Kampala, samedi 24 novembre 2012…

26 novembre 2012

Actualités

Kampala :
les décisions, les déclarations, les mensonges, etc…
Par Belga

1. Les chefs d’Etat africains réunis samedi à Kampala pour un sommet consacré au conflit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) ont demandé aux rebelles de cesser les hostilités et de se retirer de Goma « d’ici 48 heures ».
Dans leur déclaration finale, les dirigeants ont aussi déclaré que le Mouvement du 23 mars (M23) devrait arrêter de « déclarer qu’il faut renverser le gouvernement élu » en RDC. En échange, le gouvernement de RDC serait prêt à « écouter, évaluer et satisfaire les revendications légitimes » des rebelles, ont-ils indiqué. Le président de la RDC, Joseph Kabila, participe notamment à ce sommet présidé par le chef de l’Etat ougandais Yoweri Museveni. Leur homologue rwandais, Paul Kagame, n’a pas fait le déplacement dans la capitale ougandaise mais est représenté par sa ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. Le ministre ougandais des Affaires étrangères, Sam Kutesa – lisant un texte qui différait légèrement des conclusions finales remises à la presse – a déclaré que les rebelles devraient se retirer à « au moins 20 kilomètres au nord de Goma ». Cette localisation à 20 km au nord de la capitale du Nord-Kivu correspond plus au moins aux positions que tenaient les rebelles près de Kibumba avant de lancer leur attaque sur Goma et de conquérir la ville mardi dernier. Le communiqué indique que le retrait devrait avoir lieu « d’ici 48 heures. » La force des Nations unies en RDC (Monusco, 17.000 hommes au total) est supposée « occuper et sécuriser une zone neutre entre Goma et les nouvelles zones occupées par le M23″, selon ce communiqué. (VIM)

2. L’Union Africaine (UA) a appelé dimanche les rebelles du M23 qui se sont emparés de la ville de Goma (est de la RDC) à se conformer aux décisions du sommet de Kampala de samedi, notamment à cesser les combats, et a salué « l’engagement » de Kinshasa à prendre en compte les revendications des rebelles.
La présidente de la commission de l’UA, Nkosazana Dlamini Zuma, « salue l’engagement du gouvernement de la RDC à écouter, évaluer et prendre en compte toute revendication légitime du M23, selon un communiqué. Elle demande instamment au M23 de prendre les mesures appropriées, en accord avec les décisions de Kampala ». « Le sommet (…) a dressé un plan en dix points qui prévoit le retrait immédiat des éléments du M23 de tous les endroits qu’ils ont récemment occupés ainsi que l’établisssement d’arrangements de sécurité pour suivre la situation sur le terrain », ajoute le communiqué. Les participants au sommet de Kampala ont demandé dans leur déclaration finale aux rebelles d’arrêter la guerre, de se retirer de Goma, et enjoint à Kinshasa de prendre en compte leurs revendications. Les rebelles doivent se retirer au moins à 20 km au nord de Goma, ville qu’ils avaient prise mardi. Pour sa part, Jean-Marie Runiga Lugerero, président du M23, a confirmé samedi qu’il avait eu une rencontre préliminaire avec le président de la RDC, Joseph Kabila, après le sommet de Kampala. Mme Dlamini Zuma a réitéré d’autre part « la grande préoccupation de l’UA sur l’aggravation de la situation humanitaire sur le terrain et les abus commis contre la population civile ». (GFR)

