NI LA PESTE NI LE CHOLERA

29 novembre 2012

Au fil des jours

NI LA PESTE NI LE CHOLERA

1. Nous, prêtres de l’Epiphanie, venons exprimer toute notre sympathie et notre solidarité à nos frères et sœurs de la partie orientale de notre pays dont la dignité humaine est constamment bafouée et qui sont victimes, depuis les années 1990 d’une guerre d’agression et de prédation absurde. Notre pensée va aussi aux victimes collatérales, nos compatriotes habitants le reste du pays, dont les droits économiques, sociaux et culturels ainsi que les libertés fondamentales sont foulés au pied au nom de « l’effort d’une guerre de basse intensité ».
2. L’entrée « officielle » sur scène du M23 et son occupation meurtrière des certaines villes congolaises dont Goma et Sake, après la publication du dernier rapport des experts de l’ONU fustigeant le soutien que lui offrent le Rwanda et l’Ouganda, a confirmé davantage la constance d’une logique d’occupation des terres congolaises, de l’exploitation éhontée de ses richesses et des massacres des populations innocentes en toute impunité. D’autre part, les témoignages des militaires congolais envoyés au front comme chair à canon rendent compte de la complicité des autorités de Kinshasa avec ce mouvement rebelle, émanation du CNDP, membre de l’Alliance de la Majorité Présidentielle proche de Joseph Kabila. Nous protestons contre le M23 et ses soutiens africains et internationaux ainsi que contre la duplicité du gouvernement congolais.
3. Les divagations argumentatives du M23, le ballet diplomatique distractif avec des pays impliqués dans la déstabilisation de la RDCongo tel que le Rwanda et l’Ouganda, les tergiversations des gouvernants européens et nord-américains ainsi que leur appui tacite à des criminels, placent la population congolaise devant un choix entre la peste et le choléra. Le peuple congolais doit refuser d’opter pour l’une ou l’autre épidémie. La perpétuation de cette guerre absurde est le fruit du manque de légitimité politique dans le chef de ceux qui tiennent à gouverner notre peuple par défi après le hold-up électoral orchestré le 28 novembre 2011 ; cela fait aujourd’hui un an, jour pour jour. Nous souscrivons à ce que nos Evêques ont dit après ces élections chaotiques : « On ne gouverne pas un peuple par défi ».
4. Notre espérance est que cette guerre qui est une option cynique entretenue par une famille politique ne vienne pas nous éloigner de nos préoccupations sur la restauration de la vérité des urnes. Notre espérance est aussi qu’un jour la justice internationale puisse faire amende honorable et juger les auteurs d’innombrables crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis depuis 1996. Nous invitons le peuple congolais à continuer à se mobiliser pour la restitution de la vérité des urnes et lui rappelons qu’un peuple sans mémoire est un peuple sans histoire.

Bruxelles, le 28 novembre 2012

À propos de kakaluigi

Agé de 66 ans, avec 35 ans passés en Afrique dans la République Démocratique du Congo comme missionnaire. Engagé dans l'évangélisation, le social et l'enseignement aux écoles sécondaires. Responsable de la Pastorale de la Jeunesse, Directeur du Bureau Diocésain pour le Développement (BDD), Directeur d'une Radio Communnautaire et membre du Rateco.

Voir tous les articles de kakaluigi

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

carrosserieautopro |
ThinkBlog |
Dipersés... fRaNce aMéRIqUe... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madame dousse
| Les diplomes du club
| blog de jiji22