contrat de fin de règne du présent système des choses.

Malgré les appels à l’unité nationale et les supports des oppositions légales aux efforts de redressements économiques, les récessions (commencées en UK et USA pour des raisons déjà évoquées) dans ces pays se succèdent et se cumulent. Le Kongo étant la solution négligée ou refusée, selon les cas, en est pour quelque chose. Nous ne le dirons jamais assez : Ce Kongo qui soutient les bourses internationales et nourrit le monde en raison de 60% est placé sous hypothèque injustifiable de telle sorte que les bornes du tolérable ont été dépassées. Le Ciel n’en consent plus !

Lorsqu’on entend dire que le meilleur est sur le point de venir pendant que l’on supplie l’opposition, il est à craindre que les ceintures ne soient serrées qu’avec instruments si jamais les USA ne permettent pas que le Nord de l’Angola joue et jouisse du rôle qui lui est sien dans les concerts des nations. Quand déjà UK démystifie les USA en soutenant le Rwanda dans sa violation en toute impunité de la souveraineté de la République Démocratique, située au Nord de l’Angola, nous avons plus de chance de croire que 2013 sera une année des grands rebondissements, selon les attitudes à adopter sur la solution de l’équilibre global qui est le Congo.

En effet, vu sous tous les angles, les USA sont le corps et UK l’esprit de la force dominante actuelle. Cette force (la famille Anglo-Saxonne) s’est étendue sur la base d’invasions ou d’intimidations des nations jusqu’à prétendre mettre en commun leurs richesses : Commonwealth (richesses en commun). Chacune des nations est un élément du corps. L’Angleterre ayant fait assimiler le Rwanda dans la famille du Commonwealth (richesses en commun) pour transiter aux richesses du Congo volées par celui-ci (Rwanda, le bras actif le plus proche du butin) ne trouve mieux que de démystifier les USA pour cette raison ; il a choisi désormais son camp. Il ne reste forcément que la part américaine de décider intrinsèquement ce qui vaut pour lui. Sa rétribution est différente selon le choix à opérer en toute indépendance. Et c’est une question de vie ou de mort pour les Etats unis car ils n’ont que deux choix.

Supposons que le corps obéisse aux ordres de son esprit, ils doivent se poser des questions du genre quelle est la courbe de leur croissance ? Ont-ils atteint l’apogée et que vient après celle-ci ? qu’ont-ils atteint depuis la première crise ? La balance est-elle créditaire ou déficitaire ? Alors nous tirerons qu’ils veulent vivre et mourir ensemble, avec ce que ça comporte au niveau du palpable sur le ridicule d’un grand leader qui capitule et au niveau psychologique du manque de respect de sa parole donnée. Mais si le corps se rebellait à l’esprit, il rencontrera l’assentiment des 99% de la population mondiale recherchant la justice et l’équilibre. Chemin faisant il va s’indemniser et recevoir la rémission de tout ce qu’il a fait de mal, édicté essentiellement par l’esprit.

La lutte intestine ainsi déclarée en fin de l’an 2012 entre le corps et l’esprit de la force dominante actuelle d’une part et celle fratricide au niveau de son esprit (Angleterre – Ecosse) le fragilisant davantage permettra-t-il que le Kongo se relève de son cendre ? En est-il le mobile ou la raison pour nous, par ce qu’ils ne veulent pas satisfaire notre requête de justice et de souveraineté, d’encourager ces désintégrations (américaines et européennes) conformément à notre prophétie de référence du 10 Septembre 1921 à N’Kamba ? Par ce qu’il faut voir tous ces pays qui causent la mort et la désolation du peuple congolais s’engloutir sous les eaux, au temps de la libération des peuples du Kongo, que les Mânes nous guident !

Ce que la RDC attend depuis plus d’une décennie c’est que justice (internationale) lui soit faite de l’agression extérieure dont Hyppolite Kanambe bien que baptisé frauduleusement «Joseph Kabila» est, à la connaissance de l’élite internationale, un produit. Surtout pas des discours creux faits pour la plaisanterie des circonstances. Mais quand nous réalisons leur hypocrisie doublée du cynisme patent, nous ne comptons pas sur eux mais nous en prenons au moins des notes pour mémoires communes. Pour dire autrement, le M23, le CNDP et RCD sont des rébellions au régime d’occupation de Kanambe (AFDL-PPRD) qui lui-même est un produit d’une invasion du Rwanda sur le territoire congolais. Vu des Congolais, Kanambe, CNDP, RCD et M23 sont toutes des forces étrangères et devront payer des violations dont elles sont coupables. Seuls les Maï-Maï résistent militairement à l’occupation. Il y a aussi des groupes bien distincts qui n’ont rien de commun avec l’occupation en place. Ils ne ménagent aucun effort afin de reconquérir la souveraineté RDCongolaise perdue depuis l’entrée d’AFDL dans les arènes du pouvoir. Ils sont ceux que la communauté internationale ne doit pas négliger si elle prend conscience de remédier à sa propre désintégration et à l’équilibre mondial. Toute grandeur mondiale qui ne tient pas compte de cette réalité, le faisant par défi, mépris ou toute autre considération s’en prendra à elle-même, à la disgrâce.

Ceci devra être pris pour dit ! Ingeta !

Conscience Congolaise pour les Progrès Humains.

Alain Ngubu Matiki.

25 Novembre 2012.-

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22