3. Le président du mouvement rebelle congolais M23 a déclaré avoir rencontré samedi à Kampala le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila « pour des négociations directes » dont les modalités sont à définir.
« Des négociations directes sont prévues entre nous (le M23) et Kabila, et demain (dimanche) nous allons discuter de tout ça. Demain on va parler sur les modalités de ces négociations et sur les points » qui seront à l’ordre du jour, a déclaré Jean-Marie Runiga. Des chefs d’Etat africains réunis samedi en sommet à Kampala sur le conflit dans l’est de la RDC ont demandé au Mouvement du 23 mars (M23) de se retirer de Goma « d’ici 48 heures », assurant qu’en échange Kinshasa serait prêt à « écouter, évaluer et prendre en compte les revendications légitimes » de la rébellion. Interrogé sur cet ultimatum de 48H00 laissé au M23 pour quitter Goma, le chef rebelle a déclaré ne pas en avoir été officiellement informé. Cependant, il a souligné que « se retirer de Goma ne peut être que le fruit de ces négociations » entre son mouvement et le président Kabila. Considérer le retrait de Goma comme « préalable » aux négociations, « ce serait ne pas chercher à vouloir régler le problème du Congo », a-t-il estimé, avant d’avertir que le M23 se défendra en cas d’attaque de l’armée congolaise sur ses positions. D’après lui, les pourparlers devraient concerner les accords de paix du 23 mars 2009: le M23 demande leur pleine application, mais Kinshasa affirme avoir rempli sa part du contrat. La rébellion veut également « parler d’autres questions de fond qui concernent la vie nationale ». (DGO)

4. Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, n’a rencontré aucun membre de la rébellion du M23 dimanche à Kampala, a indiqué une source à la présidence congolaise..
Le président Kabila, revenu à Kinshasa dimanche en début d’après-midi en provenance de Kampala, « n’a rencontré personne de la rébellion » du M23 dimanche dans la capitale ougandaise où il a participé samedi à un sommet régional sur la crise en RDC, a précisé cette source. (VIM)

5. La rébellion n’abandonnera pas la ville de Goma sur la seule promesse d’une ouverture de discussions avec le gouvernement. Le chef politique du M23, Jean-Marie Runiga l’a déclaré samedi 24 novembre à radio France internationale (RFI) à partir de Kampala en Ouganda, où il se trouve. Le M23 réclame un dialogue inclusif avec différentes couches de la population dont l’opposition et la société civile. De son coté, la Société civile du Nord-Kivu se dit déçue des résolutions issues du sommet des chefs d’Etats de la conférence internationale sur la Région des Grands Lacs(CIRGL). Le vice-président et porte-parole de La Société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota a affirmé que ces résolutions légitiment le M23.
Le M23 réclame un dialogue inclusif avec la société civile congolaise, l’opposition et la diaspora sur tous les sujets qui concernent la vie publique notamment la démocratie et la gouvernance. Le chef politique du M23, Jean-Marie Runiga l’a déclaré à RFI à partir de Kampala. Pour lui, le retrait du M23 de Goma doit être le résultat de ces négociations.

Réactions aux résolution du sommet de la CIRGL
Les réactions sur les résolutions du sommet de chefs d’Etats de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs divergent. La société civile du Nord-Kivu se dit déçue. Le vice-président et porte parole de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota, a qualifié de trahison le fait que ces résolutions légitiment le M23, et que le président de la république, Joseph Kabila et son gouvernement acceptent de discuter avec le M23.
Omar Kavota estime que ces résolutions foulent aux pieds toutes les autres qui ont été prises avant : « Le M23 devait se retirer de ses positions d’ aujourd’hui jusqu’à 20 kilomètres, ce n’est même pas à Kibumba; donc la menace va continuer à peser sur les populations de Goma. Les FARDC et la population du Kivu ont tous été trahis par le commandement de l’armée et par le pouvoir de Kinshasa, et le résultat est l’avancée du M23 ».
L’Union Africaine, elle, appelle le M23 à se conformer à ces résolutions et de cesser les combats. Dans un communiqué rendu public le samedi 24 novembre, la présidente de la commission de l’union africaine Nkosazana Dlamini Zuma a réitéré « la grande préoccupation de l’UA » quant à la situation humanitaire qui s’aggrave sur terrain et aux abus commis contre la population civile à l’Est de la RDC.
Nkosazana Dlamini Zuma a également « salué l’engagement » du gouvernement congolais à prendre en compte les revendications des rebelles.
Lire aussi sur radiookapi.net :
• RDC : les chefs d’Etat des Grands lacs donnent 2 jours au M23 pour quitter Goma
• RDC: le président du M23 est parti à Kampala pour rencontrer Museveni
• Un nouveau sommet des pays des Grands lacs sur la sécurité dans l’Est de la RDC s’est ouvert à Kampala

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22